Entrez dans un pensionnat un peu fou ou se côtoient des humains aux pouvoirs étranges... Hentai / Yaoi / Yuri accepté.
 

Partagez | 
 

 Mya ~ The Scarlet Blood's River

Aller en bas 
AuteurMessage
Mya K. Ieyasu
Club de Danse
Club de Danse
avatar

Messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/12/2013
Localisation : Derrière vous, chaton...

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Mar 31 Déc - 11:51



Ieyasu & Mya Kasumi Witasari Shi Johanna

Identity Card


Nom : Ieyasu

Prénom(s) : Mya Kasumi Witasari Shi Johanna

Âge : Dix-huit ans, chaton...

Anniversaire : Le 06 septembre...

Sexe : Un homme. ... Une femme, pardi... !

Sexualité : Bisexuelle, selon toute vraisemblance. A vérifier, elle-même n'en est pas certaine...

Nationalité : Japonaise, père japonais et français et mère indonésienne et anglaise ( compliqué tout ça )...

Classe : B ~

Niveau d'étude : Troisième année, petit cœur...

Club : Club de Danse ~ Elle n'a pas de rang particulier...

Emploi : Gymnaste connue et réputée, est passée maître dans les Arts Martiaux mais n'exerce pas de métier pour ce deuxième point.

Pouvoir : Vous connaissez les Diclonius ? Ces êtres qui ont des petites cornes sur les deux côtés de la tête, et qui ont au moins deux paires de vecteurs ( bras ) dans leur dos ? Et bien c'est le cas de Mya. Elle a trois paires de vecteurs ( six bras invisibles donc ) qui ont une portée de quatre mètres, c'est-à-dire que Mya ne pourra pas les allonger au-delà de quatre mètres. Rappelons quelques points, cela ne fera de mal à personne.

Ces vecteurs ne peuvent pas être détruits avec une quelconque arme blanche, à distance ou à feu. Fait encore plus incommodant, ils sont invisibles pour l'œil humain et non, vous ne pouvez pas les entendre non plus. Les sentir, oui. Vous l'aurez compris, ces vecteurs sont puissants. Trop ? Toute puissance a ses limites, et celles du pouvoir de Mya ne sont pas du tout sans conséquences. Ce ne serait pas drôle sinon, n'est-ce pas ?

Première limite, et sans doute la plus lourde pour Mya, sont les conséquences de ce pouvoir qu'elle vit au quotidien. Exactement, au quotidien. Elle est insomniaque et ne dort que deux heures par nuit. Si elle dort trois heures, elle s'étonnera toute seule en se réveillant à pas d'heure. Et ce, qu'elle soit suprêmement fatiguée ou non, elle ne dormira pas plus. Seul cas exceptionnel ? Les anesthésiants, pour sûr, mais de ceux que l'on trouve en hôpitaux. Evidemment. Trop simple, sinon.

Hebdomadairement ? Une céphalée. Et oui, une céphalée par semaine. C'est beau, non ? Quel excès de douleur... De plus, jour comme nuit, une migraine peut lui prendre brusquement, tout comme des crises d'épilepsie. Vous l'avez compris, santé pourrie à cause de ce pouvoir. La classe...

Deuxième limite, et oui, une deuxième. Il y en aura une autre après. Oui, cela vous fait de la lecture, mes poussins ~ Ses cornes sont particulièrement sensibles. Elles sont dures et ne se cassent pas facilement sous l'impact des armes blanches, mais les armes à feu les feraient voler en éclats. Détruire ces cornes ne feraient que réduire une faiblesse, vu que dès qu'une de ses cornes a un impact fort, cela l'immobilisera durant quelques secondes, sept au plus. En sachant qu'une corne est plus sensible que l'autre, à vous de savoir laquelle...

Et, pour nous amuser encore plus, sachez que détruire l'une ou les deux ne servira à rien, elles repousseront en une nuit. Mais enfin, vous aurez le mérite de faire grimper la fièvre de Mya et lui provoquer des vomissements la nuit, ce qui n'est pas plus mal. Petit détail, selon la puissance de l'impact sur ses cornes, notre jeune femme aura plus ou moins mal à la tête. Et oui, encore la tête...

Troisième limite. Mettons les choses au clair, ses bras n'iront pas plus loin que quatre mètres ( autour d'elle, quatre représente un rayon ) et partent de son dos, non, ils ne peuvent pas encore traverser les murs ( les détruire oui, en revanche ), et ne peuvent pas tout stopper non plus. Mettons les choses au point, ses vecteurs ne craignent que les armes à feu. Les autres ? Ses vecteurs les arrêteront sans trop de difficulté, si la demoiselle est concentrée ~

Les lames les plus tranchantes ne pourront rien y faire, et inutile d'essayer d'empoisonner ses vecteurs, cela ne sert à rien et cela ne marchera pas en plus d'être une perte de temps. En revanche, certaines lames, pas forcément les plus aiguisées, pourront stopper ses vecteurs, d'autant plus si Mya est faible physiquement ou mentalement.

Une bombe nucléaire ne les détruira pas, mais Mya, elle, ne tiendra pas et lâchera prise. Bon, pas qu'avec une bombe nucléaire, tout dépend du calibre de la balle, à vrai dire. Plus de 30 millimètres, et vous la mettrez en difficulté et vous pourrez même l'atteindre - vu que ses vecteurs lâcheront -. Bref, quelle est la troisième limite ( et non, je ne tourne pas autour du pot ) ? Très simple... Sa concentration.

Un peu tiré par les cheveux, vous me direz... Et bien non, important de le préciser. Tout simplement car si elle ne se concentre pas un minimum... Biiiiiiiim, ses bras disparaissent comme ça, d'un coup ! Pschit ! Et la concentration qu'elle y met dépend de ce qu'elle veut faire de ses bras. Et c'est également pour cette limite que... Mya est nulle en défense. Mais nullement nulle, elle arrive à arrêter certains objets ( et les balles n'excédant pas 10 millimètres de calibre ) c'est vrai, mais avec ses vecteurs, elle reste nulle en défense. Peut-être cela s'améliorera au fil des rencontres, mais encore...


feat : Lucy de Elfen Lied... ~

The Description of the Scarlet Blood's River


-" Joli enfant que voilà, Monsieur Ieyasu.

- Votre compliment me va droit au cœur, monsieur l'inspecteur. "

L'inspecteur de police était sur le pas de la porte, et il avait tendu une photo à Yoru Ieyasu pour la confirmation que la jeune fille de 8 ans qui s'y trouvait était bien sa fille. Et bien oui, c'était elle, pas en chair et en os, bien qu'elle ait grandi entre temps, mais enfin... Le policier, Hikari-kun, détaillait la photo, s'interrogeant de plus en plus sur la véracité du dossier sur lequel il travaillait depuis plusieurs années.

Le teint rosé, quoique plutôt pâle, les traits fins et délicats, une future belle poitrine, ce corps minutieusement dessiné avec la plus grande finesse cachait à merveille sa force, si force elle avait. Lèvres fines, ici étirées en un sourire joyeux, des yeux rouges, d'un rouge sang écarlate, reflétant un plaisir incommensurable, un visage doux, fin, tout simplement magnifique. Quant à sa chevelure rouge, plus que rouge flamboyante, d'un rouge magnifique, presque écarlate. Un rouge légèrement foncé. Yeux rouges, chevelure rouge déjà bien longue - lui arrivant au bas du dos, s'il en croyait la photo -, le policier soupira. Saleté d'affaire remise sur le plateau.

Il suivit le père de famille, qui l'emmena dans un bâtiment correspondant au dojô du Quartier Ieyasu, sorte d'immense propriété à l'écart de tout, assez éloignée de la civilisation, mais qui pouvait presque se suffire à elle-même. Et là, il vit le changement de la jeune fi... femme. Plus de sourire, plus de joie. Un vissage dénudé de toute expression. De la froideur à l'état pur, avec une telle intensité qu'on aurait pu la croire tout simplement vide. Assez surprenant le changement radical en presque dix années. Il relut le dossier, s'attardant sur la partie médicale, la plus récente. Il fut étonné du résultat, un mètre soixante-huit pour seulement quarante huit kilos ?

Il s'attarda sur ce qu'il voyait. Sa longue chevelure rougeoyante lui arrivait en-dessous des fesses, et la finesse de son corps cachait toujours aussi bien ses muscles. Inutile de douter de sa force lorsqu'on voyait ce qu'elle faisait ; elle s'entraînait avec un nodachi. L'arme en elle-même était lourde, lourde et longue, et au vu des gestes qu'elle faisait, sa force ne faisait aucun doute. Sa rapidité et sa souplesse également... Une vive agilité donc. Où était passé la Mya qu'il avait sur la photo au moment de cet... Cet incident, dix ans auparavant ?

La jeune femme était vêtue d'un simple kimono de combat, noir et rouge, et s'entraînait, encore et encore, sur des enchaînements qu'elle connaissait déjà par cœur. Elle termina en rangeant l'arme dans son fourreau, et en saluant son adversaire, qui n'était autre que son Senpai. Et là, elle s'étira. Plus de force brute, mais de la grâce, des mouvements aussi fluides et lents que souples. Plus l'inspecteur la regardait, plus il se demandait pourquoi le père n'avait pas arrêté sa fille depuis maintenant... Un peu plus de quarante minutes. Qu'attendait-il, bon sang ?

A la fin de son étirement, la voix de Mya se fit ressentir. Une sonorité... Plus qu'inhabituelle. Une voix cristalline et chantante, un soprano mélodieux, mais une voix incompréhensiblement enfantine, semblable à la voix d'une jeune fille de quatre ou cinq ans. Invraisemblable. Voix qu'elle utilisa pour dire une phrase simple, et courte ; "Je vous remercie, Senpai" , sans aucun sourire, sans aucune expression autre que ce visage froid. Son père l'interpella à ce moment, et elle se tourna vers eux. Un sourire, minuscule, à l'adresse de son père. Une face aussi glaciale que la mort adressée au policier. Ce dernier fronça les sourcils. Elle l'avait reconnu, ou bien... ?

Elle se dirigea vers son sac, à quelques pas d'elle, et se déshabilla. Sans aucune gêne. L'inspecteur en fut bouche bée, et regardait comme l'idiot qu'il était en train de devenir. Constata que ladite future belle poitrine l'était bel et bien, mais que ladite belle poitrine n'allait pas dans l'extravagance pour autant. Et il ne put louper son dos. Un immense dragon noir recouvrait tout son dos, avec trois kanjis en rouge sang ; l'un, au-dessus, signifiant esprit, le deuxième signifiant rivière et le troisième signifiant sang étaient dessous le premier. Mais surtout, une cicatrice, immense. Une croix qui traversait tout son dos et qui était impressionnante ; elle se voyait parfaitement, et on croirait même qu'elle était boursouflée. Les deux diagonales auraient dû faire sauter des vertèbres, toucher des organes vitaux, mais il semblerait que le destin en ait choisi autrement. Mais où donc était passée Mya Kasumi Ieyasu, l'authentique, l'éternelle souriante... ? L'éternelle pacifique, la première à soutenir la non-violence... ? Yoru Ieyasu lui apprit qu'elle s'était faite cette blessure suite à un Championnat d'Arts Martiaux, et qu'elle la gardait et la chérissait depuis quatre ans.

Après avoir enfilé de sommaires sous-vêtements blancs, elle enfila un débardeur blanc, qui ressemblait davantage à une tunique pour sa longueur, et un short vert, qui ne se voyait qu'à peine, caché par le débardeur. Là, elle rejoignit son père et s'assit en seiza à ses côtés, et tourna son regard vers le policier. Visage glacial, regard meurtrier, on aurait presque dit que seul la présence de son père l'empêchait de tuer l'homme face à elle. Le policier parla calmement, disant qu'il préférait discuter des faits autour d'une tasse de thé chaud. Sitôt dit, sitôt fait, la jeune femme se changea à nouveau, laissant de nouveau le policier dans l'étonnement. Elle se vêtit de sous-vêtements noirs, mit alors un pantalon noir strié de fermetures éclairs, deux poches au niveau des genoux côté extérieur, et les quatre poches dites " normales ". Elle mit une ceinture noire aux quelques bouts métalliques d'où pendaient diverses bourses au contenu inconnu, une chemise blanche, et fit glisser une paire de kodachis dans son dos. Elle enfila un ample manteau noir, dont l'intérieur était en velours, qui contenait plus de poches internes que de poches externes - déjà en masse -, et fit coulisser la porte du dojô. La voilà habillée dans sa tenue de tous les jours...


-" Allons-y... "

C'est seulement à ce moment-là que le policier remarqua le fin ruban de soie violette noué autour du cou de la jeune fille, ainsi que le tatouage d'une rose rouge en corolle, tige et épines comprises, sur le côté gauche de son cou.

The States of Mind of the Scarlet Blood's River ~

Ce policier agaçait la jeune femme, et son regard meurtrier n'en était que la seule démonstration visible. Intérieurement, Mya bouillonnait et ne rêvait que d'une chose, lui arracher le cœur avec ses vecteurs, lui broyer la tête, lui démolir ses misérables entrailles, lui... Elle s'asséna une claque mentale. Son père était là, présent à côté d'elle, et non seulement elle ne pouvait le décevoir, mais en plus elle devait honorer sa promesse, encore et toujours. Mais cet inspecteur... Qu'est-ce qu'il venait foutre ici, hein ?!

Son visage restait froid, glacial lorsqu'elle sentait le regard du policier posé sur elle. Parfois, Mya regrettait d'être aussi impudique et perverse ( au sens certes sexuel, mais aux sens de cruelle, sadique et immorale ), et encore que, les mots étaient faibles. Elle pouvait se mettre nue devant n'importe qui, comme coucher avec n'importe qui. Le seul cas de force majeur où elle atténuait ce côté de sa personnalité, c'était lorsque sa fierté rentrait en jeu ; et vu la fierté plutôt immense de la jeune femme, c'est vous dire que sa fierté c'est... Tout. Et ce policier avait bien profité de la vue qu'il avait... Ah, mais quel cochon, franchement. Elle l'avait refroidi avant de se déshabiller, elle aurait dû le faire après. Quelle sotte. En effet, face aux personnes qu'elle appréciait, considérait, et qui avait sa confiance, Mya arrivait à leur sourire sans mal. Un petit sourire, mais cela étant mieux que rien. Face aux autres, rien que son visage froid. Face aux personnes qu'elle ne supportait pas, ou que son instinct ou son intuition ou les deux sentaient mal, elle avait un visage glacial et un regard meurtrier. A croire que cela ne lui avait pas suffi à cet avorton de poulet de basse-cour...

Marchant dans les jardins de la propriété pour regagner le bâtiment central, le visage froid de la demoiselle ne laissait absolument rien filtrer des émotions ou sentiments qui l'assaillaient intérieurement. Ce n'était pas un masque émotionnel, elle avait toujours été ainsi depuis l'Accident. Son aura fulminait de rage, mais cela, pour ceux qui étaient capable de la voir et de l'étudier. Comme son père, par exemple. Raaaah, c'était bien cela qu'elle ne pouvait pas encadrer avec les pouvoirs. Elle s'arrêta, ferma les yeux, et s'exhorta au calme. Et se mordit le bras volontairement, laissant un mince filet rouge s'écouler sur sa peau, sous les yeux étonnés de l'inspecteur. Yoru Ieyasu l'empêcha d'un geste de s'approcher de sa fille, sachant, lui, qu'elle était bel et bien en train de se calmer. Plutôt irritable, la gamine... de dix-huit ans, pensa son père en souriant.


*~*~*

Yoru regardait les faits et gestes de sa fille. Après avoir repris son calme, la fluidité et la limpidité de son aura attestèrent du fait qu'elle avait retrouvé tout son sang froid. L'homme s'en étonnait, beaucoup plus que le policier qui n'avait absolument rien vu venir. Le père connaissait sa fille comme personne, sa mère excepté, et il savait parfaitement qu'avec son calme olympien, son irritation arrivait toujours à être contenue. Si ici il ne l'était pas, cela voudrait dire que... Et bien que l'intuition ou l'instinct ou les deux de la jeune femme ne pouvaient pas encadrer l'inspecteur. Yoru s'en étonnait, car il ne ressentait aucune onde négative du policier, bien qu'il soit plutôt louche qu'il accourt comme une fleur dans le Quartier Ieyasu plutôt reculé et en marge de la civilisation.

Sa fille avait toujours été des plus intuitives et instinctives, suivant et écoutant son intuition à la trace. Elle écoutait avant tout son intuition, suivie de près par son instinct. Le reste venait après, toujours et forcément après, et le fait que ici, Mya place sa haine au premier rang ne pouvait avoir d'autres explications. Elle n'était pas spécialement rancunière, mais conservait simplement une bonne mémoire. Une mémoire sensorielle, par ailleurs, qui se révélait autant utile que dérangeante pour ses proches. A moins que... Yoru observa bien sa fille et revisita aussitôt son opinion. A moins que, bien qu'elle ne soit pas encore tout à fait imbue d'elle-même, sa méfiance soit revenue au galop.

Sa froideur n'avait pour égal que sa méfiance. Méfiance qui apparaissait lorsque l'intuition de la jeune femme lui soufflait de se méfier, bien entendu. Elle était cependant suffisamment intelligente - autant dire qu'elle l'était tout court - pour se distancer de ses émotions. Et là, pourtant... Il comprit lorsque Mya s'assit en seiza à ses côtés, et que l'aura féminine brûlait encore plus qu'un bûcher ardent. Malgré toute ses qualités, que nous n'avons pas toutes citées ici, Mya possède un défaut majeur. Elle reste une personne qui, malgré tous les talents extraordinaires d'observation, d'analyse, ou de stratège qu'elle possédait, était une jeune femme qui envoyait moquerie sur moquerie, cinglante et tranchante, ou gentillette - plus rare - et douce - encore plus rare -. Plus encore, elle n'avait pas de tête brûlée mais une témérité à toutes épreuves. Téméraire et fière d'elle. Ce qui donnait naissance à quoi ?

Au-delà de ses idéologies, cela donnait naissance à une détermination débordant gravement sur de l'entêtement. Cela était tout à son honneur mais... Trop n'est jamais bon. Le visage glacial, le regard meurtrier, Mya s'adressa alors à l'inspecteur.


-" Vous voulez que je vous lèche encore le pantalon, Poulet ? "

Intelligente, très intelligente, mais pas des plus respectueuses comme vous le constatez. Heureusement que lui était là, car Mya reconnaissait et respectait toujours les rares personnes qu'elle estimait supérieure à sa " génialissime personne ". Et vous avez pu le voir, elle a l'habitude de ne pas trop parler, d'en dire peu mais suffisamment. Comme le disait sa Bible à elle " Les mots sont des armes, les mots sont des dons, les mots ne se gaspillent pas ". Sa Bible ? Le Pacte des Marchombres de Pierre Bottero. Hic ? Elle versait plus dans la moquerie explicite ou implicite, et adorait parler en énigmes ou sous formes de questions. Rien de mieux pour agacer ceux qui ne la connaissaient pas. Une chose la rendait paradoxale. Complètement.

Ses idéologies. Plus exactement, ses idéologies sur l'Harmonie et sur le mot Apprendre. En total paradoxe avec son attitude d'imbue d'elle-même, au bord de l'irrespect et constamment moqueuse. Et adoratrice de sang humain. Mais avec le temps... La fille de Yoru était devenue froide, calme, et cachait ses défauts au fond d'elle-même. Pensait les cacher, mais détail important, elle les ravalait. Pas mal pour un cas clinique comme elle...


The Flow of the Scarlet Blood's River ~

Le policier ne répondit pas à la réplique de la jeune femme, se contentant d'essayer de supporter son regard meurtrier. Au bout d'un long moment de silence, il fit glisser un carnet plutôt grand, marron, vers la jeune femme. Celle-ci le regarda, et sa méfiance s'accrut ; aucun doute, c'était bien lui qui avait été présent le jour de l'Accident. Saleté de poulet... Ordure... Il avait osé ramasser son journal intime qui avait fini par pur accident dans une poubelle. Fumier... Elle commença à le fusiller du regard dès lors qu'il parla.

-" Lisez donc ceci avant toute conversation... "

Mya n'appréciait pas du tout le ton que prenait cet homme, et la façon dont il avait de lui donner des ordres. A croire qu'une seule fois ne lui avait pas suffi à lui... Mais sous le regard sévère de son père, elle ne dit rien et se contenta de relire son propre journal intime. Mais quelle ironie. Pourquoi faisait-il cela... ? Pour qu'elle ne puisse pas démentir les dires que l'inspecteur allait balancer plus tard... Ah, mais quelle ordure, saleté de poulet, bordel de fumier...

Septembre 2000 ~~ Six ans

Nouveau coup de poing sur ce visage qui l'agaçait, qui l'irritait, qui avait dit qu'elle n'était qu'une moins-que-rien juste parce qu'elle avait les meilleures notes de la classe, à à peine cinq ans. Et encore un coup de poing. Un troisième. Jusqu'à ce qu'une main ne l'arrête, et plutôt violemment par ailleurs. Et que ladite main tourne le visage de Mya vers... Oh tiens ! Sa mère était enfin venue la chercher à l'école ~

Lorsque sa mère, nommée Nungky, lui demanda la raison de son geste, et au vu de la réponse qu'elle reçut, elle caressa la joue de sa fille pour lui dire cinq mots. Cinq mots qui n'eurent aucun effet sur le visage joyeux de la petite. Mais dont elle s'est toujours souvenu. " Personne ne mérite ce châtiment. " La petite leva vers sa mère des yeux fous. Et répliqua que tout ceux qui n'avaient aucun respect pour les autres n'en méritaient aucun en retour.

... Tu sais, mon journal d'amour, j'ai un peu de mal à t'avouer que ce court récit de mes journées depuis la rentrée commence à me lasser. Je ne sais pas comment j'arrive à garder un sourire joyeux. Je me fais peur à aimer frapper. Sans raisons, au final, ou alors pour des raisons mineures. J'ai peur, cher Journal. Je suis terrifiée par ce que je pourrais faire, comme j'attends avec impatience pour le faire.

Papa a décidé de m'enseigner les Arts Martiaux, et ne sait rien de tout cela, de mes... activités scolaires. Encore que... J'n'sais pas. Vu qu'il est capable de savoir tout mes secrets sans que je ne sache comment, mais maman ne lui a pas révélé mes petits plaisirs quotidiens à l'école. Et puis, c'est la seule chose qui ne m'ennuie pas, mon journal d'amour.

En fait, je... Je ne sais pas trop quoi faire. J'suis partagée. Je ne sais plus où je dois aller. Et je... ...

Je te laisse, mon journal d'amour, tu vaux trop pour moi pour que je te salisse de mes larmes. A bientôt... ~

Septembre 2001 ~~ Sept ans

J'ai intégré un club d'Arts Martiaux. Papa me crie dessus chaque fois que je dis ça et me dit que ça s'appelle un dojô et non un club, mais bon... Même là, je subis des moqueries parce que je suis la meilleure. Ce n'est pas un mal d'être douée, si... ? Je fais aussi de la gymnastique, de la danse et de la natation, et je me demande où je trouve la force de faire autant de sport. Mon journal d'amour, à toi je peux te l'avouer, j'en ai assez d'être la meilleure partout. C'est énervant à force, et je me fais détester par beaucoup de personnes. Ou alors, je me fais approcher dans le seul but de m'utiliser. Y en a marre ! Seul Senpai arrive à me faire comprendre qu'il y a plus fort que moi... Mais il y va trop fort ! La dernière fois, il y a failli me déboiter la rotule ! Te rends-tu compte, mon journal d'amour ? C'est impensable, enfin ! Comment a-t-il pu oser faire ça ? Et pis d'abord, il n'avait pas mon consentement !

... Tu sais quoi ? Après m'être remise de ça, et deux jours après mon anniversaire, quelqu'un est venu au dojô. Seul. En un seul coup, il m'a mise au sol. Un seul ! Je n'avais rien vu venir. Je n'ai pas compris ce qu'il se passait. Et juste après, cet espèce d'incompétent m'a dit que le jour où je le battrai, tous me respecterait. Mon éternel sourire au visage, je lui ai répliqué qu'il pouvait aller se faire voir.

Décembre 2002 ~~ Huit ans

Une jouissance absolue, mon journal d'amour. Absolue, incommensurable... Infinie. Au-delà du bonheur. C'est fantastique. Celui qui avait eu le malheur de me défier deux ans plus tôt est mort. Une si belle mort, mon journal chéri d'amour... Si belle... Oh, je ne voulais pas le tuer à la base ! Loin de moi cette intention ! ... Mais son sang était si beau, si merveilleux, si... écarlate... Après l'avoir vu s'écouler rapidement, puis avec plus de lenteur, de sa jugulaire, je n'ai pas résisté. Je l'ai fait sur l'autre, naturellement. Sans me rendre compte que lui perdait beaucoup de sang, en plus qu'il se débattait pour me portait un coup, le bougre. Au final, il est mort d'hémorragie. Mais son sang... Si beau... Et son sang dégoulinant de ma dague... Ah... Si... Exquis...

Quatre jours après, je jouais à la balançoire dans le parc près de l'école, avec un immense sourire aux lèvres. Et là, un petit bruit, puis quelqu'un qui se rapprochait en se disant être un inspecteur policier truc-machin-chose. Je l'ai ignoré, même quand il me dit s'appeler Hikari. J'en avais absolument rien à faire. D'un coup, il m'avait demandé qu'était devenu le Champion d'Arts Martiaux du Japon. Je lui répliquai qu'il me gênait dans mes balancements et que je n'en avais rien à faire, un sourire éclatant d'innocence au visage. Trop facile à berner. Et à cause de lui, mes parents furent au courant, et j'ai subi des punitions. Quelle horreur. Même un interrogatoire. Sur une gamine de huit ans comme moi ?!

J'étais énervée, mon journal d'amour. Mais ils m'ont laissée partir, convaincus comme les abrutis qu'ils étaient que j'étais innocente. Tcheuh. L'inspecteur qui était allé me trouver est revenu vers moi, alors que je me dirigeais vers le parc pour passer ma colère sur la balançoire. Et il me dit qu'un jour ou l'autre, il ferait éclater la vérité. Mon éternel sourire au visage, je lui ai répliqué qu'il pouvait aller se faire voir, et je lui ai balancé un couteau à l'épaule en me tirant en courant. Peuh. Sale poulet.

Quand je repensais à ce moment de jouissance intense, j'eus envie de le reproduire, mais sans tuer. Pas envie de re-subir tout ce calvaire et tout le toutim. J'avais adoré ça, mon journal d'amour ! Un tel moment... Ah, c'était fabuleux ! Comment avais-je pu le faire par peur ? Sottises ! Comment pourrais-je avoir peur maintenant ? Ridicule ! Tout simplement ridicule ! Chimères ! C'pas vrai !

... J'ai peur.

Septembre 2004 ~~ Neuf ans

... Cher Journal, je crois que plus jamais je ne te nommerai comme avant. C'est affreux. Un accident. Je ne veux pas croire que c'en n'était pas un. Un Accident. Seulement un Accident. Malgré mes nombreuses carapaces, cher Journal, en vérité, je crois que je suis juste morte de peur. Comment pourrait-il en être autrement ? J'ai failli tuer ma mère. Mais ce n'était pas moi, cher Journal, je te l'assure ! Comment aurais-je pu ? Comment ?! Je ne comprends plus rien ! Ma mère m'avait énervée, suite à je-ne-sais-plus quelle discussion stupide. Je lui ai tranché le bras. Je ne l'ai pas exprès ! C'était pas moi, ce n'était pas du tout moi ! Impensable ! Impossible !

... Maman n'est pas allée à l'hôpital. Et moi, j'avais cette image de bras transparents qui partaient de mon dos, et que j'étais seule à voir visiblement, maman et papa étaient très doués et n'avaient absolument rien vu. Maman était allée dans sa chambre, durant plusieurs jours. Elle n'en est pas encore ressortie, cher Journal. Papa est venu me voir passé deux jours, en me disant qu'elle n'avait rien et que je n'avais rien à craindre. Je lui ai tout dit. Je ne pouvais pas faire autrement. Je ne comprenais rien. Rien. Nada. Zilch. Néant total. Papa m'a expliqué. Tout. La provenance de mes cornes, et ce qu'il appelait vecteurs. Il m'expliqua aussi les pouvoirs de guérison de maman, disant qu'elle ne craignait rien. Je répliquai qu'un bras ne repoussait pas. Il répliqua que je ne lui avais pas tranché le bras, juste enfoncé un couteau dans le bras. Ce qui revenait au même, seuls quelques lambeaux de chair et de muscles tenaient le bras de maman.

J'n'comprends plus rien. C'est quoi ce bordel ?! Mais quelqu'un m'aide ! Papa a beau m'expliquer que maman avait un pouvoir nommé " Yeux de la Régénération ", qu'elle allait devoir se reposer une semaine entière, je ne comprenais rien ! Il m'avoua qu'il avait aussi le pouvoir de voir les auras des autres, les interpréter, et transformer sa propre aura en chaînes, ça ne m'expliquait rien, nom de nom ! Zut ! Triple zut ! ... Merdeeeeeeeuh !!

Papa m'a entraîné depuis sur mes pouvoirs. Une semaine et demi passée, maman était sortie. Et était surprise de mon visage froid, qui s'illumina d'un sourire, petit, lumineux. Depuis ce jour, j'ai toujours eu un visage froid, cher Journal. De mois en mois, ma froideur se renforçait. Je parlais peu. Et je me tuais entre mes séances de sport, l'école, et mes entraînements paranormaux. Papa me criait dessus dès que je faisais quelque chose qui n'allait pas. ... Joyeux anniversaire, moi...

Septembre 2012 ~~ Dix-sept ans

... Quand je te relis, journal, je me dis que j'ai changé. De froide, je suis passée à glaciale. Je contrôle mon pouvoir, bien que je sois une nullité en défense. Bon, nous allons dire que je ne suis pas au maximum de mon potentiel. Ce qui revient au même, je reste nulle. Je connais mes limites, c'est déjà cela de gagné. J'ai arrêté la natation en 2005, en continuant Gymnastique, Danse et Arts Martiaux. Respectivement, souplesse et douceur, finesse et grâce, force et rapidité. Je suis dans les trois premiers internationaux sur le plan des Arts Martiaux, et je m'améliore de jour en jour. Mes enchaînements de gymnastiques sont de plus en plus axés sur de la contorsion... Une branche de la gymnastique, en fin de compte. J'ai plusieurs Championnats gagnés à mon actif, suffisamment pour être connue, des connaisseurs seulement. Quant à la danse, je touche à tout, j'essaie du moins, bien que ma préférence va vers de l'impro totale.

Quand je te relis, journal, je constate à quel point je suis devenue calme. Et plus respectueuse qu'avant. Pas moins imbue de moi-même, par contre, mais il faut vivre avec ses défauts. Oto-sensei m'enseigne comment me défendre en me tirant des balles dans la face. Super. J'esquive à chaque fois, mais sans me défendre de mes bras. Que voulez-vous, lorsque nous acquérons un réflexe, il ne part pas... Il m'a fallu des mois pour ne plus esquiver et me défendre. Oka-sensei dit que je peux résister, avec mes vecteurs, à trente millimètres de calibre. D'une balle bien sûr. Je peine à arrêter une balle de dix millimètres. Heureusement que la plupart avaient du sept millimètres cinq comme calibre, sinon je serais morte depuis un moment. Je n'ai qu'une seule chose à te dire, cher Journal.

Depuis toute petite, je passais toutes mes vacances en Indonésie. Au début, je ne comprenais pas pourquoi oka-sensei devait y être souvent. Maintenant j'ai compris. Ce qui allait de paire avec le fait que tous m'évitaient au... " collège " et au " lycée ". Oka-sensei n'est pas une indonésienne ordinaire. Oto-sensei n'est pas un japonais lambda. Génial, franchement. Nous allions aussi passer notre noël et notre nouvel an soit en France soit en Angleterre. Deux langues de plus à apprendre, comme si je n'en avais pas assez avec le japonais, et l'Indonésien - et tous les dialectes indonésiens qui étaient une vraie plaie, tous si différents... -, il fallait que j'en sache quatre. Petit à petit, je voyageais plus en France et Angleterre, et moins en Indonésie. Quatre pays à connaître. Quatre langues à connaître. Plus le dialecte javanais, et celui de Java-Ouest, de la capitale, quoi. Yeeeeh...

Cette année, j'ai fait un petit voyage en Colombie, en Argentine et au Brésil. Je me suis vite sentie dépaysée, vu que mon père voulait vivre comme la majorité des habitants, et non comme des touristes. Pourquoi il ne m'a pas emmené en Afrique, s'il voulait que je me prenne une courbe de modestie dans la face ? J'aurais été encore plus dépaysée... Décidément, mon père est trop aimable... Je n'ai passé que deux semaines en Indonésie. Finalement, je me rends compte de mes nombreuses activités, et du fait que je voyage énormément en plus. Applaudissez-moi.

Mon père me dit enfin, lorsque nous fûmes rentrés au Japon, qu'il allait m'inscrire à Black Rose, un pensionnat d'Amérique. J'ai été dégoûtée d'emblée. Les Etats-Unis ? Très peu pour moi. Tous des abrutis là-bas. Enfin... Une superpuissance interventionniste qui fout le bordel dans le monde entier. Ouais, il est beau l'American Dream. Oto-sensei a répliqué qu'il s'agissait d'un excellent moyen pour abattre mes préjugés. Je répliquais que j'avais une trop excellente professeur d'Histoire-Géographie pour croire ses racontards. Et qu'il y avait des écoles de magie partout de toutes façons. Oka-sensei débarqua en disant qu'ils avaient choisi Black Rose pour le fait que d'une, ce n'était pas la plus connue, de deux, ce n'était pas si loin du Japon et de l'Indonésie, et de trois... Que ce n'était pas pour rien que j'avais visité trois pays d'Amérique du Sud. Je grognai. Saleté d'autorité parentale.

Même s'ils avaient raison, ils auraient pu m'envoyer en Chine... Ou en Sibérie, tant qu'on y était. Mieux encore, en Italie ou en Grèce. Ou au Canada, tant que nous y sommes ! ... J'étais partie dans ma chambre juste après, et je vais te laisser, cher Journal. La table me crie de la parer pour que je puisse manger, et j'ai faim. C'est la dernière fois que je te verrais, cher Journal. Demain, tu seras dans la poubelle. Ne m'en veux pas. Je n'ai plus besoin de toi.

Mya médita sur tout ce qu'elle venait de lire. Nous sommes en décembre 2013, et elle allait s'envoler avec ses valises après avoir fait son deuil avec le dojô de la propriété familiale, et lui venait remettre cette histoire vieille de dix ans sur le tapis. La jeune femme fixa l'inspecteur, et se leva.


-" Je n'ai rien à dire. Si ce n'est que je dois partir, Inspecteur. Un avion, cela n'attend pas. Ja nee ~ "

L'inspecteur ne put rien en dire, et se contenta de se tourner vers les parents de Mya. Eux seraient obligés de parler. Aujourd'hui ou demain, peu importait.

Under the Screen ~

Prénom ou Pseudonyme : Mya, nous allons faire simple. ... Car j'en ai beaucoup...

Age : Plus de 16 ans, monsieur l'inspecteur ~

Comment as-tu connu le forum ? : Et vous, comment l'avez-vous rencontré... ? ~

Activité sur le forum : Week-end & vacances. Je ne garantis pas la lune, et je suis également interne, donc... Mais je ferais de mon mieux, je n'ai pas décidé de venir ici pour me tourner les pouces, hein...

Autre : Je me permets de le rajouter, parce que je n'apprécie pas trop les mauvaises surprises... Vous l'avez remarqué, les trois petits points sont mes amis, et sachez également que je vouvoie à peu près tout ce que je définis de vivant ( tout, en somme ), donc... Cela en a déjà déstabilisé certains, j'espère que cela ne vous dérangera pas ^^'

Après, je n'ai pas l'habitude de m'exprimer avec les smileys ( bien que je m'y habitue... un peu.. ), donc, n'en soyez pas étonnés. J'ai tendance à faire de longs pavés, vous avez pu le constater, mais je vous assure que je vous ai largement épargnés pour le coup. Ah... Aussi, j'ai une sainte horreur des fautes d'orthographe, de grammaire, de conjugaison, de... français !

Alors si vous voyez que j'en fais moi-même, prévenez-moi avant que je ne tombe dessus et ne meure de crise cardiaque. Ce serait bête de mourir avant de connaître ce forum qui m'a l'air fort bien, non... ?


Code : Samy aime manger les croquettes de Scooby...

Arrogant-Mischief sur Epicode


Dernière édition par Mya K. Ieyasu le Ven 3 Jan - 11:01, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kotori Icy
Elève sans club
Elève sans club
avatar

Messages : 41
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 26
Localisation : quelque part où tu ne viendras pas me souler

Carte d'étudiant
Age:: 19
Pouvoir: onde sismique
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Mar 31 Déc - 18:08

Bienvenue mistinguette!! (c'est la première fois que j'écris ce mot... ça fait bizarre  What a Face )
Revenir en haut Aller en bas
Kyra Hunter
Trafiquante d'arme
Trafiquante d'arme
avatar

Messages : 1381
Réputation : 0
Date d'inscription : 28/02/2012
Age : 23
Localisation : Dans ton cul '-'

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir: Demi-démon, tentation
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Mar 31 Déc - 18:38

Bon j'ai pas le temps de m'occuper de ta prez ce soir, je la lis demain mais...

Mya a écrit:
Alors si vous voyez que j'en fais moi-même, prévenez-moi avant que je ne tombe dessus et ne meure de crise cardiaque. Ce serait bête de mourir avant de connaître ce forum qui m'a l'air fort bien, non... ?

... "Avant que je ne tombe dessus et ne meurs d'une crise cardiaque"

... *troll* J't'inscris sur le registre de la morgue ?

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Le thé à la menthe doit être amer comme la vie, mousseux comme l'amour et sucré comme la mort...

Revenir en haut Aller en bas
Mya K. Ieyasu
Club de Danse
Club de Danse
avatar

Messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/12/2013
Localisation : Derrière vous, chaton...

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Mar 31 Déc - 18:42

@ Koto-kun : Oh... *-* Merci, mon petit ange...

@ Kyra-san : Mais non... D8 C'est du subjonctif qu'il faut, pas de l'indicatif... *éternelle incomprise*
Je comprends pour la fiche, rien ne presse, moi-même j'ai tardé, mais j'ai eu des petits problèmes de santé... u.u" Prenez votre temps, aucun soucis là-dessus...
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Carter
Club de Dessin
Club de Dessin
avatar

Messages : 50
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/08/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Jeu 2 Jan - 16:12

Et ben voilà, j'ai tout lu °^°. Mon cerveau bouillone D8

Donc, pour moi c'est une super fiche, c'est bien écrit, pas d'fautes (du moins j'en ai pas vu °^°)

Et malgré le fait qu'elle est jeune au moment où elle tue pour la première fois, son pouvoir et son état mental le justifient parfaitement. Voilà voilà, pour moi c'est un grand oui o/

Bienvenue :3

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Revenir en haut Aller en bas
Mya K. Ieyasu
Club de Danse
Club de Danse
avatar

Messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/12/2013
Localisation : Derrière vous, chaton...

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Jeu 2 Jan - 18:00

Isaac Newton a le cerveau qui bouillonne... ? Voilà qui est... Intéressant...
Plaisanterie mise à part, je vous remercie... D'avoir tout lu s'entend... ~

Bien écrit, là je ne sais pas par contre... Mais si vous le dites, je vous en remercie d'avance, et encore une fois en passant.. Quant aux fautes, j'espère qu'il n'y en a pas, mais je doute de plus en plus... Si, si, même à des personnes aussi bornées que moi, cela arrive... D'hésiter...

Ah, je n'allais pas la faire tuer à un âge aussi jeune de sang-froid comme une sadique, tout de même... Oui, Mya est psychiquement instable, je suis heureuse que cela se soit compris au travers de mon charabia écrit...

Oh, merci chaton... ~ Pour les deux... Bienvenue moi, et merci à vous tous... ^^
Revenir en haut Aller en bas
Samaël Sullivan
Croque-Mort
Croque-Mort
avatar

Messages : 120
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: ??
Pouvoir: Putréfaction
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Sam 4 Jan - 13:36

Je sais pas moi pour l'histoire, je suis un peu perplexe. Certes elle a un état de santé précaire et un pouvoir dangereux mais je pense que les meurtres pourraient être reculés de quelques années pour être plus crédible.

Voilà, mise à part cela pour moi tout est bon ^^. Si tu pouvais essayer de modifier cela. Je te valide quand même parce que dans un sens ça ne semble pas exagéré mais de l'autre je continue de voir une petite fille de 8-9 ans et ça me bloque de l'imaginer tuer.

N'oublie pas d'aller recenser ton anniversaire ici d'aller recenser ton avatar d'aller faire une demande de chambre ici ou bien une demande de résidence ici , si il te faut un partenaire de rp, poste donc un message à cet endroit , si tu t'absentes préviens-nous en postant ici , si quelque chose n'est pas clair pour toi, relis donc ceci , afin de te tenir au courant des évents, va faire un tour sur ce forum et je t'invite même à créer ton carnet là !
Revenir en haut Aller en bas
Mya K. Ieyasu
Club de Danse
Club de Danse
avatar

Messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/12/2013
Localisation : Derrière vous, chaton...

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Sam 4 Jan - 14:43

Ah la la, Sama-yaoi, vous avez un esprit bien chaste pour la personne que je voyais en vous... x)

Quant à vos inquiétudes, laissez-moi y répondre... Un état de santé précaire, c'est le moins que nous pouvons en dire, un pouvoir dangereux, cela est sûr et certain, mais je vous le dis, qui dit pouvoir dangereux dit forcément un bon nombre de limites. Evidemment que je ne les ai pas toutes mises ici, car... Le suspens est une arme encore plus dangereuse... x)

Bon, parlons sérieusement... Je comprends que cela vous bloque, et si vous y tenez tant, je peux bien sûr changer, mais... Avez-vous conscience de son caractère... ? Elle déteste être la meilleure mais fera tout pour rabaisser quelqu'un qui l'enlève de son piédestal... C'est Mya, une fille paradoxale, bien trop, et qui, à ce moment-là, était capricieuse... Elle a changé après.. De plus, si elle n'a plus tué, c'est uniquement pour éviter les policiers, sinon elle aurait déjà recommencé...

Oui, c'est vrai qu'elle est un peu jeune, mais elle n'en serait pas traumatisée, le cas échéant... Mais oui, je peux modifier cela sans problèmes... ^^ Mais euh... Au vu de votre réponse sibylline, je modifie ou pas, finalement... ? '^'

Ah et... Arigato na, pour la validation...
Revenir en haut Aller en bas
Samaël Sullivan
Croque-Mort
Croque-Mort
avatar

Messages : 120
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: ??
Pouvoir: Putréfaction
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Sam 4 Jan - 16:50

Je t'ai déjà répondu sur la chatbox Mya XD
Revenir en haut Aller en bas
Mya K. Ieyasu
Club de Danse
Club de Danse
avatar

Messages : 25
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/12/2013
Localisation : Derrière vous, chaton...

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   Sam 4 Jan - 21:44

C'était avant la CB que j'avais posté ce message, Sama-yaoi...
Ja, je laisse comme cela alors...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mya ~ The Scarlet Blood's River   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mya ~ The Scarlet Blood's River
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» Scarlet
» armée blood axe en construction
» Blood & Chocolate ou Le gout du sang.
» [1500 pts] blood axes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Rose  :: ~Paperasse~ :: //Présentation\\ :: Présentations validées :: La classe B-
Sauter vers: