Entrez dans un pensionnat un peu fou ou se côtoient des humains aux pouvoirs étranges... Hentai / Yaoi / Yuri accepté.
 

Partagez | 
 

 Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)

Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Ven 17 Jan - 15:45

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Matthews baillait négligemment, avachit sur une chaise du restaurant. Dehors, il faisait déjà nuit depuis de longue heures, combien de temps avait passé depuis qu'il s'était assit ici en congédiant ses employés pour leur incapacité à être efficace en cuisine. Enfin, ça, c'était la raison qu'il avait donné pour les voir déguerpir, il n'avait en réalité pour objectif que de rester tranquillement dans ce qu'il appelait son petit foyer. L'homme s'étira, se penchant en arrière avec un grognement animal avant de pousser un cri comme pour déverser sa fatigue. D'un bond, il se remit sur pied en sifflotant, retournant dans la cuisine pour finir de nettoyer les derniers plats. Ils avaient terminés aux alentours de 23h30 et il s'avérait que le vieil homme ne se sentait absolument pas fatigué. Les poings sur les hanches, il soupira en regardant la vaisselle avant de se taper les joues.

- Allez gros Matty ! Montre à ces gosses que même à cinquante ans on est toujours en forme !

Matthews se mit à l'ouvrage, un sourire enjoué aux lèvres tandis qu'il chantait en écoutant de la musique à la réception. Les mains sale et grasse de l'huile, il reparti monter le sons, retournant en sautillant dans la cuisine en chantant à tût-tête. L'homme n'avait jamais eu honte de son comportement, il était quelqu'un qui aimait rire et faire le fou, alors pourquoi le cacher ? Souvent, ses voisins l'évitaient ou se racontés des rumeurs entre eux sur son compte, et alors ? Il n'en avait fichtrement rien à foutre de toutes ces broutilles ! Lorsqu'il fini enfin son travail, les minuits avaient été largement dépassé. Le cuisinier se lava les mains, jetant quelques rapides coup d'œil autour de lui pour une inspection minutieuse des lieux. L'adulte avait beau être crade chez lui, son restaurant était l'amour de sa vie, sa tendre moitié. C'était une femme capricieuse qui réclamait beaucoup d'attention de sa part et pour laquelle il aurait pleuré si par malheur un vaurien s'était amusé avec les vitres de cette dernière. C'était arrivé une fois, ses employés s'en souviendraient certainement à vie.

Matthews prit les poubelles, sortant par derrière pour les jeter dans une ruelle mal éclairée. Il ne rentra pas immédiatement à l'intérieur, s'allumant à la place une cigarette bien mérité. Doucement, il s'adossa contre un des murs à côté de la porte, rejetant la tête en arrière en essayant de faire des "O". Ce fut quelque chose de froid qui le tira hors de ses rêveries et il cligna des yeux en tendant la main devant lui, la paume ouverte.

- Il pleut ? L'homme reprit en grommelant, j'aurais du prendre un parapluie avec moi ce matin, 'javais oublié à quel point le temps était merdique dernièrement...

Il soupira, passant une main dans ses cheveux en se redressant et reparti en direction de l'intérieur du bâtiment sans un regard en arrière.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Ven 17 Jan - 21:46

Soren soupira longuement, assit par terre dans la rue. Les nuages étaient gris et l'atmosphère lourde... La foule passait devant lui sans jamais s'arrêter ou même lui jeter le moindre regard... Il secoua doucement la tête et leva le nez vers ce ciel voilé et de gris nuancé... Cela aurait pu être tellement beau si ce n'était pas annonciateur de pluie... Un nouveau soupire franchit ses lèvres et il baissa la tête en la secouant. Il sentit un regard sur lui... Insistant... Personne ne s'arrêtait devant lui... Avec lenteur il redressa la tête vers la source du regard. Face à lui se tenait une petite fille... Ses grands yeux bruns braqués sur le jeune homme... Son bras était tendu vers le corps du félin... Il suivit la ligne qu'il formait, au bout un petit disque métallique et scintillant... De l'argent...? Mais Soren ne faisait pas la manche... Faisait-il si pauvre que cela...? Il se sentit bizarre... Elle... Elle avait comprit qu'il ne demandait rien mais elle lui donnait quand même... Emu, ses doigts fins se posèrent sur ceux de l'enfant. Une longue bourrasque de vent souleva ses mèches blanches et balaya les boucles blondes de la fillette... Enfin elle put voir complètement le regard doré du jeune homme... L'échange de regard dura quelques secondes à peine mais il lui sembla durer une éternité... Une si douce éternité... La petite blonde lui accorda un sourire étincelant et sincère... Un pâle sourire se dessina sur le visage du jeune homme, éclairant très faiblement celui-ci. Puis elle fut comme happé par la foule... Disparaissant de sa vue... L'espace d'un instant l'homme chat fut envahi par une vague de panique...

Elle était partie... Il serra ses doigts autour du cadeau de l'enfant... Il n'avait même pas envie de l'utiliser... A la place il se leva, ses mèches ondulées et immaculées à nouveau plaqués contre son visage... Il traînait des pieds. Il était dehors mais il n'avait rien à faire... ou à manger... Il était d'ailleurs affamé... Il enfonça ses mains dans ses poches et laissa ses pas le guider là où ils le désiraient. Il était 18h environ... Il s'arrêta devant une ruelle... Personne... Il fit plusieurs pas avant de se transformer en chat, arborant un pelage blanc et soyeux... Ignorant les odeurs comme il le pouvait, il se glissa à côté d'une poubelle. Là il se roula en boule et entreprit de dormir, ce qu'il fit d'ailleurs jusqu'à ce qu'il soit réveillé par un bruit fracassant.

Le félin se redressa d'un coup, les poils hérissés et les oreilles pointés vers le ciel... D'où venait ce bruit...? Sans se montrer il scruta les alentours avant d’apercevoir un homme entrain de fumer... Le chat pencha légèrement la tête sur le côté. Une nouvelle odeur parvint à son petit museau rose... Humant doucement l'air il parvint à identifier l'odeur de la nourriture... Ce qui lui rappela à quel point il avait faim... Il plissa rapidement le nez... Il allait pleuvoir, s'il se déplaçait vers l'homme il allait se recevoir une averse sur la gueule. Mais l'homme ne semblait pas aimer la pluie non plus... Il repartait déjà... Et c'était pour Soren le risque de manquer son seul repas de la journée. Sans attendre un instant de plus il s'élança derrière l'homme, il l'avait presque rattrapé lorsqu'il prit un puissant élan. Son corps s'éleva lentement dans les airs et c'est toutes griffes dehors qu'il s'accrocha à l'homme, ou plus précisément à sa cuisse... Bon il allait surement être surprit... Mais au moins il comprendrait le message... Le fixant avec des pupilles complètement dilatés un petit moment il lui grimpa rapidement dessus, atteignant ses épaules. Là il s'y installa, frottant son museau en ronronnant. Il voulait vraiment amadouer l'homme... Histoire de pas avoir que des restes... Parce qu'au fond... Il n'était pas vraiment un chat... Mais surtout et avant tout un humain... Avec un minimum de fierté... Sa petite queue blanche se balançait de droit à gauche et caressait la nuque de l'homme lorsque l'animal passait d'une épaule à l'autre, émettant toujours des ronronnements puissant.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Dim 19 Jan - 19:14

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Quelque chose s'accrocha subitement à la jambe de l'homme qui sursauta en sautillant sur place, les yeux écarquillés. Pour dire vrai, Matthew s'était attendu à tout sauf à ce qu'un chat errant lui bondisse dessus pour l'attaquer. De peur et de surprise, il referma les poings, les secouant avec un petit cri aiguë avant que l'information n'atteigne son cerveau. Tandis qu'il mettait un certain temps à prendre conscience de la situation, le félin blanc avait escaladé le corps musclé de l'adulte pour rejoindre ses épaules. Il ne pu résister à cette bouille d'amour et doucement, il lâcha un petit gémissement en lui caressant la tête. Tandis que la pluie devenait de plus en plus forte, il releva la tête vers le ciel, grimaçant à l'idée d'abandonner la pauvre chose dans le froid, s'imaginant parfaitement cette adorable boule de poil courir à la recherche d'un abri sans que personne ne s'arrête sur son passage. Les gens étaient pressés et égoïste, ce n'était donc surement pas pour un chat abandonné de sang bâtard qu'ils auraient ralenti l'allure pour lui porter une quelconque attention... Mais ce n'était pas le cas du cuisinier. Avec un sourire tendre, il regarda le félin, caressant son poil humide de sa grande main.

- Je ne vais pas te laisser dehors petit chat quand même...

L'homme s'engouffra à l'intérieur en refermant à clé la porte après son passage, prenant le chat pour le poser par terre délicatement. Il devait avoir faim se dit-il, ce fut donc dans un élan de bonté qu'il regagne la cuisine en regardant ce qu'il pourrait lui préparer. Haussant un sourcil discrètement, Matthew porta une main à son menton, caressant sa barbe en réfléchissant. Il laissa échapper quelques mots, s'adressant à l'animal.

- Mais qu'est-ce que tu aime... Un sourire amusé vint se dessiner sur ses lèvres tandis qu'il jetait un rapide coup d'œil à l'animal, est-ce que tu me comprend au moins ?

Il fini par croiser les bras en soupirant. Il n'avait eu que peu d'animaux dans son enfance et à part leurs donner des croquettes et quelques morceaux de viande de son assiette de temps à autre, il n'avait fichtrement aucune idée de ce que le chaton pourrait aimer. Marmonnant pour lui même, il se cita une liste de chose qu'un carnivore pourrait aimer. D'un haussement d'épaule, il parti se chercher dans une petite chambre froide un rosbif en sifflotant. Dans le pire des cas, il pourrait le finir avec lui. Prenant le plus petit qu'il possédait, il reparti en cuisine, recommençant à cuisiner pour son petit protégé.

- Il faudrait que je perde l'habitude de nourrir les affamés qui se présentent devant ma porte...

Matthew se mit à sourire de nouveau, parce qu'il avait beau dire ça, il savait parfaitement qu'il ne ferait jamais taire son grand cœur d'ours en peluche.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Lun 20 Jan - 15:53

Sagement Soren attendit, perché sur l'épaule de l'homme qui se décida enfin à rentrer... C'était pas trop tôt... Le chat était complètement trempé et ce n'était pas agréable du tout... Il avait l'impression d'être tout poisseux... Bientôt ses pattes rencontrèrent à nouveau le sol, sur lequel il s'installa bien tranquillement. Il observa l'homme un petit moment, ses mouvements et ses paroles... Le chat pencha légèrement la tête sur le côté, bien sûr qu'il le comprenait... Enfin ça c'était parce qu'il n'était pas vraiment un chat... Sans attendre de réponse de sa part son sauver quitta la pièce, le délaissant quelques instants. S'il avait pu Soren aurait haussé les épaules, mais à la place il se mit tout simplement à faire sa toilette, passant sa langue sur son pelage humide. Il devait retirer ce liquide à l'odeur horrible de ses poils... Il ne voulait pas sentir le chien mouillé... Il émit un petit grondement mécontent à cette idée et s'appliqua d'autant plus à son séchage.

L'homme revenait... Soren leva le regard vers lui et vit ce qu'il tenait... Le félin se mit à saliver un frisson de plaisir le parcourut... Depuis combien de temps n'avait-il pas mangé une viande de qualité ? Depuis trop longtemps à son goût. Pour garder une allure fière il préféra faire comme si de rien n'était en terminant son petit nettoyage. Quelques minutes plus tard, attiré par l'odeur il se redressa pour venir près de l'homme. Il commença par se frotter contre ses jambes, tournant autour en miaulant pour manifester sa faim. Se lassant un peu de ce manège il prit la liberté de grimper sur le plan de travail, juste à côté de la viande. Tour à tour il regardait la viande avant de pousser un long miaulement à l'attention de son bienfaiteur. Sans prendre garde aux flammes, il plongea sa tête vers le poignet de l'homme, y frottant tête et museau. Ses mouvements étaient toujours accompagnés de bruyants ronronnements.

- Il faudrait que je perde l'habitude de nourrir les affamés qui se présentent devant ma porte...

La boule de poil blanche leva les yeux vers lui et comme pour lui répondre, lâcha un petit cri plaintif, les oreilles rabattus en arrière... Des gens gentils comme lui, Soren n'en connaissait pas ici et s'il décidait d'arrêter de l'être le petit chat blanc ne pourrait pas revenir... Car bien entendu, il avait l'intention de revenir... De la bouffe comme celle là... Et gratis en plus... L'odeur de la viande devenait de plus en plus fort et cette fois-ci c'est un gémissement plaintif qu'il laissa sortir. Il leva un peu la patte et essaya d'attraper la viande à bout de griffe, sans jamais l'atteindre à cause de la chaleur.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Ven 24 Jan - 17:59

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Le chat miaula d'une voix aiguë et Matthew tourna la tête avec surprise. Pour tout dire, il ne s'était pas attendu à ce que l'animal réponde à ses pensées prononcé tout haut... Peut-être se contentait-il simplement de demander quand est-ce qu'il pourrait enfin manger plutôt ? Peu de temps après, comme pour appuyer sur cette hypothèse, l'animal fourra sa patte blanche à la recherche d'un morceau de viande, faisant rire l'adulte d'une voix enjoué. Doucement, il attrapa le félin sous le ventre, le relevant pour embrasser son museau avec un sourire.

- Tu va l'avoir ta viande petit gourmand !

Il le déposa ensuite sur ses épaules comme ce qu'il avait fait quelques instant plus tôt, recommençant à s'occuper du rosbif. Matthew adorait les animaux, mais pas seulement. Il aimait les humains aussi, il aimait le monde et même une toute petite pierre sur son chemin aurait pu l'attendrir. Il voyait des visages sur les cailloux rayés, combien de fois sa mère l'avait vu ramener une boite pleine de pierre de toutes les couleurs et de toutes les formes ? Ça ne l'avait jamais empêché de les jeter tandis que l'homme à cette époque enfant gonflé les joues pour bouder. Après une dizaine de minutes, il sorti une assiette et coupa la viande en petit morceaux, la laissant saignante. Les animaux aimaient le sang non ? Le cuisinier haussa les épaules, après tout, une viande trop cuite était dur à manger, certainement trop dur pour de petites dents féline du moins. Il ramena l'assiette à l'une des tables, gardant le félin blanc sur lui avant de le déposer sur la table, lui offrant un noble repas pour une si petite boule de poil. Il tira une chaise en arrière et vint s'assoit en face de lui, croisant les bras sur la tête en posant le menton dessus, le regardant avec tendresse. Tout de son visage souriait, si ses yeux avaient pu afficher une expression, ils auraient dévoilé une sorte de psychopathe attentif aux chats qui l'aurait jeté en l'air en l'étouffant ensuite dans ses bras.

- Bon appétit, petit chat...

Matthew le contempla avec fascination, n'osant pas caresser ce long corps aux magnifique courbes. On ne touchait pas un animal qui mangeait au risque de se faire attaquer, ça, il l'avait apprit il y a bien longtemps. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de garder la tête non loin de la bête, ne craignant absolument pas que ses griffes fassent une visite de courtoisie avec son visage.
C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Sam 25 Jan - 11:20

Soren poussa un petit miaulement surprit en sentant la main de l'homme sur son ventre et ses pattes quitter le sol. Il les agita un moment avant de se retrouver face au visage de l'homme. Le petit chat écarquilla les yeux en sentant la bouche de son bienfaiteur contre son museau. Il se retrouva ensuite sur ses épaules, encore en état de choc suite au bisou de l'homme. Presque nerveusement il se frotta le museau de la patte. Un chat normal n'aurait sans aucun doute eut aucun problème avec ça mais Soren était un humain à la base et c'était un peu comme si un inconnu l'avait embrassé... C'était gênant mais il ne pouvait rien dire... Il était un chat et l'homme voulait surement juste être gentil... Assit sur son épaule il continuait de fixer la viande avec envie. Enfin elle était cuite... Soren se mit à trépigner, poussant des petits cris affamés.

Il se laissa poser sur la table, il salivait comme jamais, l'odeur alléchante lui tordait l'estomac. Il entendit à peine l'homme lui souhaitait un bon appétit, il s'était jeté sur la viande, dévorant petit bout par petit bout. Ses ronronnements appréciateur étaient puissants et bruyants tant il était heureux. Peu à peu le chaton sentit la faim s'apaiser mais, il n'était qu'à la moitié de l'assiette. Il redressa enfin un peu la tête et se rendit compte que depuis tout à l'heure son bienfaiteur l'observait. Il se sentit un peu mal à l'aise quand même... C'était bizarre comme comportement. S'approchant un peu il lui mit un petit coup de patte sur le nez, sans sortir les griffes. Il tapa plusieurs fois son visage avant de lui tourner le dos et de se remettre à manger.

Sur le point de reprendre une bouchée il se rendit compte qu'en fait, l'homme avait peut être faim... Et que c'était pour ça qu'il le fixait depuis tout à l'heure... Soren avait un petit problème avec la politesse. Attrapant un morceau entre ses dents il se tourna vers l'homme et tenta de le lui donner. Oui il lui faisait la béqué mais aux yeux du petit chat c'était naturel. Pour qu'il comprenne mieux, il pressa son museau contre son nez et déposa le petit bout de viande juste devant la bouche de l'homme. Puis il se redressa et tapota sa joue en miaulant pour qu'il mange le morceau. Il le fixait avec des grands yeux, attendant sans bouger. Il ronronnait encore un peu. C'était rare qu'il soit si content, et pour le coup, il l'était vraiment. Ce monsieur était vraiment gentil... S'il avait pu il lui aurait fait un calin... Mais avec des pattes aussi courtes, il n'aurait pas pu... Et il avait peur qu'en reprenant sa forme humaine il se fasse chasser... Il commençait à se sentir coupable, et ça aussi c'était rare, de mentir à l'homme pour avoir à manger. Parce que c'était ce qu'il faisait non ? Il le prenait pour un simple chat errant et rejeté...
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Lun 27 Jan - 18:38

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
L'homme regardait la magnifique boule de poil prendre un morceau de viande pour le lui offrir, clignant des yeux en trouvant ce chat plus qu'étrange. Bien qu'il n'était pas un expert en matière animal, il était certain qu'ils ne faisaient pas ça... D'autant plus lorsqu'il s'agissait d'un chat errant. Toutefois, il le trouvait plus qu'adorable, ce fut donc avec un large sourire qu'il se mit à rire, caressant sa belle fourrure blanche. S'il avait pu, Matthew se serait levé d'un bond en écrasant le félin contre son torse, roulant par terre en l'étouffant dans des milliers de câlin. Il craquait totalement et son regard fut plus tendre encore, tirant doucement quelques instant sur son oreille, il posa son coude sur la table, fermant le poing pour se redresser légèrement et appuyer sa joue contre. Ses doigts glissèrent sous son menton, caressant la bête blanche pour le rendre plus mignon encore. Finalement, le cuisinier prit le morceau de viande.

- Merci petit chat...

Il mangea le petit morceau, fixant toujours l'animal avant de le prendre doucement dans ses mains, avec une certaine délicatesse. Le posant contre son torse, il fit attention à ne pas le faire tomber, ni même à l'étouffer. Il était si petit contrairement à sa forte carrure... Matthew avait toujours été un homme de grande taille et musclé, plutôt imposant même, il fallait bien l'avouer. À côté de lui, une femme ressemblait à une frêle brindille et les gens finissaient toujours par le juger sur son apparence. Il soupira, après tout, comment leur en vouloir, un homme balafré de diverses blessures sur le visage, ça ne courrait pas les rues et ça avait de quoi intimider. L'une de ses grande main se posa sur la fragile tête du chaton.

- On dirait que tu n'as pas peur de moi toi...

Il le reposa délicatement sur la table, reprenant en morceau de viande en lui mettant devant le museau pour qu'il le mange, un grand sourire aux lèvres. L'adulte avait toujours adoré prendre soin des gens, s'occuper d'eux sans rien demander en retour. Si la petite boule de poil blanche avait été un enfant, il ne se serait pas gêné pour l'enlacer en lui faisant faire l'avion... Qu'il était difficile de rester calme devant un tel amour. Tout en reprenant ses aises tel un pacha sur la table, il se coucha à moitié dessus, reprenant un morceau entre ses dents pour manger avec lui. C'était stupide mais après tout... Le chat n'y ferait pas attention et ne le verrait pas ainsi.
C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Jeu 30 Jan - 18:05

L'homme avait finit par manger le morceau et il l'avait même remercié... Alors que s'était sa viande... Mais il devait le remercier pour son geste... C'était surement cela. Le chat blanc laissa échapper un petit miaulement surprit lorsque l'homme le souleva de la table pour le prendre contre lui. Un peu désorienté, Soren ne protesta pas et se laissa faire sans protester. Une chose était sure, cet homme était vraiment calin, avec les chats en tout cas. Toutefois, le chaton eut un petit peu peur en sentant la lourde main de l'homme sur sa petite tête fragile. Mais encore une fois, il ne lui fit aucun mal.

- On dirait que tu n'as pas peur de moi toi...


Pourquoi aurait-il été effrayé par une aussi gentille personne ? C'est vrai que beaucoup de chat n'aurait pas été aussi confiant depuis le début mais, Soren était différent. Ni un homme ni un chat... Il était entre les deux... Perdu dans la case "gens bizarres". Comme pour répondre à son précédent geste, il lui tendit un morceau de viande. Le jeune homme le mangea rapidement, ronronnant un peu plus fort. A nouveau assit près de l'assiette de viande, l'animal regardait l'homme... Il était partagé... Il avait l'impression, le sentiment qu'il pouvait reprendre forme humaine et lui dire à quel point il lui était reconnaissant sans danger mais d'un autre côté il redoutait la réaction de son bienfaiteur... Il allait peut être prendre peur en voyant ce qu'il pouvait faire... Ou bien se montrer tout à coup méchant parce qu'il le prendrait pour un monstre... Le petit chat blanc baissa la tête, les oreilles aplatis sur les côtés... Il était triste... Il ne ronronnait plus du tout maintenant.

La boule au ventre le chaton fit un bond sur les genoux de l'homme, pas très assuré. L’inquiétude le rongeait douloureusement... Il avait l'habitude du rejet, d'être traité comme un sale chat errant mais là l'homme s'était montré si gentil... Alors s'il devenait méchant d'un coup, ça serait plus décevant... Lentement la boule de poil redressa la tête vers le visage de l'homme, ancrant son regard doré dans celui de l'homme. Il semblait vouloir lui faire comprendre qu'il était inquiet et qu'il avait besoin d'être rassuré mais... Sous cette forme c'était inutile... Et puis de toute façon l'homme était attendrit par son apparence de chaton... Quand il serait de nouveau humain cela risquait de se passer différemment... Lentement il grimpa sur son torse et vint nicher sa tête dans le cou de l'homme. Il hésitait toujours... Peut être que l'homme n'allait pas si mal réagir que cela... Même si c'était peu probable... Les humains avaient un esprit si étriqués que la magie, la différence ou les changements soudains les effrayaient au plus au point. S'il avait put il aurait longuement souffler, mais sous cette forme ce n'était pas réellement possible.

Il ferma les yeux. L'homme ne devait sans aucun doute pas comprendre ce qu'il se passait à cet instant... Ni ce qui allait se passer. Une vive chaleur traversa le frêle petit corps de chat de Soren alors qu'il sentit son enveloppe corporelle actuelle céder pour l'originelle. Les transformations du garçon étaient toujours rapides, et parfois surprenantes. Il avait quelques secondes avant que l'homme ne réagisse vraiment... Histoire que les informations montent au cerveau...

"Je vous en prie... Ne criez pas... Ne vous énervez pas..."

Il avait murmuré ces quelques mots, son nez écrasé contre l'épaule de l'homme. A vrai dire, il avait une position assez étrange par rapport à la situation. Il était à genoux sur les jambes de l'homme et les bras ballants dans le vide... Oui il faisait un peu cadavre pour le coup mais il n'osait pas bouger. Il voulait laisser à l'homme le temps pour lui de se remettre de ce qu'il venait de voir... Alors que l'homme n'avait encore rien dit, Soren commençait déjà à regretter son geste, convaincu qu'il n'aurait jamais du faire ça.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Mer 5 Fév - 19:52

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Le petit chat vint sur les genoux de l'homme qui craqua d'un cran de plus. Matthew mourrait d'envie d'écraser sa petite tête blanche entre ses mains, secouant la tête avec une bouche comme certaines filles faisaient pour prendre une photo, puis, dans un smack bruyant, il aurait prit possession de ses petites babines pour un bisou d'amoureux des animaux. Cependant, il su se contenir, se contentant de sourire comme un parfait imbécile. Ce fut pourtant en plongeant ses yeux dans les sien qu'il se calma. Il n'aurait su dire pourquoi, mais le regard fauve n'avait rien d'animal. Avec une certaine délicatesse, il caressant son dos, l'effleurant à peine de ses mains en se calmant peu à peu. Il ne rejeta pas le chat lorsque ce dernier se mit presque debout sur lui et après quelques secondes, son sourire se transforma en une douceur rassurante et réconfortante, comme pour répondre aux yeux doré de la bête. Pourtant, jamais il n'aurait pu s'attendre à ce qui allait se passer. Le félin devint plus chaud, changeant avec une vitesse fulgurante de forme. Ce fut à la place, un jeune homme aux cheveux blanc qui était sur ses genoux. Sa peau était d'un blanc porcelaine, elle semblait aussi délicate que le petit corps de félidé qui avait précédé l'humain et en quelques instant, il prit conscience qu'elle était comme il le pensait. Ses doigts étaient posés sur sa nuque tandis que son front venait de poser sur son épaule, cachant le visage juvénile de l'adolescent. Le cuisinier ne comprit pas ce qu'il venait de se passer.

- Je vous en prie... Ne criez pas... Ne vous énervez pas...

La véritable question était plutôt "comment ne pas crier lorsque l'adorable chaton que vous avez recueilli est devenu un jeune homme ?", toutefois, Matthew ne cria pas. Maîtrise de soi, maturité, ce n'était évidemment pour aucune de ces raisons qu'il s'était tut. Au contraire de la plupart des gens, il lui fallait plusieurs minutes avant reprendre conscience de la réalité, et lorsque le moment fatidique arriva... Le cuisinier poussa un cri de surprise en sautillant sur sa chaise.

- Oh mon Dieu, oh mon Dieu, oh mon Dieu !!! OH MON DIEU !!

Il tourna la tête dans tout les sens avant de le prendre dans ses bras telle une princesse, se relevant brusquement en faisant basculer la chaise en arrière dans un fracas. Tantôt il se tournait vers la droite avec le jeune homme dans les bras, tantôt sur la gauche, totalement paniqué.

- Un vétérinaire ! Non ! Un Médecin !

Il s'élança vers la sortie avant de se prendre cette même arme massive qu'on appelait "chaise" dans la jambe, s'écrasant lamentablement par terre en le serrant pour fort contre lui pour le protéger du choc. Il venait de transformer un chat en humain sans savoir comment, il avait l'obligation de le protéger du danger maintenant ! Matthew aurait pu s'enfuir loin de lui, mais n'était-il pas responsable de cette discorde ? Il devait prendre ses responsabilités. Se redressant en grimaçant, il reposa l'enfant à terre, le saisissant toutefois par les bras en se ressaisissant rapidement du choc, le regardant dans les yeux, toujours aussi paniqué.

- Tu peux parler ? L'adulte baissa la tête, sentant un terrible mal de crâne le poignarder à fine lame, il murmura pour lui même plus bas, bien sur que non...


Il releva brusquement la tête, les larmes aux yeux. En temps normal, l'homme ne pleurait jamais, mais arriver à un certain seuil critique, il finissait par s'épuiser.

- Qu'est-ce que j'ai fais !

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Mer 5 Fév - 21:22

Au début, Soren se dit qu'enfin de compte tout se passait bien... L'homme n'avait pas retiré ses mains de lui et il était silencieux. Le jeune homme était soulagé... Sa peur commençait à passer... Et à vrai dire il était sur le point de redresser la tête et de lui sourire mais... Non. L'homme se mit à répéter "oh mon dieu" en s'agitant un peu bizarrement. Le jeune chat retint un cri lorsqu'il le sentit le soulever d'un coup. Non mais il lui arrivait quoi là ? Il s'agrippa à ses épaules, la panique l'envahissant une nouvelle fois, même si pour cette fois, ce n'était pas le même genre de panique. Là c'était le comportement de l'homme qui l'inquiétait.

Il voulait voir un médecin ou un vétérinaire... Le pensait-il malade ? Mais pourquoi ? Oui Soren était physiquement frêle et très pâle mais tout de même...De là le croire malade... Soren était vraiment perdu... Il ouvrit grand les yeux lorsqu'il partit précipitamment vers la sortie, il y avait toujours de la pluie et il ne voulait pas être mouillé... Il allait râler quand son bienfaiteur se prit les pieds dans la chaise qu'il avait renversé quelques instants auparavant... L'homme le protégea du mieux qu'il le put Soren en fut presque choqué... Il prenait pour lui ? C'était... Inattendu...

L'homme semblait vraiment aller mal... Il était réellement sous le choc apparemment... Soren lui avait parlé un peu avant et pourtant il lui demandait s'il savait parler. Soren eut un petit sursaute lorsqu'il vit que l'homme était sur le point de pleurer... Mais pourquoi ? Qu'est ce qui n'allait pas exactement ? Il se reprochait quoi exactement ? Il cligna des yeux, regardant l'homme longuement. Doucement il leva les mains et les posa sur les joues de l'homme. Ses pouces glissèrent tendrement sur la peau légèrement rugueuse de l'homme, sans doute de la faute à sa barbe naissante... Il afficha un petit sourire et se pencha sur lui pour déposer un tout petit baiser sur son front. Le jeune homme savait au combien ce simple geste pouvait l'apaiser et le rassurer par moment.

"Vous n'avez rien fait... C'est moi... Je suis comme ça..."

Il souriait toujours, tendrement mais assez faiblement cela dit. Il retira ses mains et fit un pas en arrière. Il trouvait l'homme vraiment touchant à cet instant... Personne n'avait jamais pleuré pour lui... Il se frotta les mains et pinça les lèvres. Il ne savait pas vraiment quoi dire ou quoi faire pour détendre l'atmosphère et il commençait à se sentir un peu mal du coup... Il se passa une main dans les cheveux et pencha un peu la tête... Pour débuter, il pouvait se présenter déjà... Et le remercier.

"Je... Je m'appelle Soren... Et... Je voulais... Vous remercier en fait... Vous avez été très gentil... Je n'ai pas l'habitude... Et ça me tenais vraiment à coeur de vous le dire... Je... Je me serai jamais transformé sinon..."

Il ravala sa salive et se frotta le bras de sa main, la tête baissée vers le sol. Son ancienne peur de se faire rejeter revenait peu à peu, s'insinuant dans son esprit. Il fut prit de petit tremblements alors que ses oreilles se montraient mais pointaient déjà vers le bas, manifestant son humeur mitigée. Il se tordait avec anxiété les doigts.

"Je sais que... Je suis... Bizarre mais... Je suis pas méchant hein... Alors pas besoin d'appeler la police ou autre... Je... Je peux même partir si vous préférez... Je sais que je suis pas normale... Pardon..."
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Jeu 6 Fév - 12:37

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Matthew ne savait quoi faire, c'est pourquoi il ne fit pas le moindre geste lorsque le jeune félidé se redressa pour porter ses lèvres contre son front. Ce fut un baiser d'une douceur incomparable, proche de ceux qu'une mère bienveillante aurait offert à son enfant désorienté, ou peut-être même attristé. Il cligna des yeux sans réagir, relevant à peine les yeux vers son visage tandis que ce dernier se retiré. Son incompréhension se fit plus forte, ainsi que sa désorientation. Il était troublé de ce geste, mais surtout du fait que le garçon devant lui n'en était véritablement pas un... Ou peut-être était-ce l'inverse, mais qu'importe ?

- Vous n'avez rien fait... C'est moi... Je suis comme ça...

Le sourire de la chose était doux, quoique discret, quasi invisible. Il semblait au cuisinier que plus les minutes s'écoulait, plus il était mitigé entre une crainte inconnu et la joie de... D'un remerciement ? Il cligna de nouveau les yeux, pourquoi le demi albinos aurait eu à craindre quelque chose ? Ah... Oui... Parce qu'il n'était pas humain. Lorsque la connexion cérébral eu enfin lieu, Matthew prit conscience de sa situation. Il était en compagnie d'une chose inhumaine qui avait trompé sa sympathie avec l'apparence d'un ravissant chaton. Un extraterrestre ? Peu probable, mais il avala difficilement sa salive en imaginant la potentiel attaque... Peut-être avait-il encore faim... Peut-être que son prochain repas... Allait être son bienfaiteur ?... L'adulte ne fit attention à aucun de ses gestes, tremblant intérieurement avant que la frêle voix ne vienne de nouveau le tirer de ses craintes.

- Je... Je m'appelle Soren... Et... Je voulais... Vous remercier en fait... Vous avez été très gentil... Je n'ai pas l'habitude... Et ça me tenais vraiment à coeur de vous le dire... Je... Je me serai jamais transformé sinon...

Un piège ? Peut-être une manigance extraterrestre pour venir à bout de l'homme ! Pourtant, grand coeur qu'il était, il ne put le chasser, trouvant cette petite tête aux cheveux blanc touchante et à croquer. De plus, il remarqua du coin des yeux sa propre hésitation avant que deux petites oreille d'un blanc immaculé ne réapparaisse sur son crâne, les plaquant en arrière.

- Je sais que... Je suis... Bizarre mais... Je suis pas méchant hein... Alors pas besoin d'appeler la police ou autre... Je... Je peux même partir si vous préférez... Je sais que je suis pas normale... Pardon...

Matthew n'ont plus n'était pas tout à fait normal, mais il aurait été malvenu de sa part qu'il lui pète au visage avec un large sourire aux lèvres pour lui dévoiler l'étendu de ses surprenant pouvoirs. Bien sur, cette pensée le fit rire et s'agiter sur place, ricanant silencieusement tel le gros beauf d'Amérique qu'il était. L'adulte reprit finalement ses esprits en toussotant, une main devant son visage, les paupières close. Lorsqu'il les rouvrit, son regard se posa sur la tête de son interlocuteur et comme pour se rassurer, il posa ses doigts sous son menton en grattouillant sa peau.

- Alors tu es vraiment le chaton...

L'homme retira sa main avec un léger sourire. A part lui dévorer le doigt, cet adorable minet n'allait rien pouvoir lui faire, de quoi devait-il donc avoir peur au final ? Il était bien entendu surprit de cette découverte, s'il avait été seul, il aurait pu s'évanouir en imaginant que sa fin était proche... Mais après tout... Il semblait plus effrayé que lui ne l'était. Il reposa sa paume sur ses cheveux, caressant ce qui auparavant se trouvait être un pelage, penchant légèrement la tête sur le côté en souriant toujours avec une certaine compréhension... Mais surtout sympathique, après tout, il ne pouvait pas vraiment comprendre en réalité.

- Je n’appellerais personne petit gars, je ne suis pas méchant et regarde ! Il tourna la tête vers la fenêtre, je ne vais pas jeter un chaton dehors sous la pluie totalement frigorifié.

Ses doigts se glissèrent entre ses mèches blanche, caressant son cuir chevelure quelques instants avant de glisser vers une de ses oreilles. Il était bel et bien le chat d'autrefois. Toutefois, son sourire déchanta légèrement, un peu plus crispé.

- Mais... Ce serait gentil de ta part d'éviter de changer de forme sans me prévenir ou je risque de faire une crise cardiaque, je suis vieux moi...

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Sam 8 Fév - 0:14

Dans un premier temps, Soren ne comprit pas vraiment ce qu'il se passait... L'homme s'était mit à rire silencieusement, comme si le jeune homme avait dit quelque chose de vraiment drôle. Et le jeune homme ne voyait vraiment pas ce qu'il avait pu dire pour que cela suscite une telle réaction. Alors il se contentait de le fixer dubitatif quand l'homme le toucha une nouvelle fois, lui grattant sous le menton, comme s'il était toujours sous sa forme de chat. L'adolescent cligna des yeux, vraiment surprit mais ne protesta pas. Il appréciait en fait... Il se remit à sourire et ferma les yeux, un petit ronronnement se faisant entendre. L'homme s'était calmé et il réalisait enfin que oui, Soren était le chaton d'autrefois.

Il se retint de lui retenir le main lorsqu'il la sentie quitter son cou. Ce n'était pas vraiment un comportement à avoir pour le moment... Mais son besoin de contact fut rapidement comblé car l'homme se mit à caresser ses cheveux. Ses ronronnements refirent leurs apparitions alors qu'il l'écoutait attentivement. Il était vraiment gentil ce monsieur... Il ne voulait pas le mettre à la rue même après toutes ces révélations... Il sentit ensuite les doigts de son bienfaiteur passer dans ses cheveux et se diriger vers ses oreilles. Il retint un petit couinement réprobateur, il n'aimait pas vraiment qu'on y touche...

Sa dernière parole le surprit un peu, c'est vrai qu'il était un peu âgé mais de la à faire une crise cardiaque... Il exagérait sans doute... Il pencha la tête et l'observa avant de sourire un peu. Il émit un petit rire cristallin et doux, une main devant la bouche. Puis il secoua la tête et tendit les bras vers son visage pour tenir prendre ses joues entre ses mains.

"vous dites n'importe quoi... On ne peut pas faire ce genre de crise à votre âge... Vous n'êtes pas si vieux que cela... Si ?"


Il retira ses mains et les mit dans son dos, il regardait autour de lui, curieux. Il voyait les choses différemment sous sa forme de chat, ce n'était pas pareil... Il aimait bien les deux formes... chacune a sa particularité... Ses sensations spéciales... Il reporta son attention sur l'homme avec un léger sourire.

"Je peux pas me transformer tout le temps non plus... Alors vous êtes cuisinier non ? C'est bien la nourriture..."


Le jeune homme se frotta un peu le nez et bailla, son regard ne s'arrêtant sur aucun point fixe pour le moment, en fait... Il voulait fouiller... Farfouiller dans les placards de cette cuisine... Il ne voulait pas prendre un truc ou trouver quelques choses en particulier. Juste par curiosité. Il se mordit la lèvre et fit quelques pas sur le côté pour observer ce qu'il y avait derrière l'homme. Faut dire que l'homme était un peu du type armoire à glace... Il faisait bien plus d'une tête de plus que Soren et deux fois plus large que lui. C'était un peu impressionnant... Ses oreilles se penchèrent légèrement, en signe interrogateur.

"Vous avez un nom ?"
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Dim 9 Fév - 0:40

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Les mains du jeune félidé se posèrent sur les joues de l'adulte qui ne fit pas le moindre mouvement de recul. Il ne vit pas en ce geste quelque chose d'impoli, au contraire, la douceur dont il faisait preuve était touchante de la part d'un si jeune adolescent. Ses cheveux blanc pouvait tromper son âge, mais son visage quant à lui révéler encore les traits récente de l'adolescence.

- vous dites n'importe quoi... On ne peut pas faire ce genre de crise à votre âge... Vous n'êtes pas si vieux que cela... Si ?

Matthew lâcha un rire gras et bruyant comme à son habitude. Il n'était pas vraiment discret et malheureusement pour ses interlocuteurs, il n'avait pas vraiment l'intention de changer ses habitudes. Soren retira ses mains avec cette grâce qui captivait tant l'homme, ramenant ses bras dans son dos. La curiosité de celui qui était un animal le fit tourner la tête dans tout sens, suivit de près par le cuisinier qui en fit de même sans aucune raison. Peut-être simplement par une curiosité incertaine qui lui faisait se demander ce qui pouvait attirer l'attention du garçon. C'est pourquoi cependant il resta avec cet air stupide qui lui allait si bien.

- Je peux pas me transformer tout le temps non plus... Alors vous êtes cuisinier non ? C'est bien la nourriture...

L'adulte fini par reporter son attention sur la petite tête blanche. Ce fut alors que l'irréparable se produisit... Il contempla un peu trop longtemps ses oreilles frétillante, avalant sa salive difficilement en les fixant. Il semblait tout à fait normal, mais à y regarder de plus près... On pouvait remarquer quelques léger tremblements au niveau de ses bras et tendit qu'il secouait la tête pour oublier la douce fourrure, ses poings se fermèrent.

- Vous avez un nom ?

Matthew cligna des yeux, sortant de son état de frustration avant de se faire de nouveau hypnotiser par ses oreilles. Un sourire se forma sur ses lèvres, les étirant en une douceur sur son visage. Quelle ironie, lui qui intimidé quiconque par sa puissante carrure... Qui aurait pu croire qu'il était incapable de faire du mal à une mouche ? Il ne pu cependant pas se retenir d'avantage. Brusquement, il prit le jeune homme dans ses bras, le serrant contre lui en faisant attention à ne pas l'écraser sous sa force. Une main entre ses omoplates, sa sœur vint délicatement se poser sur le crâne du félin et l'adulte fut transporté au paradis. Il avait rêvé d'avoir un petit frère... Ou même un animal. Bienheureux de sentir la douce chaleur entre ses bras musclé, ses doigts caressèrent sa tête gentiment, oubliant presque qu'il s'adressait à un autre être humain quasi normal.

- Tu peux m'appeler Matthew, petit chat.

Prenant enfin conscience de son comportement plus que grossier à l'égard d'un inconnu, il le relâcha brusquement de nouveau, gardant les mains en l'air, les bras écartés.

- Oh, excuse moi, j'ai du mal à me retenir en présence de ces... Un sourire béat revint conquérir son visage tandis qu'il s'adoucissait devant les oreilles, ravissante petite oreilles...

Il secoua la tête, rompant le charme qui les liaient avant de soupirer. L'une de ses mains vint se placer sur sa hanche tandis qu'il se tournait vers l'ensemble du restaurant. Cette fois-ci, ce fut avec fierté et maturité qu'il contempla sa "demeure", soupirant une nouvelle fois, mais plus apaisé que jamais.

- Je suis même le chef cuisinier de ce restaurant et il m'appartient. J'y tiens plus que n'importe quoi.

Du coin de l'œil, souriant toujours, l'adulte posa ses yeux sur Soren.

- Mais dis moi plutôt ce qu'un adolescent comme toi faisait si tard dans la rue ?

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Dim 9 Fév - 21:15

Soren crut qu'il allait mourir... L'homme avait dit qu'il risquait de faire une crise cardiaque si Soren se transformait sans prévenir mais là... C'était l’hôpital qui se foutait de la charité... Son bienfaiteur l'avait prit d'un coup dans ses bras, le serra fortement. Il était en manque affectif...? Non parce que lui faire un calin comme ça d'un coup...? Il fut parcouru par de petits frissons lorsqu'il sentit une nouvelle fois ses doigts dans ses cheveux. C'était agréable... Le jeune homme se laissa faire, les yeux clos et laissa entendre son contentement comme d'habitude par des ronronnements. L'homme lui indiqua s'appeler Matthew... Matthew... C'était plutôt joli et ça lui allait bien..

Soudain la pression disparut et il sentit le corps de l'homme se détacher du sien. Il cligna des yeux et regarda l'homme, intrigué par ce recul inattendu. Il porta sa main à ses oreilles, regardant avec des grands yeux son bienfaiteur. Alors il aimait ses oreilles ? C'était gentil... Au moins il n'était pas horrifié... C'était déjà ça. Son regard se posa alors autour de lui, comme Soren l'avait fait quelques instants auparavant.

"Je suis même le chef cuisinier de ce restaurant et il m'appartient. J'y tiens plus que n'importe quoi."


Le jeune hocha la tête et lui rendit son sourire. Il pencha la tête quand il entendit sa question... Il espérait qu'une fois son explication finit, l'homme ne lui ferait pas la morale ou un truc du genre... Mais avant de répondre à sa question... Gardant ce même sourire, il se rapprocha et tendit les bras vers le cou de l'homme. Il n'avait pas comprit pourquoi il avait arrêté d'un coup son calin, Soren aimait bien les calins et qu'on lui porte de l'attention... Il croisa les bras dans sa nuque et lui grimpa, littéralement dessus. Rien de bizarre voyez vous, juste qu'il faisait ça pour avoir un nouveau calin. Le menton sur l'épaule de Matthew, il fixa droit devant lui.

"Je ne voulais pas aller en cours aujourd'hui... Je n'aime pas l'école... Alors je suis sortie dans la rue... Je suis resté longtemps dans la rue... Puis j'ai eu faim, mais j'avais rien sur moi, j'ai cherché un coin tranquillement pour dormir et oublier que j'avais faim. Je me suis endormie sous ma forme de chat derrière vos poubelles, et c'est en les sortant que vous m'avez réveillé... Et la suite vous la connaissez...

Il tripota un peu les cheveux de l'homme, dénué de gêne. Oui, quand il était de bon humeur et que son interlocuteur lui semblait bon et gentil, Soren avait la fâcheuse tendance à devenir un genre de chamallow collant et tout doux... Le genre à transpirer la tendresse et son manque affectif.

"Et à cette heure-ci... Le pensionnat sera fermé... Et si j'essaye d'y entrer... Je vais encore avoir des problèmes...


Le jeune homme avait parlé sur un ton boudeur et amer. Il n'aimait pas ce pensionnat... Il n'aimait pas l'école... Il n'avait pas le choix... S'il voulait avoir un toit sur sa tête à peu près toutes les nuits, il devait encore s'y rendre... Il avait cette chance jusqu'à la fin de l'année... Après la galère recommencerait et il serait obligé de vivre comme autrefois.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Lun 10 Fév - 18:54

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Le jeune homme vint se blottir contre l'adulte qui en resta sans voix. Il ne s'attendait certainement pas à ce que le félin lui monte dessus. Matthew n'en fut nullement gêné, après tout, il voyait l'adolescent comme l'animal qu'il avait rencontré. Non pas qu'il l'aurait traité comme tel ! Mais il comprenait que son comportement soit étrange et c'était bien la dernière chose qui allait le surprendre après cette mystérieuse métamorphose. Tandis que Soren prenait ses aises, l'adulte passa un bras autour de sa taille, son autre main allant se loger dans ses cheveux pour continuer de lui gratter le crâne.

- Je ne voulais pas aller en cours aujourd'hui... Je n'aime pas l'école... Alors je suis sortie dans la rue... Je suis resté longtemps dans la rue... Puis j'ai eu faim, mais j'avais rien sur moi, j'ai cherché un coin tranquillement pour dormir et oublier que j'avais faim. Je me suis endormie sous ma forme de chat derrière vos poubelles, et c'est en les sortant que vous m'avez réveillé... Et la suite vous la connaissez...

Matthew fit une moue, n'approuvant pas ce geste. Il était lui même passé par la phase d'une adolescence difficile, il n'avait lui non plus jamais aimé les cours. Plus jeune, il avait rêvait d'être libre, de ne pas avoir à mener une vie ordinaire comme n'importe qui. Le jeune homme fougueux d'autrefois avait rêvé d'aventure mais surtout de liberté, de casser cette règle, que ceux qui n'étaient pas adaptés aux cours ne gâche pas sa vie. Ses doigts de l'adolescent vinrent caresser les mèches châtain clair de l'homme qui se laissa aller. Il n'allait cependant pas le laisser faire sans rien dire.

- Et à cette heure-ci... Le pensionnat sera fermé... Et si j'essaye d'y entrer... Je vais encore avoir des problèmes...

C'était un autre point plus problématique en effet et Matthew grimaça une nouvelle fois. Doucement, il le fit légèrement s'écarter, le regardant avec deux yeux ferme et irréprochable. Parfois, on pouvait voir le sérieux de l'adulte lorsqu'il cuisinait, mais rare étaient les fois où il empruntait cet air mature pour tirer les oreilles des vauriens du quartier. Sa main s'abattit sur son crâne avec force, mais en faisant attention à ne pas lui faire mal et tandis que le geste fut brusque, son sourire revint à la charge, plus radieux que jamais.

- Allons mon ptit gars, si tu as des ennuis, je peux bien te loger !


Le cuisinier se refit plus ferme, haussant un sourcil en le fixant droit dans les yeux. Il gardait cet éternel sympathie dans son regard, mais il s'était orné d'un tons légèrement fendu par le reproche.

- Mais que ça ne soit pas une habitude, c'est clair ? Même si tu n'aime pas ça, tu dois finir tes études avant de faire ce que tu désire.

Matthew prit soren dans ses bras en se relevant, allant le déposer sur une autre chaise avant de se tourner pour aller récupérer celle qui jonché, inconscience sur le parquet. Il la tourna du mauvais côté en direction du garçon aux cheveux blanc, le dossier face à lui. Il prit plaque en écartant les jambes, de chaque côté du dossier en posant ses coudes dessus pour s'y tenir, s'affalant presque sur ses propres bras. Ses yeux se firent de nouveau plus doux, ainsi que compréhensif et avec amusement, il émit un léger claquement de la langue sur le palet.

- Moi aussi je n'aimais pas les cours et je séchais... Mais c'est parce que je me suis accroché que j'ai pu devenir ce que je rêvais. Même si tu n'as pas forcément encore idée de ce que tu compte faire dans l'avenir, ne te ferme pas des portes à ton âge.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Lun 10 Fév - 23:01

A nouveau il sentit le corps de son bienfaiteur s'éloigner du sien et il fit une petite moue, déçu. Mais il ne protesta pas, se laissant faire comme il le faisait depuis tout à l'heure, il posa un regard interrogatif sur le visage de l'homme. Qui avait-il encore ? Il avait fait quelque chose de mal ? Il retint un sursaut en sentant la grande main de Matthew se poser sur sa tête. Soren savait qu'il n'allait pas lui faire de mal mais, une main de cette taille c'était toujours surprenant... Il affichait un large sourire néanmoins.

"Allons mon ptit gars, si tu as des ennuis, je peux bien te loger !"

Le jeune homme écarquilla les yeux. Cet homme était vraiment bon... C'était tellement rare... Et le jeune garçon se retenait de bondir sur place, tant il était heureux de la gratitude de l'homme, mais également à la perspective de pouvoir passer la nuit au chaud tout compte fait. Mais dans son regard, Soren sentit quelque chose qui lui fit perdre un peu de sa joie. Il n'eut pas tord de ressentir cette soudaine baisse de joie au vue des paroles qui suivirent... Finir ses études ? Et pour faire quoi...? Comme s'il avait un avenir... Il s'empêcha de justesse de feuler, il ne voulait pas faire mauvaise figure... Il se laisse une nouvelle fois guider, jusqu'à la chaise sans protester. Il restait là, sur la chaise, droit comme un I. Il le regarda s'installer face à lui, il semblait bien content... Il lui raconta sa petite histoire... Une jolie histoire pour lui faire la morale... Cette fois-ci, il ne pu se contenir, un grondement sourd se fit entendre, naissant dans le base de sa gorge. Soren n'aimait pas ça... Les cours et lui... C'était pas une grande histoire d'amour... Les oreilles plaquées à l’extrême vers l'arrière il détourna le regard, ses crocs de chat bien affichés à la vue de son interlocuteur.

"ce n'est pas que je les aime pas... Je les hais... Autant que ceux qui les donnent... Ceux qui passent leur temps à hurler et donner des ordres.... Tchhh... Je ne suis rien d'autre pour eux qu'un incapable et ça ne changera jamais... L'école n'est pas faite pour moi... C'est comme ça..."

Il soupira... Il avait prit un ton agressif... Il s'en rendait compte maintenant... Il s'en voulait un peu... L'homme ne voulait pas être méchant, il disait cela pour lui... Mais voilà, le sujet de l'école était toujours un sujet fâcheux avec Soren... Il baissa la tête et ses oreilles pivotèrent, passant dans une position plus calme et triste. Il n'aurait peut être pas du parler sur ce ton là...

"Désolé... Je me suis laissé emporter... Le système m'a toujours rejeté... C'est comme ça... Je fais avec, je vis avec..."

Le jeune homme se redressa et se détourna du cuisinier, son regard se tourna vers la fenêtre qui laissait apercevoir un écran aussi noir que de l'encre et pourtant tacheté de petites étoiles scintillantes. Il resta un moment sans bouger, fixant cette multitude de points lumineux avant de tourner la tête vers l'homme, son regard félin reflétant les milles feux du ciel. Finalement il prit la parole et se remit à sourire faiblement.

"Je vous suis reconnaissant... Vous ne me connaissez pas et pourtant vous êtes si gentil..."
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Mar 11 Mar - 18:10

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Le jeune garçon redevint un petit chaton abandonné. Son apparence ne changea pas, mais son grondement rappelait au cuisinier celui d'un chat qui chassait de son territoire un rival. Il se demanda les premières secondes, ce qu'il avait pu faire pour mériter un tel acte de colère, mais il ne l'interrompit pas, ne le chassa pas. S'il devait gronder, il le ferait, il pourrait se soulager dans ce restaurant tant qu'il ne dégradait pas le matériel.

"ce n'est pas que je les aime pas... Je les hais... Autant que ceux qui les donnent... Ceux qui passent leur temps à hurler et donner des ordres.... Tchhh... Je ne suis rien d'autre pour eux qu'un incapable et ça ne changera jamais... L'école n'est pas faite pour moi... C'est comme ça..."

Matthew comprit soudain sa colère, il ne lui en voulait pas mais avant qu'il ne puisse le rassurer d'une main bienveillante, il baissa la tête ainsi que les oreilles. L'adulte retint un hoquet d'attendrissement, se retenant une nouvelle fois de l'écraser contre son torse. Il semblait si fragile, son étreinte aurait pu lui briser chaque os, du moins, c'est ce qu'il semblait.

"Désolé... Je me suis laissé emporter... Le système m'a toujours rejeté... C'est comme ça... Je fais avec, je vis avec..."

Cette fois-ci, ce ne fut pas de l'attendrissement qui se lisait sur les traits du chef cuisinier, mais bien de la tristesse. Il pouvait imaginer sans mal ces hommes, rejetant le garçon qui se serait transformé par mégarde. Lui même avait été surprit et paniqué, mais il restait une personne compréhensible et qui acceptait la différence, aussi étrange soit-elle. L'adolescent n'avait commit aucun crime à sa connaissance, le rejeter pour son don aurait été... Un acte impardonnable à ses yeux. Son seul pêché aurait été de venir au monde et pour Matthew, n'importe qui avait le droit à la vie. Soren se releva et l'évita. Le cuisinier faillit l'attirer à lui, de crainte de le voir s'enfuir pour retrouver une solitude qu'il ne devait que trop bien connaitre. Il n'en fit rien. Il s'arrêta devant la fenêtre, devant la fraicheur nocturne qui tentait vainement de s'engouffrer dans le restaurant chauffé. L'ébène de la nuit était parsemé de quelques étoiles, cachées derrière d'épais nuages qui défilés, les laissant parfois être entraperçu. Lorsque les yeux or du félin se posèrent une nouvelle fois du l'homme, il crut pendant un instant que les étoiles de reflétaient encore dans ses prunelles.

"Je vous suis reconnaissant... Vous ne me connaissez pas et pourtant vous êtes si gentil..."

L'adulte se mit en marche, s'avançant lentement vers ce garçon. Sa main se leva, rentrant en contact avec la peau du fragile cou d'ivoire qui s'offrait à lui. Un tendre sourire d'affection étirait ses lèvres. Son visage était durci par ses traits viril et masculin. En le voyant dans la rue, n'importe qui aurait pu s'imaginer qu'il s'agissait d'un ours peu habitué à la vie en communauté, la vérité était tout autre. Matthew était un homme qui pouvait pendant des heures entière jouer avec un chiot turbulent, ou encore, caressait la tête d'un chaton jusqu'à ce qu'il s'endorme en sécurité sur ses genoux. Son amour pour les animaux ne s'arrêtaient pas qu'à eux, mais aussi pour les hommes. L'adolescent ne faisait pas exception à la règle malgré sa transformation pour le moins hors du commun. Ses doigts glissèrent dans ses cheveux pour lui caresser une nouvelle fois la tête et enfin, il le relâcha pour faire quelques pas sur le côté. S'adossant contre le mur, il tourna la tête vers lui. Il pouvait comprendre sa rancœur envers la scolarité, mais jamais il ne pourrait l'encourager dans cette phase de rébellion. S'il perdait les cours, qu'est-ce qui lui resterait ?

- Je ne suis pas ton père, ce n'est pas à moi de te dire quoi faire... Mais je pense que ce n'est pas bien de sécher.

Il se tut après ces mots. Il s'empêcha de justesse de sortir une cigarette et de se la fumer, ne voulant pas embaumer les lieux de l'odeur assaillante de la nicotine. Il reprit quelques minutes après.

- Et puis, ce serait dommage de gâcher son avenir pour des cons. Tu ne les reverras plus jamais après, ni même ce système de scolarité, alors il serait idiot que ce soit eux qui gagne.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Jeu 13 Mar - 23:36

Le jeune homme ne put s'empêcher de sursauter lorsqu'il sentit la grande main de l'homme se poser dans son cou... Il leva le regard vers lui, silencieux et attendant qu'il réponde. Une légère teinte rouge s'étala sur les joues de Soren face au sourire de Matthew, il semblait sincère... Comme s'il l'appréciait... Le chaton n'avait vraiment pas l'habitude... De se sentir... Apprécier... Réellement en tout cas... Certains faisaient semblant de l'aimer... Le temps d'une nuit puis, il disparaissait au petit matin, sans un mot, un regard ou un geste... Et il faisait comme si cela ne l'affectait pas mais au fond, même sans attendre un truc sérieux, il lui semblait que ces hommes n'avaient aucune considération pour lui... Et les filles... N'en parlons pas... Elles le trouvaient trop "bizarre" pour être leur ami... Elles étaient souvent méchantes avec lui et il leur rendait bien... Soren n'avait jamais eut sa langue dans sa poche et quand il s'agissait de blesser quelqu'un pour se défendre, il n'hésitait pas à mordre et cracher son venin. Le mouvement des doigts du cuisinier, arracha un long frisson au garçon... C'était vraiment agréable... Il ferma les yeux alors qu'un long ronronnement se faisait peu à peu entendre... Il ne voulait pas que cela s'arrête... Il n'était pas un chat pour rien quand même... Les calins c'étaient ce qui pouvait rendre n'importe quel chat normalement constitué, complètement fou et amadoué.

Il cligna des yeux lorsqu'il sentit cette main réconfortante quitter sa tête, il retint un miaulement déçu et en désaccord. Mais il resta silencieux, attendant qu'il reprenne la parole... Ses sermons... C'était reparti... Il détourna le regard en grimaçant, le laissant parler, sans grogner cette fois-ci. Il avait sans doute raison quand il disait que gâcher son avenir pour des cons c'était dommage mais... Il ne comprenait pas... Soren ne savait rien faire, il savait à peine lire correctement... Il n'arrivait pas à rester calme longtemps, il était susceptible et surtout... Il avait un problème avec ses transformations... C'était le plus délicat... Surtout s'il travaillait en contact avec des gens. Il secoua la tête en soupirant longuement... Sans répondre de suite, il haussa les épaules, cherchant ses mots pour que Matthew ne le prenne pour un ado stupide dans sa crise de rébellion. Il fit quelques pas vers l'homme avant de lever le nez vers lui, plantant son regard dans le sien.

"Je sais oui... Mais le problème n'est pas juste les gens... Je n'ai aucune qualité scolaire... Aucun talent particulier qui me permettrait de réussir dans la vie... J'arrive même pas à bien contrôler mon pouvoir... Alors même si j'allais en cours... Je ne pourrais pas m'intégrer dans le système... "

Il leva la main, à peine assez grand pour poser ses doigts sur la joue marquée par le temps et la vie de son bienfaiteur. Il lui accorda un nouveau sourire, doux, vrai... Reconnaissant même. Voir que l'homme semblait vraiment se soucier de son bien être... C'était presque dur à encaisser, douloureux... Et sans qu'il put vraiment se retenir, les larmes glissèrent le long des joues du chaton alors qu'il caressait la peau rugueuse de Matthew.

"Merci... Je... Vous... Vous êtes trop bon... Je n'ai pas l'habitude..."


Abaissant son bras engourdit, il enlaça la montagne de muscle, sans que ses mains puissent se rejoindre et il enfoui son visage contre le torse de celui-ci, tâchant son haut de ses perles salines.
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Ven 14 Mar - 13:25

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Le petit chat se rapprocha du cuisinier. Ses pas étaient silencieux et délicat, le rendant plus fragile qu'il ne l'était déjà. Dans le vaste hall du restaurant, ses pas faisaient à peine du bruit, si peu qu'ils ne se percutèrent pas même sur les murs. Ses yeux couleur or se plantèrent dans ceux de l'adulte, maintenant qu'il le regardait de plus près, il se rendait enfin compte qu'ils étaient quasi identique à ceux d'un chat.

" Je sais oui... Mais le problème n'est pas juste les gens... Je n'ai aucune qualité scolaire... Aucun talent particulier qui me permettrait de réussir dans la vie... J'arrive même pas à bien contrôler mon pouvoir... Alors même si j'allais en cours... Je ne pourrais pas m'intégrer dans le système... "

L'adulte se senti peiné par cette déclaration. Il n'avait pas pensé ainsi, mais l'adolescent avait raison. Que ferait-il si un beau jour, au milieu d'une foule composé d'une trentaine de personnes, il venait à se transformer devant eux ? Que deviendrait-il ? Matthew ne voulut pas y penser et il effaça toutes les hypothèses qui s'offraient à son esprit dans le but de l'atteindre. Les doigts délicat du jeune garçon à la peau de porcelaine vint caresser la balafre du cuisinier qui en resta abasourdi. Après tout, c'était un animal, c'était donc normal pour lui de toucher ainsi les gens... Mais il n'en avait plus vraiment l'habitude, les gens ne s'approchaient pas vraiment de lui, et encore moins pour le toucher. Parfois, un de ses partenaires d'un soir allait l'étreindre, mais ça s'arrêterait là, le lendemain il n'y aurait plus aucune douceur entre eux et ils redeviendraient de parfait inconnu. Il ne voulait pas vraiment ne plus jamais revoir ce jeune garçon, dont les traits doux et sincère se fondit parmi quelques larmes.

" Merci... Je... Vous... Vous êtes trop bon... Je n'ai pas l'habitude... "

Les bras de l'adolescent ressemblaient à deux petites branches d'arbre fruitier, il se dégageait de lui une odeur apaisante et son aura de félidé ne pouvait que plus combler encore le titan. Matthew sentit ces bras de jeune garçon entourer son torse sans jamais se rejoindre. Il aurait aimé être plus petit, plus mince, moins costaud. Ainsi, il se lierait plus facilement d'amitié avec les gens, on ne le craindrait pas et plus encore, il pourrait profiter pleinement de l'étreinte que lui offrait l'élève. À son tour, il prit ce garçon aux cheveux pâle dans ses bras. Il s'appuya légèrement contre le mur en gardant le bas du dos décollé pour ne pas écraser ses mains sur la surface dur. L'une de ses mains se déposa lentement et affectueusement au creux de ses reins. Ce geste n'avait rien de sexuel, c'était un simple acte réconfortant. Son autre main se cala entre les omoplates du chat-garou avant de remonter dans une caresse dans ses cheveux. Ses doigts touchèrent le crâne fragile de son interlocuteur, appuyant doucement sur le derrière de sa tête pour le blottir contre ses muscles. D'une voix protectrice, Matthew s'engagea dans la conversation, un doux sourire fleurissant aux lèvres. Ce sourire s'entendait même dans sa voix.

- Je ne te connais pas petit, mais si mon restaurant peut devenir un repaire dans lequel tu pourrais te sentir bien, je t'invite à venir ici quand tu veux.

N'importe qui aurait pu croire qu'ils se connaissaient depuis des années, peut-être même que, dans le passé, le cuisinier avait été l'idole du chat. Il n'en était rien. Il se connaissait depuis une petite heure tout au plus, ne s'étaient jamais croisés avant ou alors, ne s'étaient jamais remarqué. Ils ne s'étaient découvert aucune affinité spécifique et ils n'avaient aucune personne de leur entourage qui aurait pu être en commun. En bref, ils étaient deux parfait inconnu mais le cœur tendre de la bête gardait dans ses bras le chaton blanc. Sur un ton de plaisanterie -car oui, bien que Matthew été gentil et compréhensif, les ambiances tendu ne lui plaisait guère- il caressa ses cheveux albinos.

- Viens te blottir contre Montagne de Muscle quant tu veux, mais évite de dévaliser le chambre froide.

Il ferma les yeux, levant la tête pour la rejeter contre le mur en regardant le plafond. Matthew aurait bien aimé avoir un petit frère.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Ven 14 Mar - 16:57

Comment expliquer le sentiment qui avait à ce moment là, investit le corps et l'esprit du jeune homme ? Il était tout simplement.... Au paradis ! Pourquoi tout le monde n'était pas gentil comme lui ? Cela l'aurait peut être rendu moins farouche et agressif... Mais là, pour le moment... Il était au comble de la joie et redevenu complètement doux et docile. Il avait beau jouer au chat sauvage, rien ne pouvait plus le calmer que des caresses et de la tendresse... Pour apprécier et s'occuper du chaton, il fallait faire preuve d'une grande patience... L'homme était sans doute patient... Quelques instants auparavant, Soren avait montré les dents contre l'homme qui lui avait tendu la main et pourtant celui-ci ne s'était pas énervé... Une autre personne l'aurait surement dégagé à coups de pieds au fesses.

Mais pour l'heure il était calé dans les bras puissants de son bienfaiteur, calme, heureux, il se laissait aller complètement... Ronronnant avec force alors que sa petite queue féline s'agitait dans tous les sens. Ah... Et en plus il lui disait qu'il pouvait venir quand il voulait... Il allait devoir prendre sur lui pour ne pas être tout les jours fourré ici. En plus il faisait chaud dans les cuisines... Ses doigts caressaient assez timidement le dos avec une certaine timidité. Il fut parcouru par un long frisson et il leva le regard vers lui avant qu'il ne reprenne la parole. Sa remarque le fit sourire et même rire en fait, secouant son corps de petits spasmes.

"Promis... Et avec plaisir... "


Le seul hic, c'était la taille de l'homme... Il était vraiment, beaucoup plus grand que le petit chaton qu'il était... Il fit la moue, en plus il avait levé la tête maintenant. Il retint un soupire et remonta ses mains sur les épaules de Matthew. Il du prendre un peu d'élan pour prendre de la hauteur et pouvoir coller un baiser sur sa joue droite. A nouveau les pieds par terre il s'écarta un peu, les bras croisés dans le dos. Il regardait son bienfaiteur avec un large sourire.

"Merci... Vous savez... Vous allez surement regretter d'avoir prononcer ces mots... Vous en aurez vite marre et vous me mettrez rapidement à la porte..."


Il haussa les épaules en esquissant un nouveau sourire, un peu plus nerveux et teinté d'une petite peur. Il valait mieux ne pas trop espérer... N'est ce pas ? Il était un emmerdeur, il le savait très bien... Un bouffeur de patience...
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Lun 17 Mar - 12:11

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Le corps de l'adolescent sembla frisonner dans ses bras, lui rappelant étrangement les ronronnements d'un chat.

" Promis... Et avec plaisir... "

Matthew lui sourit, appréciant cet adolescent rejeté par la société actuel. L'homme était étrange, au lieu de jeter ce monstre à la rue, il avait continué à le garder avec lui, à prendre soin de lui et il venait même lui offrir un repaire ! L'homme ne se sentait pas menacé face à cette petite pair de bras, mais plus encore, il était persuadé qu'en rejetant une personne différente, c'était en faisant ça qu'il deviendrait une personne malsaine et dérangé. Soren se mit sur la pointe des pieds, cherchant vaguement à atteindre le visage du cuisinier qui ne put que trouver cette scène amusante et adorable. Tandis qu'il s'apprêtait à se pencher pour le laisser l'attraper, le jeune homme se hissa tant bien que mal et réussit à poser un baiser chaste sur sa joue barbare et piquante.

" Merci... Vous savez... Vous allez surement regretter d'avoir prononcer ces mots... Vous en aurez vite marre et vous me mettrez rapidement à la porte... "

Matthew lui répondit d'un haussement d'épaule, exactement comme ce que venait de faire le lycéen. Il ne se lasserait pas d'un tempérament, même lorsqu'on râlait sur son compte à longueur de journée, il lui fallait des mois et des mois avant de témoigner du mécontentement. Et quant bien même quelque chose l'agaçait, il était trop feignant pour chercher un moyen de s'en débarrasser.

- Ça tu sais...

Il l'attrapa sous le bras, entourant ses épaules de son bras musclé et ferme et lui coinça la tête contre le torse. Un sourire joyeux orné ses lèvres masculine, révélant une dentition droite et blanche. Il y avait au moins une chose dont il pourrait être fier. Il ébouriffa les cheveux du chaton, reprenant d'une voix forte.

- C'est toi qui va regretter d'être venu à moi !

Il le relâcha, puis pointa du pouce le plafond. Au dessus du restaurant, il y avait une petite chambre ainsi qu'une salle de bain, c'était un endroit discret et reposant dans lequel il se reposait parfois lorsqu'il était trop fatigué.

- Il y a un lit en haut si tu veux, donc si tu as des problèmes pour savoir où passer la nuit, soit tu viens grappiller la petite chambre, soit tu viens gratter dans ma demeure.

En réalité, Matthew espérait qu'il irait dans cette chambre, et non pas chez lui. Il n'avait pas envie que Soren prenne peur en voyant la crasse dans laquelle il vivait. Ce n'était pas si sale... Ça sentait juste le renfermé. Sa chambre était rempli de vêtement sale, son lavabo de vaisselle qu'il n'avait pas envie de laver. Quant à son salon, la poussière s'y était accumulé si bien que, n'ayant aucune allergie, il réussissait à éternuer toutes les trente minutes sans se douter de la raison. Des livres jonchés tristement sur le sol et des araignées avaient élu domicile dans les coins des pièces. En bref, ce n'était pas un lieu qu'il voulait lui présenter.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Lun 17 Mar - 14:58

Soren se sentait si bien... Il avait envie de se rouler partout par terre... Quelqu'un qui lui tendait les bras comme ça... Il leva le nez vers lui, lui renvoyant son sourire.. D'ailleurs il commençait à avoir mal à force de sourire ainsi... Il souriait très peu en temps normal, ou du moins pas comme ça... Et là depuis tout à l'heure, son visage était figé avec cette expression. Il émit un petit grondement en se tenant les cheveux alors qu'il lui ébouriffait les cheveux... Bon, il n'était pas spécialement coiffé mais c'était pas cool de le faire ressembler à un épouvantail... Regretter de l'avoir connu ? Aucune chance... Il avait l'air si gentil et généreux... Et tant qu'on s'occupait de lui... Soren avait tendance à se montrer toujours reconnaissant... Bon après il ne fallait pas non plus l'étouffer...

Reculant lorsqu'il le relâcha, il suivit du regard la main de l'homme avant de le poser sur le plafond, intrigué... Pourquoi lui montrait-il le plafond ? Il y avait une tâche ? Un message ? Une image ? Il plissa les yeux, cherchant à découvrir ce qu'il devait voir. Il cligna des yeux lorsqu'il entendit ce que l'homme lui disait... Rester ici ? Tout seul...? Il était puni ? Il avait fait quelque chose de mal ? A nouveau ses oreilles tombèrent sur les côtés, alors que ses pupilles s'élargissaient, lui offrant un regard digne de celui du chat poté. Il n'avait pas envie de dormir dans une petite chambre comme un malheureux qu'on voudrait cacher... Il secoua un peu la tête, reculant un peu plus.

"J'ai pas envie de dormir tout seul... Dans une chambre... Caché comme si j'étais un mauvais secret ! Vous m'avez dis que je pouvais venir chez vous... Pour ce soir au moins... "


Sa queue fouettait l'air alors qu'il affichait une mine boudeuse et pleine de reproche... Pourquoi devait-il rester seul dans cette pièce ? En plus... Il était curieux... Il voulait découvrir le monde de l'homme qui était si bon avec lui...

"Est ce...que j'ai fais quelque chose de mal ? Je veux rester avec vous..."


Il se mit à triturer son haut nerveusement, alors qu'il lui lançait un nouveau regarde de chat battu pour l'apitoyer. Il se glissa à nouveau vers lui, avant de prendre un peu d'élan pour sauter sur lui, ses bras et ses jambes s'enroulant autour du corps imposant de l'homme. Là il posa son menton sur son épaule, s'accrochant tant bien que mal à Matthew... Il avait beau demandé, il était déterminé à le suivre, à ne pas le lâcher et l'accompagner chez lui... Il voulait le connaître mieux et trouver le moyen de lui rendre toute cette gentillesse... Il vint frotter son nez contre son oreille et sa joue, ronronnant avec plus de force avant de murmurer avec une douceur suppliante... Au moins, il savait faire pitié... Ca lui avait rendu service par moment... Et il espérait bien que cela fonctionne une fois encore... Ses doigts jouèrent avec les cheveux de l'homme, affectueusement.

"Me laissez pas ici tout seul... "
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Mar 18 Mar - 11:07

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
Les oreilles du jeune garçon se baissèrent, tombant en arrière comme deux malheureuses privées du bonheur qu’on leur avait promis. Ses pupilles d’un noir d’encre commencèrent à s’élargir et Matthew en resta figé. Il n’aurait pas vraiment sut dire si la raison était de voir qu’un humain était capable d’un tel exploit et que la chose restait… Etrange, ou si au contraire, c’était pour mieux se retenir de le serrer contre lui, séduit par son air triste de chaton à la rue. Il s’en empêcha, se retint de craquer devant cette gueule d’ange qui essayait d’être le plus fort et d’emporter la victoire. Mais quelle victoire exactement ?

"J'ai pas envie de dormir tout seul... Dans une chambre... Caché comme si j'étais un mauvais secret ! Vous m'avez dis que je pouvais venir chez vous... Pour ce soir au moins... "

Le cuisinier n’avait pas vraiment voulu dire ça, il lui avait simplement offert un toit qui lui serait ouvert. Mais pas seulement pour cette nuit. Il prit en pitié la pauvre petite bête cependant, pensant de lui qu’il n’était qu’un monstre pour avoir insinué qu’il était puni. Bien au contraire, il ne l’était pas ! Matthew eu envie de le serrer contre lui en s’excusant, mais la moue peinée vira au boudage gratuit et encore une fois… Ca n’agaça pas l’habitude, ça ne lui donna que plus envie encore de lui tirer les joues en couvrant son visage de baisers.

"Est ce...que j'ai fais quelque chose de mal ? Je veux rester avec vous..."

Si en apparence Matthew semblait calme, il n’était plus qu’une petite étoile filante dans son univers qui se percutait sur chaque petite planète du système solaire. Sa course s’acheva dans les flammes du soleil lorsque Soren -ce petit fourbe- lui refit les yeux de chat poté. Il n’était pas stupide, il savait que cette méthode était voulu pour l’amadouer, mais il ne marchait pas, il courrait, les bras écartés vers l’adorable chaton au pelage blanc et aux jaune. Le jeune homme le prit au dépourvu en l’attaquant en premier, lui sautant dessus pour s’agripper à lui. L’homme n’eu aucun mal à le soutenir, le trouvant même plus léger que bien d’autres adolescents. Il soupira en souriant, caressant sa tête en passant un bras sous lui pour éviter qu’il ne tombe… Puis vint ce moment où le diablotin frotta son petit nez rose contre l’oreille du cuisinier. Ce dernier sursauta par reflexe, essayant tant bien que mal de retirer cette partie de sa tête au jeune garçon. Matthew était un peu comme cet handicapé dans intouchable… Sauf que lui, à son contraire, pouvait se satisfaire autrement, il restait cependant craintif au niveau du cuir chevelure, de la nuque et des oreilles. Stupides endroits se disait-il intérieurement.

"Me laissez pas ici tout seul... "

Matthew rougit en sentant sa respiration, puis toussota pour faire passer la gêne de la situation. Ce n’était qu’un gamin… Un chat sans défense, qui venait lui demander son aide, il n’y avait pas de quoi s’exciter tout seul. Il était adulte, et un homme, mais le cuisinier refusait de tomber aussi bas alors qu’il avait besoin de soutien. Il soupira une nouvelle fois, posant une main sous ses fesses -sans aucune arrière pensée évidemment- et passa son bras autour de sa taille. Il embrassa sa joue gentiment, comme il aurait pu réconforter un enfant pleurnichant après s’être fait mal. Son sourire dévoilant sa dentition se reforma dès qu’il cessa d’embrasser sa joue.

- Je dormirais avec toi ce soir si c’est ce que tu veux, ne t’inquiète pas. Il grimaça, mais je ne suis pas sur que ma maison soit très adapté pour recevoir quelqu’un… Je ne vis pas dans un milieu très saint.

Au moins, l’adulte l’admettait. Ce n’était pas propre et si même lui y toussé, qu’est-ce qui attendait le jeune homme à l’odorat encore plus fin que le sien ? Il ne le reposa pas, mais se mit en marche, faisant attention à ne pas tomber avec lui pour retourner en cuisine. Là, il jeta un dernier coup d’œil aux lieux puis prit la poêle qui avait servi à lui préparer à manger. Il l’a mit dans levier avant de reporter son attention sur l’adolescent.

- Je te disais juste que si tu cherchais un refuge un jour, tu pourrais monter en haut, j’y vais rarement et mes employés se ficheront de qui y loge du moment que tu ne leur cause pas des problèmes.

Sa large paume caressa son dos, le regardant avec bienveillance. Chacun de ses gestes étaient doux et délicat malgré sa forte carrure, prenant soin du garçon qu’il tenait dans ses bras. Avec un sourire amusé, il reprit finalement.

- Par contre il va falloir descendre, il faut que je nettoie ça avant de partir.

Il désigna la vaisselle sale dans levier. Matthew passa outre le fait que ramener un si jeune garçon chez lui, lui causerait encore une fois des problèmes avec ses voisins qui n’attendaient que le moment de pouvoir l’expulser de son appartement. Ils crieraient à la pédophilie s’ils le voyaient, pire même, ils iraient voir ce jeune garçon, tentant vainement de lui faire avouer qu’il se prostituait pour survivre. Ils essaieraient par tous les moyens de foutre Soren dans la merde, en pensant bien faire. C’était ainsi qu’était la bêtise humaine.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Soren Wild
Club de Gymnastique
Club de Gymnastique
avatar

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/10/2013

Carte d'étudiant
Age::
Pouvoir:
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Mar 18 Mar - 17:04

Blottit contre l'homme, Soren souriait à nouveau, les oreilles fièrement dressées... Il savait que personne ne pouvait résister devant la frimousse d'un petit chat. Il se laissa porter et transporter comme s'il n'était qu'une petite peluche docile et douce. Il avait gagné... L'homme le garderait avec lui pour la nuit. Un bras autour de ses épaules il affichait un large sourire, écoutant ce que Matthew lui disait. Pourquoi ne pouvait-il pas recevoir des gens chez lui ? Etait-ce parce qu'il avait une toute petite maison ? Soren s'en fichait... Tant qu'il y avait un matelas et un frigo... Il se gratta pensivement la tête, se demandant maintenant ce que signifiait un milieu pas très sain... Il haussa les épaules, son petit cerveau n'étant surement pas assez performant pour comprendre les propos de son bienfaiteur. Il ferma les yeux, partant quelques peu dans ses pensées, le baiser du cuisinier lui arracha un petit sourire, plus fin et détaché. Les paroles qui suivirent glissèrent sur son esprit comme de l'eau, sa petite bulle encore trop bien formée pour qu'il percute mais... Finalement, se répétant ce que l'homme venait de lui dire, il rouvrit les yeux, le regardant avec curiosité... Il l'autorisait même à venir ici en son absence...? C'était vraiment gentil et généreux de sa part... Il se redressa un peu pour plaquer à son tour ses lèvres contre sa joue.

"Merci..."


Il descendit de ses bras quand il le lui demanda et l'observa en souriant avant de prendre de lui même l'éponge et la poêle. C'est lui qui avait mangé non ? Il voulait être gentil lui aussi... Même s'il n'aimait pas plus que cela tremper ses petite pa-patte dans l'eau et le produit vaisselle. Il fit couler l'eau, sans vraiment réussir à doser la puissance de l'eau. Pas très convaincu par lui-même il se mit à frotter le carré vert de l'éponge contre le fond de la poêle, le gras s'étalant plus qu'autre chose sur ses petits doigts. Il grogna, s'énervant un peu contre la poêle et l'évier

"C'est collant et chiant ! Ca veut pas partir..."

La scène était sans aucun doute risible pour l'homme alors qu'il avait voulu lui faire plaisir... Le chaton se sentait ridicule et la honte lui monta aux joues, les teintant d'un rouge pivoine. Il fronça les sourcils, s'acharnant sur le pauvre ustensile qu'il n'avait surement rien demandé...
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Spears
Chef cuisinier
Chef cuisinier
avatar

Messages : 21
Réputation : 0
Date d'inscription : 08/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: 46 ans
Pouvoir: Contrôle des odeurs
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   Mer 19 Mar - 11:03

“ Mais, que vois-je ? „
« Matthews Spears & Soren Wild »
L’adolescent descendit comme il le lui avait demandé, docile. Au lieu de retourner à la réception le temps que son bienfaiteur achève son travail, ce dernier s’installa devant l’évier pour commencer à nettoyer la poêle de ses petites mains blanche. Matthew sourit, amusé de le voir ainsi se démener pour l’aider. Il aurait très bien pu s’en occuper lui-même, mais de crainte de le froisser en refusant son aide, il le laissa faire, le regardant seulement d’une courte distance. Hélas, plus Soren gratté, plus la graisse s’incrustait sur la poêle froide. Les yeux jaunes du félin lançaient des éclair à l’objet qui refusait de se plier à sa volonté.

"C'est collant et chiant ! Ça veut pas partir..."

L’adulte se plaça derrière lui, collant son torse contre son dos en l’entourant de ses bras. Ce ne fut pas un câlin qu’il lui offrit, mais de l’aide. Tout d’abord, il changea l’eau pour qu’elle soit plus chaude, presque brûlante et il le prévint du changement de température. Il avait l’habitude de travailler dans la chaleur et la sueur, quelques brûlures ne l’affectait plus réellement. Lorsqu’il était devenu cuisinier, il avait parfois gardé des blessures d’huile projeté par les flammes des plaques sur ses avant bras. Rouge et brûlé, il avait passé des semaines à se mettre une crème sur sa peau meurtri en grimaçant à chaque fois qu’il devait passer les mains sous l’eau chaude. Lorsqu’il avait commencé ce métier, la plonge lui avait procuré des cloques sur les doigts, il ne pouvait plus même fermer les mains après ça. Il ne se moqua donc pas de ce gentil garçon qui tentait vainement de lui prêter main forte.

- Il faut que l’eau soit plus chaude ou ça ne partira pas, ça prend du temps pour le nettoyer, met y de la force.

Posant une main sur la sienne sans la lui écraser pour autant, il l’aida à gratter et plusieurs minutes plus tard, alors que l’eau chaude lui hérissé chaque cheveux sur la nuque –il adorait sentir l’eau chaude contre sa peau-, il poussa un soupir de soulagement. Il n’avait pas essayé d’y aller trop fort pour ne pas blesser son protégé, il avait fait attention par ailleurs à garder l’eau à une température ambiante pour ne pas le brûler et lui laisser quelques vilaines marques. Il se lava les mains puis prit un torchon pour se les essuyer, le lui tendant pour qu’il se sèche à son tour. Le cuisinier reprit l’éponge, donnant un petit coup de propre sur les plaques fraîchement utilisées. Lorsqu’il reparti à la réception, il ne regarda pas le jeune félin, sachant pertinemment qu’il ne ferait aucune bêtise. Il remonta les chaises sur les tables, souriant toujours avec cet air doux de chien aimant. Matthew choyait ce restaurant comme son plus précieux enfant, il aurait pu pleurer si une des vitres se faisait briser par des voyous, et serait capable de lui offrir une pierre tombal si un incendie se déclarait dans le bâtiment. Lorsque des tempêtes commençaient à le faire redouter qu’au lendemain, le lieu soit dévasté, il restait dormir à l’étage pour soutenir moralement les murs en béton. Qui aurait pu lui en vouloir… Il était certain que ce n’était pas avec un Bac S qu’on devient cuisinier. Il regarde les tables, jetant un dernier coup d’œil pour être certain que le lendemain, tout serait toujours en ordre et nickel, puis il revint auprès de l’adolescent en souriant.

- Nous avons fini, tu as besoin de quelque chose avant que nous rentrions ?

Matthew parlait comme s’ils se connaissaient, comme si le garçon connaissait déjà la maison et les environs. Ce n’était pas le cas mais l’adulte avait tendance à se familiariser rapidement avec les gens, reproche qu’on lui faisait souvent par ailleurs.

C O D A G E P A R G A K I. S U R E P I C O D E
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mais, que vois-je ? (PV Soren Wild)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens mais qui vois-je? Une de mes "proies" préférées? En avant! [PV Noah B.Polk]
» lux ▬ J’vois l’intérêt de caresser une joue, j’vois l’intérêt d’bouger les cailloux mais j’vois pas l’intérêt de tuer quelqu’un.
» Oh mais que vois-je ?
» Mon cœur bat pour toi, mais tu ne le vois pas...
» Je ne te vois pas, mais je connais tous tes mouvements...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Rose  :: ~ La ville et ses alentours~ :: Les restaurants :: Restaurant Français(Matthew Spears)-
Sauter vers: