Entrez dans un pensionnat un peu fou ou se côtoient des humains aux pouvoirs étranges... Hentai / Yaoi / Yuri accepté.
 

Partagez | 
 

 Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Floyd West
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Messages : 175
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 23

Carte d'étudiant
Age:: 29 ans
Pouvoir: Passe-Muraille.
Titre: Aucun

MessageSujet: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Ven 29 Mar - 20:09

 

♠ Le penseur ♠


L'horloge sonna 15h. Aaaaah ! Il était temps ! Enfin c'était l'heure de ma pause ! Je me levai de mon siège installé derrière mon bureau, et m'étirai langoureusement vers le haut en grognant de contentement. ça faisait du bien de se lever après être resté sans bouger aussi longtemps. J'avais lu une bonne partie de la journée, peu d'élèves étant venus ce jour-là. Attrapant mon verre de bonbon au vol, je sortis de la bibliothèque en passant à travers un des murs, tout en mâchouillant un crocodile. Je m'arrêtai un instant devant la salle de musique, pensif. La dernière fois qu'on s'était vu, le prof de musique et moi, c'était sur le carrelage de la salle de douche commune. En y pensant, une légère vague d'excitation monta, mais je la réprimai. Depuis cette nuit, je n'avais plus eu l'occasion de lui parler, comme si il m'évitait. Et je ne m'étais pas permis de rentrer dans sa chambre la nuit. Si il m'évitait, je préférais attendre qu'il choisisse de venir me parler, ça m'éviterais de l'énerver inutilement. Si ce n'était pas le cas, je finirais bien par le croiser à un moment donné. Mais je pensais plutôt qu'il m'évitait, et ce à juste raison. J'avoue que j'avais vraiment été un salaud sur ce coup. Après qu'il ai été humilié devant un élève alors que nous nous ébattions, je l'avais quitté sur une blague, sans même l'aider à se relever ou autre. Pour moi, ce n'était pas du tout méchant, c'était en quelque sorte... Affectueux... Mais bon je comprenais très bien que les gens normaux n'apprécient pas. Enfin... Je repris tranquillement mon chemin, m'attaquant à un chamallow. Je laisserais ce chaton revenir seul vers moi. Les chats, on ne devait pas les poursuivre, sinon ils s'enfuyaient. Il fallait les amadouer, les charmer, pour qu'ils viennent de leur plein gré. J'attendrais. Je montai sur le toit et respirai un grand bol d'air frais.

- Aaaaah...

Ça me faisait un bien fou de prendre un peu l'air après être resté enfermé tout ce temps entre de vieux bouquins poussiéreux. J'aimais les livres, mais rien ne valait l'extérieur. Je posai mon verre sur le muret et m'étirai une nouvelle fois de contentement avant de sortir une clope et de l'allumer. Tirant une bouffée, je m'accoudai au muret et recrachai une légère fumée odorante, admirant la vue. Y'avait pas à dire, ce pensionnat avait quand même une sacrée allure. Entouré de forêts, un immense jardin, un lac, même une montagne pas très loin. On trouvait carrément un vieux cimetière, endroit rêvé pour tous ces ados dépressifs en mal de frissons. Si ils voulaient tellement frissonner, je me serais fais un plaisir de leur faire plaisir mais bon... On me demandait pas. Je tirai une nouvelle fois sur ma cigarette et piochai sans regarder dans mon verre à bonbon. Je repensai à Yuki et posai mon menton dans une main en mâchonnant le filtre de ma cigarette. Il me manquait quand même beaucoup... J'avais envie de caresser ses beaux cheveux brillants, de butiner ses jolies lèvres roses, de plonger mes yeux dans les siens,de glisser mes mains sur sa peau douce... Je voulais le voir. Frustré, je balançai ma clope dans le vide d'un air rageur avant de gober plusieurs dragibus d'un coup et d'allumer une nouvelle cigarette. Fallait que je me calme sinon je risquais de surgir devant Yuki et de le prendre devant tout le monde. Je posai mon front sur mes bras et fermai les yeux en gémissant. "Calme toi... Calme toi... respire..." Je relevai la tête et respirai un grand coup avant de continuer à fumer, alternant fumée et bonbon. Le mélange, un peu étrange, me détendait plus qu'un de ces deux remèdes seul. Ah quand même... Je comprenais pas pourquoi j'étais aussi prévenant envers cet homme, aussi magnifique et tentant soit-il. Au contraire, ça aurait même dû désinhiber le peu de conscience morale que j'avais. Et je devais avouer que... Mais en même temps quelque chose au fond de moi m’empêchait de bondir sur cette belle proie et de la manger. Comme si... Comme si mon intuition me soufflait que si je faisais ça, lorsque je l'aurais mangé, le manque se ferait sentir, et que je ne pourrais plus y goûter. Je ne me reconnaissais vraiment pas en ce moment... Il faudrait peut-être que j'aille me calmer dans les bras de quelqu'un d'autre en attendant Yuki... Mon mélange faisant bientôt effet, mes muscles se décontractèrent lentement et je commençai à sifflotai un petit air doux, fermant les yeux et laissant le vent me caresser le visage. "Comme Yuki le ferait..." pensai-je, et je souris doucement.

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Si la vie te tourne le dos, touche lui le cul pour qu'elle se retourne.

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Fujimoto
Professeur de Musique
Professeur de Musique
avatar

Messages : 136
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 22
Localisation : Dans la salle de musique

Carte d'étudiant
Age:: 27 ans
Pouvoir: Contrôle de la mémoire
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Sam 30 Mar - 2:58


Ne me regarde pas, ne me regarde plus...

L'horloge sonna une nouvelle fois, je n'avais assisté à aucun de mes cours aujourd'hui, j'étais même allé voir le directeur personnellement pour lui annoncer que je ne pourrais pas m'occuper de mes élèves aujourd'hui. Il était l'un des seuls au courant de mes pouvoirs et il semblait penser que ma soudaine dépression avait un rapport avec celui-ci. Il n'en était rien. Depuis ce jour durant lequel j'avais été abandonné, il m'étais impossible de me concentrer sur mes cours. Ma récente rencontre avec Timothée m'avais agréablement aidé à surmonter ma peine. Mon cœur se gonfla à la penser du blondinet, il était en quelque sorte mon sauveur et je commençais presque à l'admirer. Il n'avait rien d'admiratif pourtant, il était naïf au plus haut point, son sourire avait même le don de m'agacer, c'était un petit chiot, rien à voir avec le fauve que j'avais affronté dans les douches. C'était mieux ainsi, les deux hommes n'avaient rien de semblable, tandis que l'un était un véritable donjuan qui n'hésitai pas à user de ses charmes, l'autre était une personne joviale que je voulais souiller au plus profond de son âme. Moins ils se ressemblaient, plus il m'étais possible de me rapprocher du jardinier. Je jetais un coup d'œil furtif à mes mains gantées, jamais je ne pourrais toucher quelqu'un d'autre que Timothée et à l'instant même où je pensais au danger de mes mains, le beau bibliothécaire me revins en mémoire.

Je secouais la tête pour chasser toute pensée du beau brun ténébreux, je ne voulais plus souffrir et avec lui, je ne pourrais que m'effriter d'avantage. Pourtant, je ne pus me résoudre à l'effacer totalement de mes pensées, avant que je ne m'en sois rendu compte, il était devenu trop important dans ma vie, je ne comprenais pas. Nous ne nous étions rencontré que deux ou trois fois, pas plus. Bien que j'avais déjà repéré de loin le bel homme, je ne lui avais jamais parlé auparavant. Plusieurs fois avant que nous ne nous parlions pour la première fois, je me souviens l'avoir déjà dévisageais du regard, imaginant ses mains parcourant mon corps, maintenant que j'avais pu ressentir cette magnifique sensation, j'en voulais encore mais je fuyais aussi. Je l'avais fuis pendant plusieurs jours, voir même pendant plusieurs semaines, craignant que je ne m'attache d'autant plus à lui. Cette journée ne devait pas être gâchée par des pensées aussi déprimante, pourquoi ne pas profiter d'un petit repos ? S'il m'étais impossible d'assurer mes cours, je pouvais toujours jouer de la musique librement, je n'en fis hélas rien. Rester enfermer dans une pièce, en un sens, ça me rappelais cette soirée. Toute la nuit j'étais resté seul, jusqu'au petit matin à espérer revoir la silhouette masculine de celui qui avait bien failli devenir mon amant. Je serrais les poings avec agacement lorsque je me rendis compte une nouvelle fois que mes pensées avaient dérivés sur le beau bibliothécaire.

Sans vraiment réfléchir à l'endroit où j'allais me rendre, je laissais simplement mes jambes me conduire là où elles le voudraient. Bientôt, en reprenant mes esprits, je constatais avec surprise que j'étais en face de l'escalier menant au toit... Après un bref instant d'hésitation, je me lançais dans les marches, je ne risquais rien après tout, non ? Ce fut le tissu blanc de mes gants qui attirèrent une seconde fois mon attention, c'était mieux comme ça, Floyd et moi ne serions jamais ensemble et j'en fus rassuré. Je n'aurais pas à craindre que mes mains soient une malédiction pour lui, jamais je ne pourrais succomber à la tentation de toucher sa peau à main nue... Et ça me fis mal. Était-ce ma faute si je voulais connaitre la sensation que me procurerais un toucher ? Je lâchais un soupir discret, tout en me rappelant de la tête de l'élève, j'en vins à me souvenir d'une chose tout aussi importante. Je lâchais un jurons à peine audible, bien que je lui avais effacé la mémoire peu après, je ne m'étais pas encore occupé des gamins qui avaient attisés ma colère... Par chance, le garnement qui avait reçu un coup de poing assez violent avait oublié quant à lui les événements. Il fallait bien avouer qu'avec mon humeur du moment, ça n'aurait pu être pire si mon image s'était brisée.

Plongé dans mes pensées, j'ouvris la porte menant au toit assez violemment, les yeux rivés sur le sol. Il me fallu quelques instants avant de me rendre compte que je n'étais pas seul. À peine levais-je les yeux vers l'individu que je me mis à me maudire intérieurement. Mon visage se crispa, si Timothée avait pu me voir avec la mine sombre, elle n'était pas comparable au visage que j'affichais maintenant. Mon regard parcouru le corps de Floyd et tandis que je me souvenais de l'humiliation qu'il m'avais fais subir, je repensais immédiatement après à la douleur que j'avais ressentis après son départ. Plus d'une fois, l'idée de quitter le toit me vins, pourtant, mes motivations fut toute autre. D'un pas décidé, j'avançais rapidement vers le bibliothécaire, à peine m'eut-il fait face que ma main s'abattit avec violence sur sa joue. C'était une gifle qui aurait pu faire un bruit phénoménal si je n'avais pas porté de gant. La promesse que je m'étais faite ce soir-là se brisa, je ne devais plus pleurer devant l'animal ? C'était tout simplement impossible, pas après la détresse dans laquelle j'avais été plongé. Quelle ironie, un salopard comme moi qui persiflerais contre une personne qui l'avait blessé dans son amour propre... Je ne méritais pas de gouter au bonheur de la vie et je trouvais encore le moyen de me plaindre ? Les larmes me piquèrent les yeux, elles voulaient sortir, exprimer leur désespoir, mais je me refusais de verser ne serait-ce qu'une seule larme pour cet homme qui ne me voyait que comme un trophée qui pourrait compléter sa collection. Les lèvres s'entrouvrirent pour lâcher une insulte, mais je me ravissais au dernier moment, sentant que si je prenais la parole, je ne pourrais retenir mes pleurs. Je ne pouvais rester face à lui un instant de plus et après l'avoir dévisageais comme un parfait imbécile, me voilà à tourner les talons pour mettre un maximum de distance entre nous. Je n'avais pas pu cacher mes expressions, mon visage avait dû être affreux, défiguré par la haine et la peine. Un gout amer avait fini par couler dans ma gorge, certainement de la déception. Je ne valais pas mieux que toutes ces dingues qui courait après l'amour après tout...

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂


Je sais que tu m'aime Invité

Yuki Fujimoto:
 
Revenir en haut Aller en bas
Floyd West
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Messages : 175
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 23

Carte d'étudiant
Age:: 29 ans
Pouvoir: Passe-Muraille.
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Sam 30 Mar - 9:18


♠ Le penseur ♠


Alors que je piochais une nouvelle fois dans mon verre, la porte du toit claqua derrière moi, me faisant sursauter. Je me retournai d'un air curieux, voulant voir qui avait bien pu ouvrir la porte si violemment. J'en restai bouche bée, les yeux écarquillés de surprise et - c'était assez gênant - d'espoir. L'homme qui hantait mes pensées depuis tout ce temps venait d'apparaître dans mon champs de vision. J'étais tellement... Heureux !! Mais étrangement, je ne pouvais pas faire un geste. Yuki était toujours dans l'encadrement de la porte et, à ma grande peine, il avait l'air... Blessée, furieux, au bord des larmes. Évidemment... C'était un spectacle qui me serrait le cœur, et j'aurais froncé les sourcils de surprise devant cette réaction tout à fait nouvelle si je n'avais pas été figé sur place par cette apparition. Je n'osais m'approcher, de peur de la faire s'envoler. Mais ce fut Yuki qui fit un premier pas. Il s'approcha d'un pas rageur et, de toute sa force, m'envoya une gifle monumentale. Le verre tomba. Ma clope aussi. Mes réflexes durement entraînés me firent contracter tous mes muscles alors que je tournais de nouveaux mon regard vers lui, les poings serrés. Mais il y avait un blocage. Je ne pouvais tout simplement pas frapper cet homme. Premièrement parce que son regard montrait sans l'ombre d'un doute qu'il était profondément blessé, deuxièmement car je savais que c'était à cause de moi. Et finalement car, au fond de moi, sans même toutes les raisons du mondes, je ne pouvais pas le frapper. Devant mon incapacité à riposter, et devant ces yeux tellement tristes et profonds, je plissai les yeux de peine, les dents serrées. Je m'empêchais de parler, pour éviter de dire quelque chose que j'aurais pu regretter, et une petite partie de moi-même frémit encore de surprise. Je me moquais d'habitude du jugement des autres, et sortais allègrement tout ce que je pensais. Mais là encore, réaction inédite, je ne pouvais pas.

Yuki parut ouvrir la bouche, comme pour dire quelque chose, mais se retourna au final, pressé de me fuir. Je restai tétanisé pendant de précieuses secondes, encore chamboulé par mes réactions, et peiné par ce geste de rejet de Yuki. J'étais en plein dilemme intérieur, pour ce qui devait être la deuxième fois de ma vie, et je ne savais absolument pas comment agir. Puis mon corps agit tout seul. Sans même que je le décide, mes jambes coururent vers lui, précipitées. Un de mes bras se tendit et lui prit une main gantée, le forçant à se retourner. Je gardai ma main serrée avec force autour de la sienne, étouffant dans l’œuf la moindre tentative de fuite. Je plongeai une nouvelle fois dans ses yeux dorés, fleuve tournoyant de ses émotions. Devant l'intensité de son regard, je fus de nouveau bloqué quelques instants. Puis j'ouvris la bouche.

- Euh... Euh...

Je devais avoir l'air d'un poisson hors de l'eau qui essayait de respirer. Je refermai la bouche, mes joues légèrement rougissantes, ce que j'espérais invisible, pour la première fois. Ce n'était pas possible ! Mais pourquoi n'arrivais-je donc pas à sortir un seul mot compréhensible de cette maudite bouche devant cet homme. On devait me l'avoir envoyé comme punition divine, pour toutes les saloperies que j'avais faites impunément jusque là. Je sentais mes mains moites contre le tissu de son gant, et bénis soudainement son pouvoir. Ça aurait juste était très embarrassant, et je trouvais que je m'étais déjà assez ridiculisé comme ça. Je toussai brusquement, comme pour reprendre mes esprits, et m'humectai les lèvres. Normalement je l'aurais déjà embrassé furieusement jusqu'à lui faire perdre tous ses esprits. Mais là, comme pour tous mes agissement habituels, avec lui je ne pouvais pas. Cet homme allait finir par me tuer. Serrant plus encore sa main pour me donner du courage, je pesai soigneusement mes mots dans ma tête. Puis, en fronçant les sourcils sous l'effort, j'ouvris la bouche pour, je l'espérais, dire quelque chose d'intelligent. Ou d'au moins humainement compréhensible.

- Euh... , Aïe, mauvais départ ! Je... Je suis vraiment désolé de t'avoir laissé comme ça la dernière fois...

Ma voix flancha sur la fin, et je me maudis intérieurement. Mais bon dieu ! Combien de temps allais-je me ridiculiser devant Yuki ! Je toussai une nouvelle fois, et repris la parole.

- Je... Suis vraiment désolé ! C'est juste que... Que j'ai été tellement surpris par l'arrivée de l'élève que... J'aurais dû rester avec toi, je suis vraiment désolé... , Mais pourquoi ne faisais-je que répéter la même chose ?! Mais je n'aime pas quand on me surprend je... , Je me grattai la tête, écartant d'un geste furieux l'image, me montrant me frappant la tête contre un mur, qui traversait mon esprit. Je n'aime pas ça. Ça peut paraître bizarre venant de quelqu'un comme moi mais... Que quelqu'un d'autre nous ait vu dans un moment si intime je...

Mon visage grimaça devant l'effort que je faisais pour articuler ces phrases sans queue ni tête. Mais merde ! Merde ! Merde ! Pourquoi me démenais-je ainsi comme ça ? Si il ne voulait pas de moi tant pis, j'allais me trouver quelqu'un d'autre. Je m'étais déjà suffisamment fait passé pour un imbécile, et ma véritable nature, se rebellant devant ma soudaine faiblesse, vint me donner un coup de fouet. J'allais arrêter d'être pitoyable. Si il voulait partir, qu'il parte. Ce n'était qu'une passade... Mais ma main ne le lâchait pas. Je fronçai les sourcils, et desserrai ma main, doigt par doigt, autour de la sienne qui devait être douloureuse après avoir subit toute cette pression. Je la frottai sur mon jeans pour en essuyer la sueur puis me forçai à reprendre cet air léger qui m'accompagnait tout le temps. Je me penchai vers Yuki et, caressant son menton d'un doigt pour le relever légèrement, je posai doucement mes lèvres contre les siennes. Ce n'était pas le baiser "Reste là tant que j'en ai pas finis avec toi !". C'était une sorte de Pass-Liberté "Tu n'as plus rien à craindre du Grand Méchant Tigre". Je m'écartai doucement, avant de m'emporter et de l'embrasser fougueusement, me plongeai une dernière fois dans son beau regard d'or, puis me retournai et ramassai mon verre à bonbons avant de m'adosser de nouveau au mur, attendant le son fatal de la porte qui claquerait. Je ne voulait pas sortir le premier. Je faisais vraiment une tête trop bizarre. Je le sentais même si je ne le voyais pas. Et hors de question que quelqu'un d'autre voit cet air torturé. Encore moins l'objet de ma torture.

Une nouvelle clope au bec, j'inspirai profondément, comme pour m'étouffer, puis formai un gros nuage de fumée. Comme un masque qui me cachait.

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Si la vie te tourne le dos, touche lui le cul pour qu'elle se retourne.

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Fujimoto
Professeur de Musique
Professeur de Musique
avatar

Messages : 136
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 22
Localisation : Dans la salle de musique

Carte d'étudiant
Age:: 27 ans
Pouvoir: Contrôle de la mémoire
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Sam 30 Mar - 15:01


Incompréhension

Avant que je n'ai le temps de fuir complétement, je sentis une légère pression sur ma main, je me retournais avec rage, espérant que cette fois-ci, mon corps me permettrais de lui en mettre une deuxième pour qu'il me laisse partir. Je ne pu me résoudre à le frapper lorsque mes yeux se plongèrent dans les siens. Deux prunelles de fauves, on aurait pu croire à deux petites pierres précieuse, ils étaient magnifique, tout autant que leur propriétaire. Ma haine se dissipa peu à peu, remplacé par de la douleur. Floyd était un fauve, un animal sur de lui qui n'avait aucune pitié pour ses proies, alors pourquoi soudain ce visage si peu assuré ? Je voulais lui crier s'arrêter, je refusais que ce qui m'avais attiré chez lui disparaisse par ma faute. Puis je me rappelais enfin que je n'y étais pour rien, c'était prétentieux de penser que ce changement d'état était dû à ma fuite.

- Euh... Euh...


Je ne fis rien pour m'enfuir, attendant simplement, dans un silence total, qu'il finisse enfin par avoir le courage de me dire ce qu'il voulait. Peut-être ne trouvait-il pas les mots, ça me serrais le cœur, mais deux sentiments se mélangèrent, semant la pagaille dans mon esprit. Quelque part... Je trouvais cette hésitation adorable, elle me mettais en confiance, tout autant qu'elle me repoussais. Lorsque ses joues rougir un peu, j'eus la terrible envie de toucher sa peau, même à travers mes gants, je ressentais un léger choc, quelques palpitations soudaine, je n'avais pas ressenti ça avec Timothée... Le toucher que me procurer les deux hommes étaient totalement différent, l'un était électrique et l'autre était reposant. Perdu dans mes sentiments, je cherchais une explication logique au pourquoi, mon cœur battait à tout rompre et je n'avais pas connu ça depuis longtemps. Pour dire vrai, je ne me souvenais pas même de la signification de ce tambourin dans ma poitrine, alors je gardais l'idée la plus rationnel en tête : la gêne. Pourtant, je sentais au fond que ce n'était pas la véritable raison.

- Euh... Je... Je suis vraiment désolé de t'avoir laissé comme ça la dernière fois...

Le vent m'empêchais presque d'entendre la fin de sa phrase, sa voix m'apparut comme un léger murmure. Tandis que le vent tenter désespérément de nous malmener, une soudaine brise m'apporta l'odeur de l'homme... Et mon poing se ferma. Pourquoi être avec cet homme était diable si difficile ?! Comme pour interrompre mes pensées, Floyd reprit la parole, d'une voix hésitante et encore une fois, en balbutiant.

- Je... Suis vraiment désolé ! C'est juste que... Que j'ai été tellement surpris par l'arrivée de l'élève que... J'aurais dû rester avec toi, je suis vraiment désolé... , je le regardais avec insistance, attendant désespérément qu'il se décide à me dire ce qu'il voulait depuis le début. Mais je n'aime pas quand on me surprend je... Je n'aime pas ça. Ça peut paraître bizarre venant de quelqu'un comme moi mais... Que quelqu'un d'autre nous ait vu dans un moment si intime je...

Mon cœur fis un bond dans ma poitrine, il était désolé ! Une partie de moi même hurlée qu'il n'était qu'un connard et qu'il était trop tard pour s'en vouloir, mais celle qui avais fait s'accentuer les battements de mon cœur me murmurer, d'une voix faible et pleine d'espoir qu'il était désolé, qu'il avait pensé à moi. Alors pourquoi soudain sa main lâcha la mienne ? Ses doigts me relâchèrent petit à petit et ma main quant à elle se crispa soudainement. Alors que sa main quittait la mienne, je sentis mes doigts se refermer sur les siens, si légèrement qu'il ne le remarqua pas. Je fulminais de rage, m'imaginant en train de m'arracher les cheveux *Mais bordel, arrête de faire le con et montre lui que tu ne veux pas qu'il parte !*, les deux petites voix présente dans ma tête se querellaient et la dispute prit fin à l'instant même où je remarquais les lèvres du beau bibliothécaire contre les miennes. Tout se stoppa et ce fut le big bang dans ma tête, j'étais incapable de réfléchir, regardant avec de grand yeux rond mon collègue. Lorsque son baiser se fit plus passionné, je restais quelques instants les yeux ouvert avant de les refermer délicatement pour profiter de cette tendre étreinte. Tout comme la première fois, il parti et me laissais seul derrière. La colère revint en moi, bouillonnant et hurlant contre l'homme. Il pensait que j'allais partir ? Comme ça ? Après un petit baiser d'adieu comme pour dire "c'était sympa, maintenant j'ai plus besoin de toi", il me balançait ? Pensait-il vraiment qu'on pouvait me jeter comme un slip usagé ?!

Mes pas se firent pressent et j'entendis ma tête me dire de partir, je n'en fis rien, écoutant simplement ce que me dicté mon cœur. J'attrapais à mon tour sa main, baissant les yeux au passage pour regarder nos pieds, les joues pourpre. Je balbutiais quelques mots, incompréhensible à l'oreille humaine et si bas que moi même je n'arrivais pas à les comprendre. Qu'avais-je essayé de dire ? Rien, des mots sans aucun sens qui défilaient les uns après les autres. Je me décidais enfin à prendre la parole, relevant la tête brusquement pour le foudroyer du regard, mes joues n'étaient plus les seuls chose pourpre, je sentais la gêne e monter jusqu'au oreille et d'une voix forte et grave, je répliquais à son départ.

- Ne me laisse pas en plan comme ça merde ! La prochaine fois que tu le fais, je ne te pardonnerais pas ! Ma prise sur sa main se fit plus forte et la deuxième main rejoignit la première, serrant Floyd dans sa paume, je baissais de nouveau la tête en fermant les yeux honteux. Je ne te pardonnerais plus, tu n'auras pas de prochaine chance...

Je fini par relever la tête puis la baissais plusieurs fois d'affilés. Le regard fuyant, je détournais la tête dans tout les sens, cherchant un point fixe que je pourrais regarder sans aucune honte. je n'en trouvais pas alors je fis ce que n'importe quel enfant perdu aurait fait. je me mis à balbutier de nouveau.

- Bon... Si tu as compris c'est bon... Je... Je n'avais rien d'autre à dire de toute façon.

Je tournais les talons une nouvelle fois et fis quelques pas pour mettre un maximum de distance entre nous, mais je ne partis pas. J'en étais incapable. J'étais en colère c'est vrai, je ne comptais par ailleurs pas lui pardonner aussi facilement. La prochaine fois que nous nous câlinerons n'était pas prêt d'arriver ! Ce qui m'énervais le plus était l'incompréhension de mes paroles et de mes gestes... Depuis quand étais-je devenu si mielleux ? Ma rencontre avec Timothée me l'avais bien prouvé, j'étais encore et toujours un enfoiré de première, alors pourquoi ?

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂


Je sais que tu m'aime Invité

Yuki Fujimoto:
 
Revenir en haut Aller en bas
Floyd West
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Messages : 175
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 23

Carte d'étudiant
Age:: 29 ans
Pouvoir: Passe-Muraille.
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Sam 30 Mar - 18:29


♠ Révélation ♠


Aucun bruit de porte ne se fit entendre. Au lieu de ça, j'entendis des pas rapides. Alors comme ça j'allais encore me faire frapper. Je risquais de ne pas me retenir une deuxième fois, car dans ma tête j'avais déjà renoncé. J'avais pas envie de frapper Yuki, mais je ne le laisserais pas faire. Je tendis tous mes muscles, prêt à me retourner au moindre coup porté. Je ne m'attendais pas à ce qui se passa alors. Je sentis une grande main ferme, et pourtant hésitante se refermer sur mes doigts. Je regardai Yuki, ébahi. Il marmonnait des choses incompréhensibles, comme si il se maudissait intérieurement, les joues rouges. Puis ses rougeurs s'étendirent à tout son visage alors qu'il me foudroyait du regard. Je n'aurais pas dû, mais à ce moment là je le trouvais absolument mignon. Irrésistiblement mignon. Il prit la parole.

- Ne me laisse pas en plan comme ça merde ! La prochaine fois que tu le fais, je ne te pardonnerais pas ! Il resserra sa prise sur ma main, l'emprisonnant entre les deux siennes, et continua, le visage penché vers le sol. Je ne te pardonnerais plus, tu n'auras pas de prochaine chance...

Je voulais encore voir ses yeux, son visage timide et gêné, ses oreilles aux lobes rougis qui m'invitaient à les mordiller tendrement. Un peu comme dans un cartoon, Yuki releva la tête puis la rebaissa plusieurs fois à toute vitesse. Il cherchait à tout prix à ne plus croiser mon regard. Je retins un petit rire en serrant les dents. Vraiment trop mignon ! Il continua en balbutiant.

- Bon... Si tu as compris c'est bon... Je... Je n'avais rien d'autre à dire de toute façon.

Je me sentis moins bête. Je n'étais pas le seul à avoir l'air idiot, c'était assez rassurant. Puis je réalisai... Mon cœur battit à un rythme d'enfer, comme si il voulait sortir de ma poitrine. Il battait même jusque dans mes oreilles, m'empêchant d'entendre pleinement les bruits environnants. Yuki se détourna et lâcha ma main. Privée de cette chaleur, elle se resserra un peu. Mais je m'en moquais. Au fond de moi, j'étais de nouveau extatique. Je volais comme un oiseau. Mais cette nouvelle sensation me faisait tourner la tête et j'avais un peu de mal à assembler deux idées. Mon dieu mais quel sort ce démon de Yuki m'avait-il encore lancé ! Je le fixai pendant quelques secondes, alors qu'il restait sans bouger à quelques mètres de moi.

- Tu veux encore me voir ?

Les derniers mots étaient montés dans les aiguës, et je me plaquai une main sur la bouche. Non de dieu ! Pour lui faire oublier comment je venais de parler, pour éviter qu'il se retourne et parce que j'en avais tellement envie que ça me démangeais, je marchai vivement vers lui et le prit dans mes bras alors qu'il était dos à moi. Je le serrai très fort, enfouissant mon visage dans le creux de son cou et respirant profondément. Il sentait toujours aussi bon. Mon corps se détendit d'un coup, comme si il avait sa place contre celui de Yuki. Je me sentais sourire comme un imbécile heureux, et une partie de mon cerveau m'envoyait des messages d'alerte. "Hey mec ! T'as oublié tes bonnes résolutions ou quoi ? T'es entrain de devenir un mollusque ! Tu te ramollis ! Hey mou du genoux !!! Si tu le veux celui là, chipote pas et prends le d'un..." "Ta gueule !" Je muselai la partie de ma conscience qui voulait être libertine. Mais... Il avait raison d'un côté. Je devenais complètement dingue de cet homme. C'était tout nouveau pour moi mais je le comprenais enfin. Et j'avais vraiment envie de toucher chaque partie de son corps, de m'en repaître jusqu'à plus soif. Je respirai encore sa peau douce et la frôlai de mes lèvres.

- Haaa... Cette sensation et cette odeur me manquaient tellement...

Sans me préoccuper de rien, je commençai à l'embrassai, parcourant l'arrête de sa mâchoire de mes lèvres et traçant un chemin jusqu'à son oreille que je mordillai doucement, en goûtant la saveur de sa peau. Puis j'attrapai une de ses mains gantées, et l'approchai de mon visage, frottant mon nez contre son avant bras, puis remontant mes lèvres jusqu'à ses poignets. Je m'arrêtai à la limite que traçai le tissu, un peu déçu, mais pleinement satisfait quand même. Je ne connaissais toujours pas les effets de ses mains, même si je comprenais que ça avait l'air dangereux. Mais je me moquais de ne pouvoir les toucher. Si pour avoir tout le reste, je devais faire ce petit sacrifice, je l'acceptais entièrement. Et la chaleur de sa peau se répandait tout de même à travers le tissu et ça me suffisait amplement. Je posai sa main contre ma joue et ronronnai de contentement...

- Tu es tellement adorable Chaton, soufflai-je en réutilisant le surnom affectueux que je lui avais choisis. Comment pourrais-je de nouveau te laisser en plan, hein ? Je vais tellement te coller que tu vas vouloir me faire disparaître...

Je ris doucement à ma petite blague, ignorant la petite voix dans ma tête qui me disait "Ça y est, mon gars. T'es devenu complètement gaga..." C'est vrai que je me surprenais, avec toutes ces phrases clichées. C'était peut-être...L'amour qui rendait comme ça... J'avais vraiment du mal à juste penser ce mot. La preuve que j'étais toujours le même au fond. Mais je ne comptais pas changer jusqu'à ma nature profonde pour Yuki. J'étais un animal sauvage, et je le resterais. Comme lui en était un. Mais je voulais être tendre juste avec lui. Le cajoler un peu. Puis je m'emparerais de son corps, le faisant entièrement mien, et ne le relâcherais plus jamais...

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Si la vie te tourne le dos, touche lui le cul pour qu'elle se retourne.

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Fujimoto
Professeur de Musique
Professeur de Musique
avatar

Messages : 136
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 22
Localisation : Dans la salle de musique

Carte d'étudiant
Age:: 27 ans
Pouvoir: Contrôle de la mémoire
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Dim 31 Mar - 22:44


Une palpitation

Je ne pouvais pas bouger, ce que j'aurais fais si j'avais tenté quoi que ce soit m'aurais trahi. Floyd était un fauve, un animal dont on ne pouvait détourner le regard, le plus curieux spécimen que j'avais rencontré. Il mordait, il griffait, et pourtant, je n'avais que plus envie encore de tendre la main vers l'animal, j'en souffrirais, je le savais. On ne pouvait pas espérer captiver totalement l'attention d'un félin, s'il restait à vos coté, c'était par curiosité mais ils finissaient toujours par se lasser, c'est ce que le bibliothécaire finirait par faire, bien qu'il reviendrait sans cesse me voir, il ne me serait jamais totalement soumis. Je ne le voulais pas d'ailleurs, cet homme était fait pour vivre libre et non pas enchainé par un fil invisible.

- Tu veux encore me voir ?


Je fermais les yeux, la tête basse *Pourquoi serais-je encore là si ce n'était pas le cas ? Idiot...*, cette pensée fut si forte que je me rendis compte que j'avais prononcé le dernier mot dans un murmure. J'hésitais à quitter le toit, pas par colère, mais par gêne. Est-ce que cet homme avait la moindre idée de la manière dont il me perturbait ?! Je riais intérieurement, lui même semblait déboussolé et j'en fus rassuré, nous étions pareil, encore immature dans nos sentiments, imaginer que je pouvais le chambouler autant qu'il le faisait avec moi me fis sourire. Il me torturer, une torture délicieuse qui malgré la douleur, je ne pouvais m'en délecter, la souffrance que j'endurais était terrible mais je savais qu'il aurait beau me martyriser, entre deux halètement je le supplierais de venir jouer avec moi encore une fois. Des bras aux muscles parfaitement sculpté passèrent autour de mon corps et je tressaillis sous la force de son étreinte, un souffle chaud venait chatouiller la peau sensible de mon cou et cette fois-ci, je sentis une palpitation me parcouru. La scène des douches défilait devant mes yeux et je pouvais sentir ses lèvres parcourir ma gorge, embrassant tendrement la peau nue. Je fis le vide dans ma tête, espérant qu'il n'y aurait aucun changement physique face aux pensées obscènes qui parcouraient librement mes pensées. À mon tour, je m'adossais légèrement contre sa poitrine, une faible pression contre ses vêtements qui étaient de trop, l'idée de les lui arracher sauvagement vint me titiller mais encore une fois, je reprenais mon calme en pensant à tout et à rien. Je relevais la tête, les yeux rivés vers le ciel azur. La mauvaise saison partait, emportant au loin tout mes problèmes, Floyd était mon printemps, une renaissance pour mes sentiments qui avaient, depuis bien longtemps, disparu, ne laissant derrière eux qu'une âme brisée. Je sentis le contact de ses lèvres contre ma nuque mais cette fois-ci, ce ne fut pas une illusion sortit tout droit de mes pensées, c'était la réalité et je sursautais en lâchant un faible gémissement de surprise. Je me mordis la lèvre inférieur immédiatement, étouffant la voix masculine et dévergondée qui avait osé franchir le seuil de leur muraille.

- Haaa... Cette sensation et cette odeur me manquaient tellement...

À chaque fois que ses lèvres parcoururent ma peau, un long frisson me faisais tressaillir. Je me mordais la lèvre plus fort qu'auparavant, craignant qu'un sons se glisse habilement entre mes lèvres et que cette retrouvailles ne se finisse les jambes en l'air avec un animal me faisant crier à plein poumon ! Je me laissais faire, m'abandonnant totalement à cet homme à l'apparence négligé, ce qui le rendait d'autant plus sexy. Il s'amusa à frotter son nez contre ma main et je me maudis une fois de plus, ou plutôt je les maudirent elles. Ahh... Si Floyd avait le même pouvoir que Timothée, je n'aurais pu être plus comblé !

- Tu es tellement adorable Chaton. Comment pourrais-je de nouveau te laisser en plan, hein ? Je vais tellement te coller que tu vas vouloir me faire disparaître...

Je fronçais les sourcils en me débarrassant de ses bras, me retournant face à l'homme. Je boudais gentiment, faisant la moue avant qu'une de mes mains ne se pose sur son torse. Un pas en avant, je relevais la tête vers le bibliothécaire tyrannique, de mon autre main, je lui caressais la joue avant d'approcher mes lèvres des siennes pour l'embrasser tendrement. Petit à petit, le baiser se fit plus passionné, les paupières closes, je profitais de cette agréable sensation, ses lèvres ainsi que sa langue avait un gout de cigarette, ce n'était pourtant pas si désagréable, c'était une odeur qui avait fini par devenir sienne. Ce qui devait se produire se produisit, la partie que j'avais scellé, le Derek qui avait péri lorsque j'avais emprunté ma nouvelle identité se réveilla. Toutes sortes de pensées envahir mon esprit, plus particulièrement des images de Floyd, lorsque j'en aurais fini avec lui. Le Yuki qui avait cru qu'il était impossible que le bibliothécaire s'intéresse à lui se dissipa, parce que celui que je venais de laisser sortir savais parfaitement l'attirance qu'éprouvait le beau brun à son égard. J'allais l'éduquer, faire en sorte qu'il ne puisse plus me quitter et enfin le briser. Cette partie peu sympathique sourit à cette idée, retirant lentement ses lèvres de celles de son collègue. Il savait ou plutôt je savais que je n'en ressortirais pas sans blessure, peut-être allais-je m'enticher à lui, me faisant cruellement souffrir, mais la souffrance faisait partie de moi, elle me donnait la sensation d'être vivant.

Je rouvris les yeux, taquin, je lui mordillais les lèvres avant de le laisser méchamment en plan. Toute douceur avait quitter mon visage, mes facettes de gentillesse avait été remplacée par de la malice ainsi qu'une fâcheuse manie de vouloir s'amuser. Je persistais à ne pas dévoiler ma véritable personnalité, mais les choses étaient plus dur que ce que j'avais imaginé, les yeux toujours rivé vers le vide, je me retournais en mettant les mains dans mon dos, une lueur amusée brillant dans mes prunelles couleur or.

- Priver un chat de sa liberté... Tu es vraiment diabolique, Floyd, j'avais murmuré son prénom avec une voix sensuel, c'était certainement la première fois que je l'appelais par son prénom, signe de mon changement de personnalité, n'essaye pas de m'emprisonner ou sinon...

Je revins vers lui, d'une démarche féline. Mes pas se terminèrent à quelques centimètres de l'homme, j'imitais un flingue avec ma main en collant ce qui aurait dû être le canon sur sa poitrine... À l'endroit exact où se trouvait son cœur. D'une voix enfantine, je repris la parole en murmurant, les yeux suffisamment levé pour que nos regard puissent se concentrer l'un sur l'autre.

- ... Bang. Tu finiras par vite le regretter... Un léger sourire narquois s'afficha sur mon visage et je repris d'une voix plus forte, redevenu grave et sensuel, celle qui appartenait à Derek. Si toutefois, tu as le courage ainsi que la prétention de penser que tu pourras me faire tiens...

Je retirais ma main, regrettant presque aussitôt ce geste. Il y avait deux choses qui me passionné : la violence et le plaisir charnel. Floyd était sans aucun doute, un Dieu dans le deuxième domaine et j'avais envie de découvrir ses techniques.

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂


Je sais que tu m'aime Invité

Yuki Fujimoto:
 
Revenir en haut Aller en bas
Floyd West
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Messages : 175
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 23

Carte d'étudiant
Age:: 29 ans
Pouvoir: Passe-Muraille.
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Lun 1 Avr - 1:08


♠ Défi accepté ♠


Yuki se retourna, l'air un peu boudeur comme si je l'avais vexé. Puis il avança et posa sa main à l'emplacement de mon cœur avant de poser l'autre caressante sur ma joue. Il se rapprocha et m'embrassa de ses jolies lèvres roses, un contact délicat et tendre. Mais nos deux corps réagirent au contact l'un de l'autre. Le baiser devint passionné, s'intensifiant graduellement. Je posai mes mains sur les fesses de Yuki, m'en emparant fermement tout en continuant à l'embrasser avec ferveur. J'avais prévu de rester relativement calme jusqu'à ce que Yuki m'ait totalement pardonné. Mais si ce coquin continuait à me taquiner comme ça j'allais le dévorer tout cru sans autre forme de procès. Me détachant de mes mauvaises pensées, un changement se produisit. C'était quelque chose que je ne pouvais pas décrire précisément, mais je sentais le changement. Peut-être l'atmosphère avait-elle changé. Ou le corps de mon compagnon s'était-il légèrement détendu ? Yuki décida de rompre notre baiser de lui-même. Il me fixa un instant, une lueur... Malicieuse illuminant son visage, puis me mordis la lèvre, taquin, avant de s'échapper d'entre mes bras. Je grondai sourdement, de frustration et d'amusement. Il voulait jouer... Oh oui... Alors que j'allais manœuvrer pour plaquer Yuki contre un mur et le prendre allègrement, il se retourna brusquement. Il était comme... Transcendé. Son visage avait perdu toute trace de gêne ou de timidité, comme si ces émotions n'avaient jamais parcouru l'âme de cet homme. Se penchant en avant, mains derrière le dos comme un enfant joueur, il me fixa d'un regard en quelque sorte... Diabolique. J'avais l'impression de me voir en chasse. J'étais vraiment surpris. Mais pas autant que j'allais l'être juste après.

- Priver un chat de sa liberté... Tu es vraiment diabolique, Floyd, Il avait comme ronronné mon nom, envoyant des frissons tout le long de mon dos... Excitant !
N'essaye pas de m'emprisonner ou sinon...

La menace était là, et j'attendais la suite, impatient de voir ce nouveau Yuki qui se dévoilait devant mes yeux. C'était comme l'aperçu que j'avais eu au bal de fin d'année. En au moins 200 fois plus intense. J'avais la sensation pas si désagréable que ça d'être de l'autre côté du rideau. De ce rideau qui séparait les prédateurs des proies. L'adrénaline courrait dans mes veines, me laissant figé de tension. Mais je n'avais pas peur. Oh que non... J'étais prêt à combattre, même si dans cette situation, le combat n'avait pas la même connotation. Yuki pointa deux de ses doigts gantés sur mon cœur, à la manière d'un pistolet, et me regarda de par dessous ses cils, aguicheur.

- ... Bang. Tu finiras par vite le regretter... Il sourit, comme amusé par sa propre blague, puis reprit sa voix ronronnante de sensualité. Si toutefois, tu as le courage ainsi que la prétention de penser que tu pourras me faire tiens...

Je restai coït quelques instants, vraiment surpris et décontenancé par cette nouvelle personnalité que je découvrais de cet amant désiré. Il retira sa main. Un sourire carnassier se forma sur mon visage. L'instant amoureux et tendre que nous avions partagé quelques secondes plutôt s'évaporait. Alors comme ça ce joli et mignon Yuki n'était pas aussi innocent qu'il le laissait croire... Lui aussi était un prédateur... Mon désir de possessivité, déjà réveillé par cet homme, s'amplifia d'un coup. Autant, son côté mignon m'avait déjà pas mal émoustillé, mais j'avais gardé un certain contrôle de moi-même. Mais cet adversaire de taille venait de briser toutes mes barrières, avec ses gestes tentateurs et son défi. La petite voix que j'avais bâillonné au fond de moi pour éviter toute erreur m'envahit d'un coup, exaltée. Ce professeur avait vraiment le don pour réveiller la bête qui sommeillait en moi. Il me défiait... Il allait être servi ! Moi qui avait décidé d'être doux pour le moment, je ne pouvais pas laisser passer ça. Utilisant ma force, j'attrapai les poignets de Yuki et manœuvrai pour le plaquer face au mur, les bras verrouillés dans son dos. Je me collai contre lui et rit joyeusement.

-Hé... Mais c'est que tu n'es pas un chat mon joli... Tu serais presque un tigre autant que moi... Je fis claquer ma mâchoire juste à côté de son oreille avant de pousser un grognement de défi. Cette situation était vraiment trop excitante ! Et moi qui avais pris de bonnes résolutions et qui comptais être un peu plus doux que d'habitude... Alors comme ça tu me défies de t'arracher le cœur et de le dévorer... Et si je te défiais moi aussi ?

Je ris encore une fois, sournois. Puis je le retournai face à moi avant d'emprisonner son visage d'une main, le mien à peine à quelques centimètres. Je lui caressai la nuque de mon autre main, puis la glissai sous sa chemise et descendis avec une lenteur délibérée.

- Et si on jouait à "Qui le premier s'emparera du cœur de l'autre ?" ? Ce ne serait vraiment pas drôle si je jouais tout seul, non ? Je lui volai brusquement un baiser puis lui soufflai à l'oreille. Celui qui gagne disposera comme il le veut du perdant...

La bête en moi exultait, ravie d'avoir trouvé un challenge à sa hauteur. Et tout au fond, une petite pointe de lucidité me soufflait que j'étais déjà amoureux et que j'avais toutes mes chances de perdre et de me brûler les ailes. Elle ronchonnait aussi en disant que Yuki était bien plus mignon timide. Mais cette fois, ma sauvagerie prédominait et remporta la partie. "La ferme ! Le Yuki timide est bien mignon à torturer... Mais ÇA !!! Ça c'est cent fois plus excitant !!! J'en trouverai pas deux comme ça, je compte pas laisser passer ma chance de choper ce petit sauvageon pour tes conneries ! Putain... Je vais me le faire lui..." J'embrassai de nouveau Yuki avec ferveur, ma main qui enserrait auparavant son visage à la lisière de sa ceinture, y glissant sournoisement les doigts pour caresser sa belle peau douce. Puis je relâchai mon nouveau jouet et amant - car avec notre jeu, c'était sûr qu'on aurait de bonnes parties de jambes-en-l'air - et reculai hors de portée, bras croisées. Puis je le fixai, les yeux brûlants de le prendre tout de suite, un sourire tentateur dévoilant mes dents que je sentais menaçantes, prêtes à mordre dans la chair fraîche. Je ne ferais pas le premier pas. Notre jeu commençait et il était hors de question de perdre la première manche. Je m'adossai contre le mur et attendit de voir ce qui allait se passait, les yeux à moitié fermés, un ronronnement sourd sortant de ma gorge sans discontinuer.

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Si la vie te tourne le dos, touche lui le cul pour qu'elle se retourne.

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Fujimoto
Professeur de Musique
Professeur de Musique
avatar

Messages : 136
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 22
Localisation : Dans la salle de musique

Carte d'étudiant
Age:: 27 ans
Pouvoir: Contrôle de la mémoire
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Jeu 4 Avr - 15:45


Nouvelle règle...


Je souriais, me demandant si le bibliothécaire comptait resté ébahit pendant encore plusieurs heures, je sentais la lassitude m'envahir, pas assez d'acte, trop de blabla. Je n'aimais pas perdre mon temps à regarder mon partenaire dans le blanc des yeux, ça m'agaçais, ça m'irritai, je voulais sentir mes ongles s'enfonçait dans la chair de l'homme, le sentir frissonner, prisonnier entre le plaisir et la souffrance. Je fixais mes mains avec un regard accusateur, tout était de leurs fautes ! Sans elle, j'aurais pu me jeter dans la mêlé, elles étaient des chaines qui m'empêcher de laisser mes rêves devenir réalité, à mon plus grand malheur. Ses mains attrapèrent avec force mes poignées, martyrisant ma chair qui en réclamait d"avantage, mon regard aurait pu supplier cet homme de me brutaliser d'avantage mais je ne voulais pas l'effrayer... Non... Mon jeu commencerait dès lors que Floyd ne pourrait plus se passer de moi. Ce tissu était de trop, si j'avais pu, j'aurais attraper le haut de mon collègue avec les dents pour le mettre à nu... Je calmais mes ardeurs en inspirant profondément afin qu'il ne remarque pas mes pensées malsaine.

-Hé... Mais c'est que tu n'es pas un chat mon joli... Tu serais presque un tigre autant que moi... Sa voix résonna au creux de mon oreille et son grognement me fis tressaillir, comme pour répondre à ce comportement bestial, j'avais presque collé mes hanches à la bête. Et moi qui avais pris de bonnes résolutions et qui comptais être un peu plus doux que d'habitude... Alors comme ça tu me défies de t'arracher le cœur et de le dévorer... Et si je te défiais moi aussi ?

Je haussais un sourcil, un sourire carnassier sur les lèvres, curieux de connaitre ce défi que pour rien au monde je n'aurais refusé. Quel qu'il était, Floyd était le genre d'homme à aimer les duels et les paris, il devait aimer les hommes qui se lançaient dans des jeux passionnés et qui ne reculait devant rien, pour le séduire et le faire mien, je serais la poupée parfaite, une marionnette à son image. Je me cambrais sous l'étrange sensation que me procuré ses doigts glissant sur ma peau, lâchant un grognement inhumain.

- Et si on jouait à "Qui le premier s'emparera du cœur de l'autre ?" ? Ce ne serait vraiment pas drôle si je jouais tout seul, non ? Il m'embrassa avant de me murmurer à l'oreille, presque agressif. Celui qui gagne disposera comme il le veut du perdant...

Je n'aimais pas ce genre de jeu, simplement parce que je me refusais de m'attacher à quelqu'un, quel qu'il soit. Je ne comptais pas changer en m'attachant au beau bibliothécaire, si ma personnalité faible s'était éprise de lui, il m'en faudrait plus pour avouer mes sentiments à l'animal. L'agressivité perçu dans sa voix avait été inexistante, je me l'étais créée de toute pièce, voyant dans son comportement une menace. Il m'embrassait, taquin avant de séparer nos deux corps meurtri par ce désir inexplicable, mon cœur tambouriné dans ma poitrine et je me forçais à croire qu'il s'agissait de l'excitation et non pas d'autre chose, le visage de l'albinos me revint en mémoire subitement, mettant fin à tout mes doutes. Ses yeux noyer par les larmes, ses appels de détresse et l'impassibilité qui s'en était suivit lors de notre dernière rencontre, jamais plus je ne serais amoureux, la seule chose qui m'obsédé était cette soif de vengeance, faire payer à cette personne qui m'avais tout pris, je le haïssais ! Si quelques secondes auparavant mon visage avait été trouble, il avait reprit une totale lucidité, un sourire félin aux lèvres. Floyd attendait un peu plus loin, les bras croisé, comme peu de temps avant, je remettais mes mains dans mon dos en me déplaçant -presque en sautillant- jusqu'à l'homme, cette nature quelque peu désagréable devenait très jovial lorsqu'un jeu intéressant s'offrait à lui, en passant à coté du bibliothécaire, je ne m'arrêtais pas, le dépassant, m'adossant à son dos.

- Très bien, je sens que ça va être amusant, je ne compte pas perdre tu sais...

Je me retournais, attrapant subitement Floyd en l'obligeant à se retourner, le tenant fermement par le col, je le rabaissé à moi pour l'embrasser avec fougue, un sourire narquois dessiné sur mon visage. Les yeux à demi-ouvert, je plongeais mon regard dans le sien, séparant nos lèvre et murmurant ma petite règle personne.

- À moi de rajouter une petite règle dans de cas... Avec espièglerie, je le relâchais en faisant un pas en arrière, souriant cette fois-ci méchamment, si tu perd, tu devra toucher mes mains... Sans poser de question.

Je me retournais, marchant jusqu'au barrière de sécurité. Je posais mes coudes sur le métal, fixant le vide, la tête baissé. Si Floyd et moi nous connaissions plus intimement, sans aucune hésitation j'aurais sauté par dessus les barrière, marchant maladroitement sur le rebord qui me supplierait de tomber, le vent aurait essayer de me pousser, provoquant la mort imminente d'une erreur de la nature, mais je n'en fis rien, de peur d'inquiété mon interlocuteur. Je refis face à Floyd, adossé contre la fine protection qui aurait pu me menacer de céder à tout instant en me faisant chuter dans le vide.

- Alors, es-tu d'accord, ou crains-tu de ne pas pouvoir faire le poids contre moi ?

Mon visage s'était assombrit, bien qu'un magnifique sourire surplombait mon visage, mes yeux étaient terne, tout comme ce faux sourire mesquin, je jouerais avec lui avant de le jeter... Mais une partie de moi me crier de refuser ce jeu car si tout continuer, je n'aurais simplement plus la force de le briser.

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂


Je sais que tu m'aime Invité

Yuki Fujimoto:
 
Revenir en haut Aller en bas
Floyd West
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Messages : 175
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 23

Carte d'étudiant
Age:: 29 ans
Pouvoir: Passe-Muraille.
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Ven 5 Avr - 21:57


♠ Défi accepté ♠


Yuki parut perdu dans ses réflexions pendant un très court instant. Mais cette expression disparut, laissant place à un air félin un peu lubrique. Bondissant presque jusqu'à moi de ses pas légers, il me dépassa sans me laisser le loisir de l'attraper, avant de se positionner derrière moi, dos à dos. Je ne bougeai pas, conscient de cette chaleur qui émanait doucement de lui, et qui me chamboulait de l'intérieur. Je n'étais vraiment pas à l'aise avec toutes ces réactions inédites que mon corps avait. Je n'aimais pas vraiment ça, j'avais l'impression d'avoir perdu le contrôle, et par là-même un peu de ma liberté. Mais mon côté sauvage m'avait littéralement envahi, et il n'avait que faire de mes états d'âme. Tant qu'il pourrait avoir Yuki, il se moquait bien des conséquences.

- Très bien, je sens que ça va être amusant, je ne compte pas perdre tu sais...

Je me reconnectai à la réalité, mes pensées de nouveau dirigées vers ce défi des plus attrayants. Mon corps en aurait presque tremblé de frustration.

- Je l'espère bien.

Je ne disais pas ça seulement devant son enthousiasme pour notre nouveau jeu. J'avais un esprit de compétition très développé, mais une idée un peu malsaine me trottinait derrière la tête depuis que j'avais abordé le sujet de la soumission du perdant. Je n'étais pas maso, loin de là, je préférais même de loin être celui qui dirige. Mais de voir Yuki tout faire pour me soumettre avait un côté vraiment excitant. Ce dernier se retourna tout à coup et m’agrippa par le col pour me placer face à lui. Je ne résistai pas à son geste, curieux et impatient. Allait-il m'embrasser ? Me toucher ?... Il me tira brusquement vers le bas, et nos lèvres s'entrechoquèrent impatientes. Nous nous fixions, les yeux brûlants, tout en nous embrassant. Ou plutôt je me laissais embrasser. Au fond de moi, un regain de fierté me gueulait que je devenait un vrai chien soumis, mais je l'écartai d'une gifle mentale. Il n'était absolument pas dans ma nature d'être dominé, et je ne céderais pas à cela, même devant Yuki. Tout au plus nous serions sur un pied d'égalité. C'était d'ailleurs ce que je souhaitais. Je savais Yuki spécial pour moi, et même en étant violent et autoritaire avec lui, je ne le considérerais pas comme une vulgaire putain. Certes, je serais enclin à laisser Yuki faire comme il le voulait, mais ce serait plus pour lui faire plaisir que par soumission. Yuki se décolla de mes lèvres de lui-même, me laissant un peu en manque. Je soupirai intérieurement, de frustration et de dépit. De dépit envers moi-même.

- À moi de rajouter une petite règle dans de cas... Si tu perd, tu devra toucher mes mains... Sans poser de question.

Il murmura ces mots à seulement quelques millimètres de mes lèvres, les frôlant aléatoirement des siennes selon ses paroles, envoyant des frissons le long de mon corps. Puis il avait reculé pour prononcer ses derniers mots. Je restai figé devant ces paroles, refroidit dans mon excitation. Elles faisaient remonter en moi le souvenir bref de ma seule expérience de son pouvoir, teinté d'une curiosité inassouvie. Il avait frôlé une jeune femme de sa main nue, et elle était repartie en titubant, toute chamboulée. Je ne savais pas quel était son pouvoir exactement, et je ne comptais pas lui demander. Si il voulait me le dire un jour il le ferait. Je me moquais de ça, tant que je pouvais toucher le reste de son corps. Mais de là à risquer je ne sais quoi pour un simple jeu... Yuki s'était détourné de moi, accoudé à la barrière. Je voyais son corps tendu, et je me demandais quelle expression pouvait bien traverser son visage à ce moment-là. Je voulais vraiment voir ce visage. Bien plus que je n'avais été curieux du pouvoir que contenaient ses mains. Il se retourna, comme si il avait entendu mon souhait. A cet instant, j'avais déjà perdu mon expression sournoise. Mais si ça n'avait pas était le cas, elle aurait disparu à cet instant.

- Alors, es-tu d'accord, ou crains-tu de ne pas pouvoir faire le poids contre moi ?

Il me souriait toujours. Mais c'était un sourire qui n'allait pas avec sa phrase. Un sourire sombre et sans joie. Je commençais à être un peu énervé de le voir se comporter comme ça. J'avais l'impression de me faire manipuler, et ça ne me plaisait pas du tout. Je le regardai intensément, sérieux pour une fois. Puis je m'approchai et attrapai une de ses mains, que je posai sur ma joue. Puis je souris plutôt sévèrement.

- Je ne sais pas quel est ce pouvoir si dangereux que tu me caches. Mais un pari est un pari, je te laisserai faire ce que tu veux si je perd. Mais je compte bien me battre avec toute ma force.

Me rapprochant de lui, je le serrai entre mon corps et la barrière de sécurité et l'embrassai une dernière fois, d'un geste à la fois doux et un peu sauvage. Puis je me reculai et posai ma main doucement sur sa poitrine, à l'endroit où je sentais son corps battre. Je caressai doucement cette partie.

- ... J'espère juste que si je perd tu n'en souffriras pas... Et moi non plus d'ailleurs.

Plissant le nez, je souris malicieusement, pour masquer mon air un peu trop sérieux. Mais je continuai à le fixer sans relâche. J'enfonçai mes doigts doucement dans la chair de son torse, comme pour lui arracher le cœur, mais sans lui faire mal. Puis je l'embrassai une dernière fois et m'écartai de lui, me plaçant approximativement à l'endroit que j'espérais être le bon. Je regardai Yuki une dernière fois.

- Je sais que je t'ai promis de te coller jusqu'à ce que tu en ai marre, mais je n'ai pas envie de perdre, et encore moins aussi vite. Alors je vais encore partir le premier, sinon je pense que je vais sérieusement finir par te sauter dessus. Mais ne sois pas triste... Si je te manque viens me voir, je ferai pareil de mon côté. A part ça... Je pense que je ne peux te dire qu'une chose : Que le meilleur gagne !

Je lui lançai un regard filou en imitant le salut militaire, puis me laissai tomber comme une pierre en activant mon pouvoir, traversant le sol en espérant du plus profond de mon cœur que j'avais bien calculé mon coup, et que j'allais retomber deux étages plus bas sur un des lits de ma chambre. Sinon j'étais bien partis pour faire un long et humiliant séjour à l’hôpital. Et à côté de ça, j'espérais que Yuki n'allait pas encore être déçu par ces départs volages dont j'avais le secret. Et, encore plus profondément, je souhaitais gagner à tout prix. Je ne savais pas ce que comptais me faire mon tourmenteur, mais je ne souhaitais pas le tester. Je n'aimais pas la douleur

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Si la vie te tourne le dos, touche lui le cul pour qu'elle se retourne.

Revenir en haut Aller en bas
Yuki Fujimoto
Professeur de Musique
Professeur de Musique
avatar

Messages : 136
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 22
Localisation : Dans la salle de musique

Carte d'étudiant
Age:: 27 ans
Pouvoir: Contrôle de la mémoire
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Sam 6 Avr - 11:37


Nouvelle règle...


Le contact de sa joue sous mes doigts me fit frémir, un désir brulant me murmuré d'enlever le tissu pour caresser directement la bête, mais je ne le pouvais, tout d'abord parce que ça n'aurait pas été amusant qu'il ne se souvienne plus de moi simplement par pur curiosité et ensuite, l'enfant cacher derrière un masque se refuser de perdre une nouvelle fois la personne qu'il aimait.

- Je ne sais pas quel est ce pouvoir si dangereux que tu me caches. Mais un pari est un pari, je te laisserai faire ce que tu veux si je perd. Mais je compte bien me battre avec toute ma force.

Floyd colla son corps finement musclé contre le mien et je regrettais immédiatement ce geste. Mon cœur s'accélérait et je craignais que le bibliothécaire s'en rende compte, cependant, il semblait trop occupé à m'embrasser qu'à le remarquer, jusqu'à ce que ses doigts ne se pose délicatement sur mon torse, la partie de mon corps battant à tout rompre. La fièvre fini par me gagner rapidement, la simple caresse de ce toucher avait suffit à me faire frissonner et je retins un grognement bestiaux entre mes lèvres, *ce n'est que de l'excitation, rien de plus !*

- ... J'espère juste que si je perd tu n'en souffriras pas... Et moi non plus d'ailleurs.

Je venais de me prendre une douche froide, dans son ignorance, Floyd m'avait jeté un seau d'eau glacé sur la tête et je réprimais un frisson d'angoisse mélangé à celui du dégout. Je cachais tant bien que mal mon inquiétude, ne comprenant pas comment l'employé avait pu remarquer que s'il perdait, je serais certainement celui qui en souffrait le plus. Non, enfaite, je serais celui en souffrirais tout court ! Le bibliothécaire n'aurait plus aucun souvenir de moi, il en ignorerait même jusqu'à mon nom, comment pourrait-il regretter quelque chose qui dans sa tête n'existait plus ? J'étais blessé, meurtri de comparer les dégâts de ma vengeance. Sa prise se resserra contre mon torse et la partie dévergondée de mon âme lui miauler sauvagement à l'oreille que j'en voulais plus, que je voulais sentir mon sang couler sur ses doigts et ma vie s'arracher entre ses mains. Je voulais qu'il me tue, qu'après en avoir fini avec moi, je ne sois plus qu'une carcasse, inutile d'articuler le moindre mot, incapable de réfléchir, trop faible pour respirer... Durant son dernier baiser, je le partageais avec lui, empêchant mon corps de se frotter au sien pour le sentir me transpercer avec brutalité. Puis le tyran me laissais seul, contrarié de ce départ soudain qui, pour ma part, aurait dû se finir les quatre patte en l'air...

- Je sais que je t'ai promis de te coller jusqu'à ce que tu en ai marre, mais je n'ai pas envie de perdre, et encore moins aussi vite. Alors je vais encore partir le premier, sinon je pense que je vais sérieusement finir par te sauter dessus. Mais ne sois pas triste... Si je te manque viens me voir, je ferai pareil de mon côté. A part ça... Je pense que je ne peux te dire qu'une chose : Que le meilleur gagne !

D'un geste futile de la main, je répondais à son salut et le regardais disparaitre à travers le sol... Une pensée vint s'agitait dans ma tête lorsque j'en vins à me demander où l'homme allait retomber, n'allait-il pas se blesser ? Ne craignait-il pas de faire une mauvaise rencontre ou de se tuer ? Je fis taire mon agitation d'un juron à peine audible. Je me grattais la tête d'une main baladeuse, le visage crispé par les sentiments navrant qui vinrent m'assaillir. Je baissais la tête, contemplant le béton blanc sous mes pieds, le regard douloureux. Ma main se posa sur mon visage, cachant les émotions qui défilèrent sur ce dernier. J'avais peur, peur de le blesser et de gagner, je me refusais de perdre mais que ferais-je ensuite si j'en sortais vainqueur ? Plus rien ne pourrait le sauver, la douleur me rongerait de l'intérieur et même mes plus fidèles collègues ne pourrait reconnaitre le cadavre déambulant dans les couloirs. Le visage terne, j'aurais errais sans défense, attendant qu'un pervers s'en prenne à moi et mette enfin fin à mes jours. Cette douce partie résonnait en moi, elle voulait tenir Floyd par la main, montrait au monde entier qu'il lui appartenait, voulait faire savoir qu'il l'aimait... Faiblement, je chuchoté, laissant le vent emporter au loin mes mots que nul ne devait entendre.

- Tu aurais dû me fuir pendant que tu le pouvais Floyd... Un rire strident vint caresser la douce peau de mes lèvres, les écartant d'un rictus amer et furieux, je relevais la tête en la jetant en arrière, un regard carnassier rivé vers le ciel infini, bientôt, même toi ne pourras plus le sauver...

Ses paroles m'avais été adressé et j'avais parfaitement conscience que si quelqu'un était passé à ce moment là, ils auraient pu croire qu'un psychopathe schizophrène s'était évadé de l'hôpital psychiatrique pour assouvir sa tendre vengeance...

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂


Je sais que tu m'aime Invité

Yuki Fujimoto:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Fujimoto
Professeur de Musique
Professeur de Musique
avatar

Messages : 136
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 22
Localisation : Dans la salle de musique

Carte d'étudiant
Age:: 27 ans
Pouvoir: Contrôle de la mémoire
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Sam 6 Avr - 11:38

Fin et désolé pour ce dernier post... Je le trouve bizarre XD

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂


Je sais que tu m'aime Invité

Yuki Fujimoto:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kyra Hunter
Trafiquante d'arme
Trafiquante d'arme
avatar

Messages : 1381
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 23
Localisation : Dans ton cul '-'

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir: Demi-démon, tentation
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   Sam 6 Avr - 14:20

ah ?? moi j'aime bien '^'

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Le thé à la menthe doit être amer comme la vie, mousseux comme l'amour et sucré comme la mort...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tentative de réconcilliation [PV-Yuki][Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur les traces d'une BSH {PV Yuki} (FINI)
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Chavez soupconne une tentative d'assassinat contre sa personne
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Rose  :: ~Paperasse~ :: Corbeille & Archive :: Rps terminés-
Sauter vers: