Entrez dans un pensionnat un peu fou ou se côtoient des humains aux pouvoirs étranges... Hentai / Yaoi / Yuri accepté.
 

Partagez | 
 

 Tu n'aurais jamais dû venir jusqu'ici... Je ne serais pas doux[PV FLoyd West][NC-16][Terminé]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Floyd West
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Messages : 175
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/08/2012
Age : 23

Carte d'étudiant
Age:: 29 ans
Pouvoir: Passe-Muraille.
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tu n'aurais jamais dû venir jusqu'ici... Je ne serais pas doux[PV FLoyd West][NC-16][Terminé]   Lun 1 Juil - 11:56



Tu n'aurais jamais dû venir jusqu'ici...
♠ La douceur d'être aimé...

   
   
 
Feat
Edward James
... ▬ [NC-16]
...



Comme si il m'acceptait vraiment enfin, Edward me serra enfin contre lui, avec une force renouvelée. Son corps chaud et sucré contre moi me réconfortait plus que ça devait être permis. C'était tellement bon... Sa main remonta jusqu'à ma tête et je ronronnai presque en fermant les yeux contre son cou, alors qu'il me caressait doucement les cheveux. Mais il me releva la tête pour que nous soyons face à face. J'aurais voulu rester dans son cou, respirer son odeur plus longtemps encore alors qu'il me caressait la tête. Mais j'étais dans un tel état de peur et de manque de tendresse que je me laissais totalement dirigé par cette homme. C'était bien la première fois que je laissais quelqu'un entraver mon corps ainsi et me faire tout ce qu'il voulait. La façon dont il me regarda me fit manquer un battement de cœur tellement il est doux et aimant. Je crus même me souvenir qu'il m'avait regardé ainsi cette nuit, alors qu'il me prenait sur le canapé. Lorsque nos lèvres se touchèrent, que nos souffles et nos langues se mêlèrent, j'agrippai un peu plus fortement Edward pour le coller contre moi, lui rendant son baiser avec joie. Ses lèvres douces étaient si délicieuses et chaudes que j'en voulais plus, mais Edward rompit le contact le premier, son regard toujours aussi tendre. Ses doigts chauds parcouraient doucement ma joue et je refermai de nouveau les yeux, appréciant la sensation agréable.

- Je serais toujours là pour vous, monsieur West...

Mon coeur battit plus fort alors que j'entendais cette promesse. Il me promettait de rester avec moi... D'être là pour moi... J'en étais si heureux... Je ne relevai pas le "monsieur West". Je me foutais totalement de la façon dont il m'appelait, tant qu'il était avec moi. Je restai longuement contre lui, profitant de chaque parcelle de son corps qui me touchait. Même si nous étions nus, je n'avais pour une fois pas d'excitation sexuelle devant cette proximité. Pas par manque de désir, loin de là. Mais je trouvais juste que là, maintenant, le sexe n'avait pas besoin d'être là. On était bien, juste là, l'un contre l'autre. Edward m'embrassa sur le coin des lèvres et je soupirai de contentement, les yeux entrouverts, alors qu'il finissait par caresser ma cuisse nue. Je voyais sa main si blanche sur ma peau bronzée et je trouvais si beau ce contraste.

- Il serait cependant peut-être temps pour nous de nous lever...

Je n'en avais pas envie... Je voulais juste rester là contre lui, c'était très bien ainsi. Mais je savais que c'était le plus raisonnable. Nous ne pouvions pas rester à genoux sur le sol de son salon indéfiniment. Je le serrai une dernière fois contre moi, reposant ma tête sur son épaule. Je sentis alors quelque chose sous mes doigts qui parcourraient son dos. Je ne l'avais jamais remarqué avant car je n'avais pas eu l'occasion de toucher son dos nu avant. Puis cette nuit j'avais été trop bourré pour seulement m'en rendre compte, et ce matin je n'avais pas eu les idées claires. Je sentais sous mes doigts des petits renflements, des striures qui traversaient son dos. Je me collai un peu plus à Edward pour pouvoir regarder par dessus son épaule sans bouger. Et je vis deux choses. Tout d'abord deux tatouages, une couronne et un aigle aux ailes déployées, respectivement placés sur son omoplate et dans son dos. Ensuite... Des cicatrices. Tout le long de son dos, le striant de marques un peu plus blanches que sa peau, comme un outrage à son corps si beau. Je me rappelai ce qu'il m'avait dit, à propos de cet homme qui l'avait maltraité, séquestré, torturé... Je serrai les dents. Comment pouvait-on seulement blesser quelqu'un à ce point pour un simple plaisir. Même ma famille n'était pas aussi... Pour elle, seul l'argent comptait, et ils tuaient ou torturaient pour l'appât du gain. Ils étaient froids, monstrueux à leur façon. Mais ils n'y prenaient pas plus de plaisir. Ils ne ressentaient juste rien. Mais l'homme qui lui avait fait ça... Il avait aimé le faire, blesser cet homme si doux, le briser entre ses doigts. Je parcourrai du bout des doigts toutes ces petites cicatrices et soupirai doucement, embrassant du bout des lèvres la peau chaude et sucrée de son épaule. Il me promettait de rester avec moi malgré sa peur des hommes, malgré son dégoût... Il me promettait de l'aimer... Je n'allais pas ne pas lui rendre la pareille.

- Et moi je ferai en sorte que plus personne ne marque ce dos comme ça...

Je restai un peu plus longtemps que nécessaire, mes mains recouvrant ses cicatrices doucement, mes lèvres sur sa peau. Je ne pouvais pas encore lui promettre de l'aimer comme il m'aimait... C'était normal... Et je ne pouvais pas non plus lui promettre que personne ne lui ferait de mal... On ne blessait pas que physiquement... Et dans la position dans laquelle nous étions je pouvais être le premier à le blesser... Mais je pouvais au moins lui promettre de le protéger physiquement. Je refusais catégoriquement que quelqu'un le blesse de nouveau. Ou sinon il aurait affaire à moi... Je me reculai doucement et me relevai en forçant sur mes jambes et mes abdos. Dans mon mouvement j'attrapai les mains d'Edward et tirai dessus pour le relever en même temps que moi. Voilà, nous étions levés. Mais je ne savais pas quoi faire maintenant. Je regardai autour de moi doucement, les mains d'Edward toujours dans les miennes, observant sa maison. Je remarquai la ribambelle d'animaux et souris légèrement. J'aimais beaucoup les animaux, ceux-là avaient l'air magnifiques. Puis mon regard se posa sur nos vêtements jetés par terre et je revins au visage d'Edward, ses yeux rouges pratiquement à ma hauteur. Je n'avais pas souvent l'occasion de ne pas avoir besoin de baisser la tête et j'en profitai pour le fixer longuement, observant ses traits en détail. Il avait beau avoir un peu plus d'un an d'écart avec moi, il avait vraiment l'air jeune. Ses traits étaient très délicats, plein de jeunesse. Je relâchai une de ses mains sans m'en rendre compte et portai la mienne à son visage glissant mes doigts sur sa joue, profitant de son touché doux, avant de tracer du bout du doigt l'arête de son nez. Je me rendis soudainement compte de ce que je faisais, que je me comportais comme un gamin ou un mec totalement gaga, et je laissai tomber ma main comme si de rien était. Je me raclai discrètement la gorge et repris, lui parlant naturellement en le tutoyant malgré son vouvoiement à lui.

- Hum... Ed... On fait quoi maintenant ?

Je me grattai doucement la tête. J'étais un peu perdu là, je ne savais pas quoi faire alors qu'on était nus en plein milieu de son salon... Peut-être m'habiller...


To be continued ...


© Never-Utopia


⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
Si la vie te tourne le dos, touche lui le cul pour qu'elle se retourne.

Revenir en haut Aller en bas
Edward James
Bibliothécaire
Bibliothécaire
avatar

Messages : 230
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/01/2013
Age : 22
Localisation : Dans ton cul !

Carte d'étudiant
Age:: 30 ans
Pouvoir: Changement du futur
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Tu n'aurais jamais dû venir jusqu'ici... Je ne serais pas doux[PV FLoyd West][NC-16][Terminé]   Jeu 18 Juil - 16:26


Parce qu'on ne peut cacher ses sentiments indéfiniment...


Il déposa sa tête contre mon épaule et pendant quelques secondes, j'en vins à me demander s'il m'avais écouté. Pourtant, moi même n'avais aucune envie de le quitter, je voulais simplement rester entre ses bras rassurant, cette agréable sensation me donnais l'impression qu'il ne pourrait rien m'arrivais... Un long frisson me parcouru l'échine et je fermais les yeux, le laissant caresser mon dos, mes cicatrices. Elles ne me faisaient plus mal mais je n'aimais pas qu'on les touche. Elles faisaient partie de moi... Elles faisaient partie de mon passé, de mon plus lourd secret que je venais de lui révéler. Pourrais-je encore le regarder l'air de rien en sachant pertinemment que dorénavant, à chaque fois qu'il me verrais, il penserait certainement à une faible créature qui s'est faite agressée durant de long mois ? Je ne voulais pas qu'il me vois comme ça, ni personne. J'étais fort, j'avais su me relever là où d'autre aurait lâché prise, ce n'était pas pour qu'on me prenne en pitié. Floyd m'embrassa doucement l'épaule tandis qu'une de mes mains avait remonté le long de son dos pour venir se loger dans sa chevelure brune, mon autre main était passé sous son bras et se poser délicatement sur son épaule, le serrant contre moi, tout comme il me serrait contre lui.

- Et moi je ferai en sorte que plus personne ne marque ce dos comme ça...

J'aurais dû m'énerver et l'envoyer balader je suppose... Mais je n'étais pas énervé. Je n'avais pas besoin d'être protégé mais ses paroles semblaient douce et chaleureuse, non pas moqueuse comme mon orgueil aurait pu me le faire paraitre. Avec Floyd, je voyais simplement les choses telle quelle étaient, je ne me montais pas la tête avec cette stupide fierté trop haute placée ! S'il ne me fis pas la promesse de m'offrir son amour, je m'en foutais royalement, parce que je savais qu'on ne pouvait commander ses sentiments, sinon bien évidemment, nous ne serions pas l'un contre l'autre, cette soirée se serait simplement fini sur une dispute avant que je ne le mette dehors. Jamais je n'aurais été amoureux de lui, jamais je n'aurais été absent à mon travail... Tout aurait été parfait finalement. Un grognement sourd remonta le long de ma gorge et je me surpris à penser que ce n'était pas une si mauvaise chose... Certes, ma vie aurait été comme je l'aurais voulu, je me serais trouvé une jolie fille qui aurait acceptée de passer sa vie avec moi, mais ça n'aurait jamais été mon collègue... Hors, c'était lui que je voulais à présent, et seulement lui. La bête fini par se relever et je le regardais avec émerveillement, il semblait frais, comme s'il ne c'était rien passé et pourtant... J'étais à peu près sur d'être sa première fois... Tandis qu'il m'aidait à me relever, je baissais la tête en rougissant, honteux du traitement que je lui avais fais subir mais été rassuré au fond que mon état d'ivresse ne soit pas au point que je lui ramène les gadgets sadomasochiste... Nos regards finirent par se croiser et je me figé, crispant chacun de mes muscles. Je n'avais pas peur, loin de là, j'étais simplement stressé en comprenant peu à peu notre situation... S'il avait fallu marcher à ce moment-là, j'aurais eu le mérite de me ridiculiser devant mon compagnon en débutant une marche digne d'un robot de terminator ! Avec une agilité féline, il recommença à me toucher, le visage cette fois-ci et je ne me concentrais que sur une chose : ses yeux. Ils étaient beaux et captivant, mais j'étais incapable de profiter de cette beauté pendant qu'il me caressait comme je l'avais longuement rêvé.

- Hum... Ed... On fait quoi maintenant ?

Je ne pu m'empêcher de sourire, ramenant une main à mon visage, le poing fermé pour pouffer de rire discrètement. Je trouvais ce côté désemparé absolument adorable mais n'en fit pas la remarque, je savais que dire à un homme qu'il était "mignon" se rapprocher plus d'une insulte à un compliment. Cependant, je trouvais sa question amusante car n'importe qui aurait su que la première chose à faire dans ces conditions, c'est se doucher puis s'habiller ! Logique en fin de compte ! Je lui adressais un sourire, plus joyeux et plus tendre que ce à quoi je m'étais attendu, je ne me souvenais pas avoir sourit de la sorte depuis longtemps...

- On pourrait commencer par se doucher, si vous n'avez pas de vêtement propre je vous en prêterais.

Et oui, je continuais de le vouvoyer, encore une fois... Mais on ne pouvait quand même pas me demander l'impossible, ce genre de chose prenait du temps. Doucement, je lui pris la main avant de le conduire jusqu'à la salle de bain, là où je l'abandonnais pour aller chercher des vêtements de rechange.

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂
So what Music

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu n'aurais jamais dû venir jusqu'ici... Je ne serais pas doux[PV FLoyd West][NC-16][Terminé]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Je n'aurais jamais du venir ici...[PV Antalpy S. Khan]
» Vous croyez que j'aurais jamais mis ma présentation, EH BEN NON JE L'AI FAIT, LE CHANGEMENT C'EST MAINTENANT || Kit
» Bref, j'aurais pas dû venir.
» Si tu vis 100 ans, j'espère bien vivre 100 ans moins un jour, comme ça, je n'aurais jamais à vivre sans toi. [PV FLY]
» [ H ]Mes pas m'ont guidé, me poussant à venir jusqu'à toi, quitte à en subir ta colère (Regina)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Rose  :: ~Paperasse~ :: Corbeille & Archive :: Rps terminés-
Sauter vers: