Entrez dans un pensionnat un peu fou ou se côtoient des humains aux pouvoirs étranges... Hentai / Yaoi / Yuri accepté.
 

Partagez | 
 

 Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyle Wylde
Hôte
Hôte
avatar

Messages : 14
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 24

Carte d'étudiant
Age:: 22 ans.
Pouvoir: Transformation en Loup.
Titre: Aucun

MessageSujet: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Mar 29 Oct - 15:12



Wylde Kyle

Carte d'identité


Nom : Wylde.

Prénom(s) : Kyle.

Âge : 22 ans.

Anniversaire : 13 Septembre.

Sexe : Masculin.

Sexualité : Bisexuel.

Nationalité : Canadien.

Emploi : Hôtes au Host Club.

Pouvoir : Transformation en Loup.

Il se transforme en Canis lupus occidentalis qui est plus communément appelé Loup du Canada à cause de la couleur de sa fourrure qui est d'un noir d'encre. Ses iris sont doré, même couleur que chez cette sous-espèce de loup, mais renforcé par son origine humaine. Sa taille est celle d'un loup scandinave, selon les mythologies sur les Managarms, soit environ deux bon mètres du bout de la truffe à l'extrémité de la queue et un mètre au garrot. Au niveau de l'âge pour un loup il aurait déjà dépassé les 6 ans.

- Ses sens sont sur-développé au niveau de l'odorat et de l'ouïe, mais sa vue en est cruellement baissé au point qu'il porte souvent des lunettes. C'est une tare qu'il accepte parfaitement. Son psychisme en est affecté, il est autant loup qu'humain ce qui le rend trop curieux et sauvage comme l'est un loup. Ses instincts sont trop mélangé pour qu'il arrive à en faire la part des choses.

- Sa transformation en est douloureuse ce qui laisse en lui une profonde agressivité sur le moment, laissant ce côté lupin le submerger totalement. Cette partie humaine qui est au fond de son cerveau est profondément enfoui, c'est comme s'il avait une autre identité derrière le masque de ce jeune garçon. Il ne peut pas agir comme bon lui semble, il se plie selon la mémoire qu'il possède sous cette forme. Il peut très bien connaître quelqu'un lorsqu'il est humain, mais une fois loup, il ne la connaît pas, seulement s'il l'a déjà rencontré sous cette forme. Le contraire est totalement possible.

- La communication est impossible par voix oral, mais les mots tels que "Dégage" ou autre qui sont des ordres peuvent se manifester comme un comportement qui le saisira vivement pour l'exprimer, c'est sa seule manière de communiquer sous cette forme.


feat : Vanitas

Physique

Carte d'identité :

► Cheveux : Couleur plumage de corbeau, noir de jais. Ils sont ébouriffés et déstructurés.
► Yeux : Doré, normalement ils sont d'un brun clair qui s'avoisine au orange, mais avec cette combinaison de son pouvoir, ils sont devenus doré comme ceux d'un loup voire un peu plus intense.
► Teint : Une peau très pâle qui ne laisse pas de place à une quelconque rougeur ou un bronzage au soleil.
► Taille : Un peu moins d'un mètre soixante seize.
► Poids : Quatre-vingt neuf kilogramme exactement.
► Style vestimentaire : Assez varié, cela va au style rockeur à celui de jeune adolescent punk. Il n'aime pas mettre des cravate ou costume, ce n'est vraiment pas son truc. Il préfère encore enfiler un bon jeans griffés taille basse, un boxer McQueens avec un t-shirt noir ou blanc et par-dessus une veste en cuir. Tout dépend de son humeur. Il adopte aussi bien les keffieh que les colliers, ou encore les pulls que les sweets.
► Autre détails : Il possède plusieurs tatouages, dont un sous son avant-bras droit, un autre sur son annulaire de la main droite et un dernier sur l'aine gauche. Pourquoi les avoir fait ? Aucune idée, son esprit rebelle ? Il possède quelques piercings aux oreilles, à la langue et sur la peau de son dos, juste au-dessus de son omoplate droit, incrustés dans la chair de ses trapèzes : des billes argentés qui donne envie d'être titillé ? Évitons cela, quelle serait sa réaction ? En plus de tout ça, il a des cicatrices, des marques que lui a laissé un élan et un ours : la trace des griffes sur son flanc et des points un peu éparpillé ici et là sur son torse et dos.

Caractère

Aboie. Fait le beau. Silence.... Silence.... SILENCE ! Des mots trop souvent répété et qui ont finit par faire leur petit bout de chemin, pour résumer un peu tout ça.... C'est comme faire répéter quelque chose à un perroquet, celui-ci se met automatiquement à le faire, devenant presque naturel. À ses vingt ans, il a abandonné cette volonté de vouloir parler pour s'exprimer, il ne fait que penser, du moins, c'est ce qu'il essaie de faire croire, car si l'envie lui en prend, il se laissera aller à certaines conversations. Chaque mot qu'il pense dans sa forme lupine est comme un mouvement, un ordre. Hurler avec force un « Dégage ! » est retranscrit comme un grognement, gueule ouverte, poils hérissés et le regard fou. Chaque mots possèdent leur intonation et leur douceur, tout dépend comment on les utilise. La puissance des mots dira t-on. Dans une volonté, depuis son accident, il a décidé de ne plus communiquer avec les humains, il préfère rester reclus dans son coin. Le silence l'enlaçant de ses doigts, ses bras fragiles.

D'un tempérament explosif, il est ce qu'il est. Toujours à l’affût de la moindre bestiole pour y planter ses crocs, il n'hésite pas à se montrer agressif et arrogant, au point d'en énerver plus d'un. Son caractère fort est la pièce principal de ce qu'il est. Souvent on dit du Loup que ce sont des bêtes craintives, et peureuses et sans aucune once d'agressivité, mais ce serait comme mentir à un enfant. Le Loup n'est pas si inoffensif que ça, il montre les crocs pour ensuite plonger crocs découvert vers la gorge de sa proie. Frach, cette créature n'hésitera pas à égorger la personne en pleine nuit si la haine reste trop longtemps en mémoire. Un animal n'oublie jamais ce qu'on lui a fait subir, c'est pareil pour l'homme. La vengeance est presque innée, si on apprend à la faire grandir.

Pourtant ce ne sont que là, les deux grands caractères de ce garçon, à côté de ça, il est plutôt calme et attentif. Il connaît la loyauté, tout comme la douceur et la compassion, mais cela reste encore un sujet bien difficile à aborder. Trop pour l'obliger à l'être. Il a tendance à se révolter dès qu'on porte la moindre douleur ou colère à son encontre, il est assez difficile à supporter, pourtant ce n'est pas faute pour lui d'essayer de se corriger. Les jeux ? Il aime ça, et sera toujours partant pour engager le thème, il n'est pas aussi sauvage lorsqu'on arrive à l'intéresser. Son sourire arrogant, espiègle lui laisse donner le doute à toutes personnes prêtes à jouer avec lui. Que va t-il faire ? Où va t-il ? Que fait-il ? Bien d'autres questions sans réponse pour le moment, mais au fur et à mesure de l'avancée, on comprend les rouages manquant.

Il aime la viande, tout comme dormir sous un ciel étoilé. L'astrologie peut le passionner un tant soit peu, tout comme la chasse, dont il connaît les rudiments et plus. Sa passion n'est pas réellement de danser, mais il aime bien ne pas rester assis dans un coin. Bouger et s'épuiser est la seule manière pour lui de dormir sans rêver. Sans repenser sans cesse aux accidents dont il a subit. Sa peur du ciel nocturne sans astres et lunes le rend craintif et souvent blessant dans ses gestes, pourtant dans ces moments-là il ressemble à ce petit chiot que Max' avait ramassé, il est en proie à de nombreuses peurs : le noir, celui de mourir et d'autres....
Histoire

Le vent souffle sur l'horizon. Sur cette dune de l'Alaska, un gilet se soulève sous cette force de la nature, les mains dans les poches de ce pantalon bleu nuit, les cheveux ramenés vers l'avant à cause du souffle, il observe cette étendue de conifères. Ce regard ocre ne se détache pas de ces arbres. Il entend derrière lui le bruit des chiens qui aboient, qui soufflent sous l'effort qu'ils fournissent pour tirer le traîneau. Il tourne lentement la tête sur le côté pour les observer arriver, sa lèvre gauche se soulevant dans un rictus dédaigneux qu'il adresse à ces hommes. Le vent se renforce à leur arrivée, laissant au garçon une brume s'échapper d'entre ses lèvres.

- Il doit pas être loin ! Allez ! Fait ton boulot !, hurle une voix éraillée par le froid glacial du grand Nord.

Ils sont grands, costauds et vêtus de vêtement d'hiver bien épais. L'ordre du vieillard est sans appel. Le jeune garçon ne peut le contredire, car ce même vieillard est son père adoptif, les autres les chasseurs qu'il commande. D'un geste souple et vif, le jeune homme retire son gilet et son t-shirt. Le vent mord sa peau qui semble insensible au froid, il jette ses vêtements sur le chasseur qui vient à sa rencontre. Le dernier vêtement retiré, il se convulse en laissant ses os subir cette transformation. Masse noirâtre, billes d'or, dentition de lames acérées. Cette créature tout droit sortie des plus profondes toundra du Canada leur fait face. Ce souffle de brume qu'il crache entre ses crocs, cette taille anormal pour un prédateur de son espèce, il se détourne pour courir dans cette poudreuse. Chacun de ses muscles se mouvent avec une facilité déconcertante, son odorat le guide, ses oreilles écoutent les alentours avec soin. Plusieurs fois il change de trajectoire, plusieurs fois il bondit au-dessus d'un tronc d'arbre, mais jamais il ne lâche sa cible. Une fois par an, il va au Nord de l'Amérique pour travailler avec son grand-père, celui-ci paie plutôt bien, pourquoi n'accepterait-il pas de travailler comme chien de chasse ?

Ses coussinets agrippent l'écorce d'un sapin pour se propulser vers un rocher et surprendre la bête. Il bondit, atterrit face à la créature et grogne, montre les crocs, claque des dents. L'autre se met debout et gronde. Sa fourrure de terre brûlée est bien visible dans toute cette neige, ses ongles acérés, cette tête de bisounours qui n'intimide pas ce grand loup du Nord. Oui, ce garçon possède la faculté de ce transformer en Loup, ceci fait parti de ses gênes, mais en face de lui se trouve un ours brun mal réveillé. La faim réveille même les plus endormi. Le crissement de la neige se rapproche. L'ours l'entend, il se dresse sur ses deux pattes arrières et grogne un peu plus. L'instinct aveugle le noiraud, il fonce tête baissée vers le danger, bondissant rapidement pour planter ses crocs dans la gorge de l'ours. La bataille fait rage, lorsque le traîneau et les chasseurs arrivent, le monstre frappe la montagne noir de sa patte puissante, l’expulsant au loin contre le sol avec violence.

La nuit sombre entoure le loup. Un coup de fusil retentit, puis un autre, avant que le silence l'englobe.

Peu à peu la chaleur l'enveloppe d'une étreinte douce. Un soupire vif et long sort de la gueule du prédateur, sa cage thoracique se soulève pour s'abaisser rapidement. Le souffle se fait régulier, rapide, au rythme des pas. Au rythme des mouvements de ces demi-sang. Un grognement, un claquement de langue, un ordre. Son corps sait qu'il bouge, qu'il est secoué, mais lui-même n'est pas en position de force pour se relever. La neige se crisse sous la charge, elle couine sous les pas de course, mais une chose est sûre, il n'est pas mort. Il le sait car il sent une main ganté de fourrure s'immiscer dans la sienne, caressant son poil rêche et sombre. Ces mêmes doigts qui viennent caresser sa tête avec une tendresse qu'il ne croyait pas retrouver. Sa tête massive se soulève, un coup de langue sur cette chair dépourvu de protection contre le froid avant de retomber lourdement contre la plate-forme qui le soutient.

*
**

Il se rappelle de sa nouvelle vie, il reconnaît la neige de Fort St. John. Le ville où ce grand gaillard l'a trouvé. Cette homme un peu rude n'a pas cherché à comprendre ce qu'il faisait là, dans le froid, il à soulever ce mioche de trois ans tout au plus et la fixer longuement. Son regard doré l'avait intrigué, mais plus encore c'était cette vive réaction que ce jeune garçonnet avait eu. Un bâtard entre les doigts. Cet homme d'une quarantaine d'année fixait en silence ce chiot, ce louveteau qui s'évertuait à vouloir partir, couinant comme un jeune chien qui venait de se faire frapper. Son regard d'un bleu profond calme rapidement cette boule de nerf. Une rencontre peu banal en cet hiver glacial.

- Reste assis sale bâtard !, grogna cette voix à la tonalité bien rude.

Le chiot obéit, se postant devant ses pieds, la tête bien basse, queue entre les jambes. Ce regard d'or qui ne lâchait pas cet homme du Nord. Dans cette cabane en bois, il avait recueilli cette créature bien étrange. Lui, Max Le Cœur Sombre du nom complet de Maximilien Grant venait de prendre en pitié ce jeune bambin. Il se faisait vieux, il se faisait tendre, mais en rien il allait le rester. C'est ainsi que pendant des années, il entraîna ce chien, ce bâtard de la nature à suivre chacun de ses ordres, à traquer, poursuivre et surtout à ne jamais le décevoir.

Son enseignement était strictement faite à la maison, du moins pendant trois ans pour qu'il rattrape son retard dans le système éducatif. La vie continue. Les hivers passent pendant ce laps de temps, la bête noire court dans un enclos pour caler sa vitesse à celle d'un Husky, se surpasser. Il se souvient de ces moments de course endiablée avec les chiens de cet homme barbu. Chaque mouvements qu'il intègre dans cette course pour économiser ses forces et continuer d'accélérer sans subir la fatigue. Ses pattes qui s'allongent pour couvrir plus de distance, ses muscles qui tressaillent sous l'effort, mais aussi cette confiance, cette loyauté sans faille qu'il met dans les mains de ce père qui est aussi devenu son maître. Lorsqu'il reprenait forme humaine, ce colosse ne lui apportait rien d'autre d'un dédain contre lui. Pendant sa scolarité, il s'était même demandé si ce rustre avait pas un semblant d'amour paternel pour lui, il semblait que cela soit le contraire, qu'il préfère le côté sombre de son être.

À son septième anniversaire, Max lui offrit le plus beau cadeau qu'il aurait pu espérer. Une identité autre que celle de cette bête noire au fond de lui. Kyle Wylde. Ce sourire qui fendit ses lèvres interloqua ce brave homme qui ne put s'empêcher de poser sa large main sur son crâne pour lui ébouriffer ses mèches rebelles.

*
**

Les années passèrent, il quitta Fort St. John pour Vancouver. Ses études se passèrent plutôt bien chez la sœur de ce monstre des neiges. Il l'y avait envoyé pour qu'il s'instruit et devienne un autre homme. Longtemps refoulé, son métabolisme emmagasinait trop de charge, trop d'énergie. Kyle commençait à avoir des troubles de la vision, à entendre les bruits des sifflets pour chien, à sentir la plus détestable des odeurs, c'était un enfer pour lui. Il devenait cabot parmi les hommes. Cette ville lui a fait faire bon nombre de connerie comme se percer le corps avec des morceaux de métal ou encore de graver sa peau à l'aiguille chose qui n'apparaissait pas sous sa forme lupine.

Seize ans. Il retourne voir ce père qui l'a envoyé chez les hommes pour les comprendre et surtout ne pas devenir une bête sauvage.

La cinquantaine, le barbe bien longue et blanche, le regard dur et surtout cette ligne qui ne s'étire jamais en un sourire, il le fixe comme si le monde était devenu inintéressant. Ses paupières se ferment, mais simplement ses oreilles sont touchées, il redresse la tête pour le fixer. Un sourire étire en coin les lèvres de cet homme.

- Cela te va bien, Ky'.

La reconnaissance de son maître, de son père. Pendant quatre ans, il reste avec lui, l'aide dans son métier de chasseur de peau, de traqueur. Ses pattes puissantes dérivent de leur course pour reprendre une cadence plus poussée. Cette tête massive bouge à chacun de ses mouvements, le souffle régulier, les muscles bien échauffés. Tête basse, il court, il poursuit cet élan. Côte à côté, il fixe cette proie de son regard d'or, avant de bondir, gueule ouverte, babines retroussées.

*
**

Ce spectacle macabre hante les rêves de cet homme. Après la battue, cet homme au cœur d'acier fixe cette bête allongée près du feu. Cette fois aussi, il a faillit le perdre. Il s'en rappelle, ça le hante, ça lui tord son esprit.

Cette vision d'horreur. Les bois de l'animal tintés de rouge. Sa robe blanche nacré d'une parure de rubis qui étincelle sous ce zénith. La brume qui sort des naseaux de l'animal. Ce léger mouvement de tête. Cette masse qui chute sur le sol. Sa course qui reprend. Cette bête sombre sur la neige. Il n'en croyait pas ses yeux. Jamais il n'avait pleurer pour un homme, ses chiens étaient toute sa vie, mais pour la première fois de sa vie, à un âge si précoce il venait de voir Sauvage se faire embrocher. Ses jambes le portèrent vers lui, les chiens hurlant à l'agonie, le vent décrivant un vent contraire qui fait couler le sang vers lui, qui teint ses genoux qui sont dans la neige d'un rouge carmin. Les larmes perlent, il agrippent dans ses bras ce loup devenu chien, il le serre contre lui, il sent le monde autour de lui s'effondrer.

Deux ans pour qu'il arrive à s'en remettre. Les cicatrices resteront à vie, ça le désole, mais depuis ce jour, il n'a plus ouvert la bouche, il ne s'exprime que par le regard, ses mots transparaissent vivement lorsque l'émotion l'étreint. Maximilien le remarque, il s'en veut, il n'arrive pas à tourner la page, surtout lorsqu'il voit ce prédateur assis sur la rambarde du balcon de la cabane, un jambe contre lui à observer l'horizon comme un vieux loup. Son regard ne laisse rien présager de bon. Ses iris s'accroche sur lui, il fronce des sourcils avant de se laisser tomber pour marcher plus loin. Depuis, il n'est pas le même, depuis, il est devenu trop vieux pour son âge, trop prudent. C'est ainsi qu'il a été avant cet hiver, l'hiver de ses vingt-deux ans.

Ses paupières se soulèvent, il observe attentivement cet homme à la carrure développé. Il ne comprend pas ce qu'il lui ait arrivé, il n'arrive pas pas à ce souvenir. Il redresse légèrement sa tête, son buste, son corps pour observer sans comprendre cette silhouette massive. Ses iris d'or ne le lâche pas du regard, il cherche une réponse et rapidement il la trouve. Ses côtes lui font mal, il observe son flanc, une zébrure rougeâtre saille sa peau. Il baisse les yeux sur ses mains : ses doigts sont abîmés par la course, la peau de ses paumes sont arrachées. Il a vu au travers des iris de cette bête le spectacle, mais il serait incapable de le raconter, ce n'était que des images comme à chaque fois qu'il se transforme. Des images pour former ses pensées, un comportement agressif pour des mots, il ne peut être totalement maître de cette bête sauvage qu'il est. Il se redresse lentement, gardant cette couverture sur ses épaules, approchant l'ours endormi. Tien, cela le fait sourire, cette manière de l'appeler. Il approche. Il s'assoit à côté de la chaise en bois, ferme les yeux devant la chaleur du foyer. Ce vieil homme se réveille et observe ce fils qui est plus important à ses yeux que n'importe quel autre membre de sa famille, il pose sa main massive sur la chevelure du garçon et lui caresse la tête. Leur vie ensemble se termine dans une sérénité sans borne. Il aime ce qu'il voit. Ils sont en paix l'un envers l'autre. Mais. Dans quelques semaines, ce jeune homme devra quitter le froid du grand Nord canadien pour retourner en ville, là-bas où ce passé ne peut le suivre.

C'est la fin de l'Hiver.

C'est moi !

Prénom ou Pseudonyme : Biohazard.

Age : 20 ans !

Comment as-tu connu le forum ? : Par l'intermédiaire de Lucas !

Activité sur le forum : 4/7.
Code : Validé par Alan ! :3

Arrogant-Mischief sur Epicode


Dernière édition par Kyle Wylde le Mar 4 Mar - 15:44, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Samaël Sullivan
Croque-Mort
Croque-Mort
avatar

Messages : 120
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: ??
Pouvoir: Putréfaction
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Sam 4 Jan - 13:03

Des news ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Wylde
Hôte
Hôte
avatar

Messages : 14
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 24

Carte d'étudiant
Age:: 22 ans.
Pouvoir: Transformation en Loup.
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Lun 3 Mar - 20:10

Oui des nouvelles ! J'ai terminé ma fiche donc voilà, bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Samaël Sullivan
Croque-Mort
Croque-Mort
avatar

Messages : 120
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: ??
Pouvoir: Putréfaction
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Mar 4 Mar - 15:37

Cool ! Alors pour moi tout y est et tout est bon ^^

Du coup je te donne ta première validation !

Juste... 99kilos pour 1m76...D8 ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Wylde
Hôte
Hôte
avatar

Messages : 14
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 24

Carte d'étudiant
Age:: 22 ans.
Pouvoir: Transformation en Loup.
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Mar 4 Mar - 15:45

Aïe Aïe... j'ai rajouté un dix en trop °° c'est 89Kg, j'ai modifié ><
Revenir en haut Aller en bas
Alan West
Employé au casino
Employé au casino
avatar

Messages : 150
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/04/2013

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir: Maître des fantômes
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Mar 4 Mar - 17:08

Et moi j'te donne ta deuxième validation ! Bienvenue (enfin !) sur le fow ! >w<

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂


«Like a West !»


Merci à n'amour pour le vava !
Revenir en haut Aller en bas
Samaël Sullivan
Croque-Mort
Croque-Mort
avatar

Messages : 120
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: ??
Pouvoir: Putréfaction
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Mar 4 Mar - 20:06

*frappe Alan* Modo en carton... Et le code de validation il va venir tout seul sur ses petites jambes peut être ? èé

Comme elle ne l'a pas fait, je te fous le paragraphe avec tout ce qu'il y a à faire o/

N'oublie pas d'aller recenser ton anniversaire ici d'aller recenser ton avatar d'aller faire une demande de chambre ici ou bien une demande de résidence ici , si il te faut un partenaire de rp, poste donc un message à cet endroit , si tu t'absentes préviens-nous en postant ici , si quelque chose n'est pas clair pour toi, relis donc ceci , afin de te tenir au courant des évents, va faire un tour sur ce forum et je t'invite même à créer ton carnet là !

Revenir en haut Aller en bas
Alan West
Employé au casino
Employé au casino
avatar

Messages : 150
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/04/2013

Carte d'étudiant
Age:: 18 ans
Pouvoir: Maître des fantômes
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Mar 4 Mar - 21:19

èwé Admin en carton, fallait l'faire !

⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂⁂


«Like a West !»


Merci à n'amour pour le vava !
Revenir en haut Aller en bas
Samaël Sullivan
Croque-Mort
Croque-Mort
avatar

Messages : 120
Réputation : 0
Date d'inscription : 22/09/2013

Carte d'étudiant
Age:: ??
Pouvoir: Putréfaction
Titre: Aucun

MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   Mer 5 Mar - 19:58

C'est qui celle qui a donné la seconde validation --' ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu plus dangereux qu'un gros chien ? Juste un peu.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» party's over
» La moche et son gros chien
» Je ne suis pas un chien, juste un gentil petit toutou.
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Black Rose  :: ~Paperasse~ :: //Présentation\\ :: Présentations validées :: Les citoyens-
Sauter vers: